Armée, Politique, Société, TRIBALISME

Oboa, Akouangué et Okiba, trois généraux en guise de cadeau de nouvel an

Oboa, Akouangué et Okiba, trois généraux en guise de cadeau de nouvel an

 

Le galon de général réclamé en son temps à hue et à dia est un précieux sésame militaire pour lequel le Colonel téké Marcel Ntsourou a perdu la vie. N’est pas général au Congo-Brazzaville qui le mérite. L’élévation au grade de général obéit à des considérations tribalo-claniques et maçonniques dont seul Denis Sassou Nguesso détient le secret. Plus qu’un parcours de combattant, c’est un saut d’obstacles.

Le fils de Mama Mouébara, Denis Sassou Nguesso, dirige le petit pays pétrolier d’Afrique Centrale, le Congo-Brazzaville, suivant le théorème : les cadres politiques, administratifs et militaires doivent être originaires de l’axe Oyo-Boundji-Olombo auquel il faut lester les localités de Makoua et Owando. C’est dans le vivier naturel de la Cuvette qu’il est allé puiser les responsables de l’appareil sécuritaire des différentes régions. C’est également dans ce vivier naturel que sont issus Serge Oboa, Gervais Akouangué et Jean-Pierre Okiba. André Fils Obami Itou et Elie Atipo, (région des Plateaux), et Léon Mahoungou et Blanchard Nguinou (région du Pool) sont les exceptions qui confirment la règle. Denis Sassou Nguesso a donc attendu les dernières heures de l’année 2021, histoire de faire durer le suspens et de flatter les bas instincts, pour procéder à la nomination au grade de général de Serge Oboa, Gervais Akouangué, Ickey Gaëtan, Jean- Pierre Okiba, Leby Euloge Simplice, contre-amiral Ebissou, contre-amiral Nganongo René, contre-amiral Mparra Eugène Aignon, Elie Atipo et d’André Fils Obami Itou. Le désormais général Obami Itou est un élément important dans le dispositif de conquête de pouvoir de Chrystel Sassou Nguesso au moment où on évoque la modification de l’article 157 de la Constitution de 2015. Les deux hommes, « Fils de … », se sont connus à l’école général Leclerc de Brazzaville.

A l’instar de Jean Alfred Onanga, ancien directeur général de la douane, qui avait mobilisé la meute Mbochi chantant à tue-tête : « Onanga élombé, Onanga élombé », la nomination de Serge Oboa et Gervais Akouangué au grade de général est un clin d’œil à l’axe Ollombo-Boudji-Oyo-Makoua-Owando (OBOMO) qui a été accueillie dans les quartiers Nord de Brazzaville et à la direction générale de la sécurité présidentielle par des scènes de liesse et des chants en Mbochi : « Oboa général, Oboa général  ».

Le général « Haineux », Ngatsé Nianga Mbouala a tort de se faire des soucis sur l’avenir des Mbochis. Il peut dormir tranquille. Denis Sassou Nguesso veille au grain. « Le gibier est dans le filet ». Il n’est pas question pour Denis Sassou Nguesso de le laisser filer. Le message est passé 5 sur 5.

Benjamin BILOMBOT BITADYS

Laisser un commentaire