ASSOCIATION LOI 1901, Justice, OPPOSITION, Parti Politique, Politique, Société, TORTURES

  LIBÉREZ J3M

🇨🇬 Fédération de l’Opposition Congolaises ( FOC ) 🇨🇬
COMPOSANTE Jean Marie Michel MOKOKO ( CJ3M ).
Bulletin no 2: Février-Mars 2022
  LIBÉREZ J3M

Par  Jean Felix DEMBA-NTELO

Jean Felix DEMBA-NTELO

Le 19 Mars 2022, le Général du peuple, Jean Marie Michel MOKOKO a accompli sa 75e année d’âge. Le mouvement porteur de son idéal et son combat politiques, la CJ3M, lui souhaite un joyeux anniversaire.

   Cependant il dénonce avec véhémence le cynisme et l’injustice flagrants dont il est l’objet, depuis son triomphe au 1er tour de l’élection  présidentielle du 20 Mars 2016.
   En effet ses 75 ans d’âge sont hélas amputés  à ce jours, de 6 ans sur 20, de privation de liberté, d’humiliation et de menaces de toutes sortes.
  Son arrestation,  sa condamnation à 20 ans de réclusion et son embastillement dans une cellule de la sinistre maison d’arrêt de Brazzaville, par des policiers et magistrats aux ordres, fanatisés et motivés, sont l’illustration d’actes politiques, sciemment posés par un pouvoir conquis par les armes et exercé par la violence, l’intolérance et l’exclusion. Un pouvoir déterminé à se pérenniser par tous les moyens et quel qu’en soit le prix.
   Avant le Général MOKOKO, d’autres dignes fils, élites de notre beau pays, ont connu ce même triste sort d’arrestation et de condamnation arbitraires, qui constitue une constance des pratiques au pouvoir du PCT depuis près d’un demi-siècle. 
    Certains, comme l’artiste Franklin Boukaka, le Président Alphonse Massamba-Debat, le Colonel Ntsourou etc… n’en sont pas sortis vivants, d’autres plus chanceux, Jean Pierre Thystere-Tchicaya, les Présidents Yombi-Opango et Pascal Lissouba etc… en sont sortis vivants, tandis que plusieurs d’autres contraints à l’exil à l’étranger, y ont perdu la vie, sans retour, même de leurs dépouilles dans leur cher pays natal.
  La machine à broyer les cadres et les élites nationales, actionnées depuis 1965 avec l’assassinat de 3 hauts fonctionnaires : un président de la cour suprême, Joseph Pouabou; un procureur de la République, Lazare Matsokota ; un Directeur de l’Agence Congolaise d’information Anselme Massoueme, a fonctionné sans désemparer jusqu’à ce jour.
Combien de victimes en  faudra-t-il encore avant que soit définitivement mis un terme à ces pratiques d’un autre âge et à ce vaste complot de massacre de nos élites nationales ???
Le Président Denis SASSOU NGUESSO, grand témoins de tout ce GÂCHIS HUMAIN, demeurera t’il encore sourd aux appels à la libération des actuels prisonniers politiques, dont les plus célèbres, Jean Marie Michel MOKOKO et André OKOMBI SALISSA ?
Après que ses services de sécurité et de justice aient exécuté leurs missions de bâillonnement de ses adversaires , le Président Denis SASSOU NGUESSO  est constitutionnellement  désormais le seul responsable dont dépend le sort de nos compatriotes embastillés à la sinistre Maison d’arrêt de Brazzaville pour des raisons politiques.
Au moment où partout en Afrique, plusieurs Chefs d’États s’engagent, sans hésiter, dans la noble voie de l’apaisement politique et la réconciliation nationale, en ouvrant les portes des prisons politiques et en serrant les mains de leurs pirs adversaires: Alassane Ouattara/Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire, Uhuru Kenyatta/Raly Odinga au Kenya etc, notre pays ne restera t-il le dernier GOULAG du continent !!!
 C’est pourquoi, en ce mois de Mars où furent assassinés trois illustres et dignes fils du Congo: Marien NGOUABI, Alphonse MASSAMBA-DEBAT et Émile BIAYENDA; la CJ3M lance un vibrant appel à Monsieur le Président de la République, afin que par des actes forts et patriotiques, le Congo, notre pays fracturé depuis plus d’un demi-siècle siècle par les luttes fratricides sur les enjeux du pouvoir,  se réconcilie avec lui-même et retrouve les vertus de l’Unité et la Concorde Nationales, du développement économique et du progrès social.
 Brazzaville le 24 Mars 2022
Pour la Coordination Nationale le Président
Jean Felix DEMBA-NTELO

Laisser un commentaire