AGRICULTURE, Armée, DIASPORA, Justice, Politique, Société, Tribune libre

Opération « coupons la tête de la girafe »

Opération « coupons la tête de la girafe »

Par  Jean Claude BERI

Jean-Claude BERI, communicant, activiste et libre penseur Lyon

Depuis 2010 notre table de rédaction est inondée des informations alarmantes les unes des autres Nous essayons de faire le tri ou recouper les bonnes et les mauvaises. Nous tenons à remercier toutes personnes basées au pays qui prennent des risques énormes en nous adressons, malgré la surveillance intensive de la DCI aile KIKI, des mails réguliers.

C’est quoi l’opération « coupons la tête de la Girafe » c’est tout simplement une cellule de dénonciation et de mobilisation pour la neutralisation de l’opération « Girafe ». Cette opération « Girafe » a été monté en 2009 par les officines de SASSOU NGUESSO père pour préparer la succession de son fils au trône.

La première phase consistait a identifier des hommes capables de rester fidèles a CHRISTEL, après SASSOU père, ou a en monter d’autres en puissance tels fut le cas des nominations des généraux, presque tous membres de l’opération « girafe ». Parallèlement de c choix des homes qui continue à se faire il a fallu que la cellule « Girafe » ait sa propre trésorerie. Pour cela rien de plus facile que de laisser Christel piller la SNCP et brader le pétrole congolais avec des traders corrompus et placer ensuite le pactole dans les différents paradis fiscaux afin de générer des bénéfices. D’autres usurpés de la SNCP et autres malversations illicites ont été injectés dans des sociétés immobilières et autres placements juteux encore non identifiés en Europe et Amérique.

La fondation « PRESPECTIVES D’AVENIR » vitrine qui lui a servi de tremplin politique,  on l’a tous vu,  n’était qu’une coquille vide. Sorte de récepteur de fond en transit pour l’opération ultime. C’est donc sans peine qu’elle fut presque dissoute au moment de la mise en route effective de l’opération « Girafe ».

Vous voici donc arrivé à l’étape de la concrétisation de l’opération.

Nomination de Christel SASSOU NGUESSO au poste de ministre de la Coopération Internationale et de la Promotion du Partenariat Public-privé. Poste stratégique lui permettant des sorties à l’étranger sans spécialement avoir l’autorisation du premier ministre. En septembre 2021, en marge de la visite officielle à Paris Denis Christel SASSOU NGUESSO a multiplié les contacts secrets avec d’anciens militaires et officiers français à la retraite.  Il a poursuivi ses contacts en Turquie ou il a pu rencontrer un émissaire du groupe russe WAGNER. Nous l’avons dénoncé.

De même, nous avions dénoncé l’activisme de ses réseaux militaires composés en majorité de ressortissant de la RDC dont beaucoup ont bénéficié d’’une longue formation en mercenariat en Israël a l’intérieur du Congo. Cela n’a suffi a réveiller la curiosité des congolais.

Il y a un mois environ le gouvernement a réceptionné deux hélicoptères de combat et qui ont été acheminés directement à OLLOMBO. C’est le matériel de la sécurité présidentiel, nous dit-on. Mais la vérité est ailleurs, ces hélicoptères sont là pour servir l’opération militaire « girafe » Aucun militaire des FAC ne peut les approcher sauf ceux designer par Serge OBOA. On sait comment on 1996 SASSOU a créé l’incident d’OWANDO pour ramer la guerre a Brazzaville et déclencher son coup d’Etat.  

Le fils est sur les mêmes traces. En « vendant » les terres congolaises au Rwandais dont ils viennent d’obtenir le soutien c’est une opération bien huilée pour lui en cas de coup dur. A ce jour on a vu aucun engin agricole a Dolisie ou dans le Pool ? Par contre on signale une forte présence des militaires ne s’exprimant ni en français, lingala ou kikongo.

Entre-temps Denis Christel s’empresse de s’envoler pour KIGALI pour aller finaliser les accords de la honte, malgré le désaccord de plusieurs ministres et la non-approbation du premier ministre. Il ne suffit plus de réclamer de la cohérence. Or ni SASSOU père ni encore moins le fils n’aspire à cela.  On ne peut pas déplorer le désintérêt des Congolais pour l’engagement politique, pleurer sur la mauvaise gouvernance, critiquer les orientations du gouvernement et en même temps laisser orchestrer des alliances destructrices avec des mercenaires locaux, cela est contre-productive pour la nation.

Je cite Guy MAFIMBA

  • « Christel Sassou Nguesso et Ivan Kagame sont les artisans de cette  »haute trahison ».
  • Accords de coopération militaire pour positionner des troupes rwandaises dans la Cuvette-Ouest, Niari et Lekoumou. Les 12.000 hectares cédés ou concédés participent à ce complot, nom de code  »Girafe ».
  • Kagame dispose grâce à ces alliés occidentaux, une cartographie miniere du Congo-B, notamment des zones qui regorgent des matières premières stratégiques;
  • Blanchiment de l’argent volé de Christel Sassou Agwalima via Christel Ventures et le RDB un fonds de développement qui gère les fonds souverain dont Ivan Kagame est membre du conseil d’administration. La zone industrielle de Maloukou et le port sec de Dolisie seront  »rachetés » avec l’argent des congolais volés par Kiki Agwalima Sassou, planqués à Dubaï qui sert d’ingénierie financière de cette opération de blanchiment.
  • *** Les troupes rwandaises au Congo auront en ligne de mire Kinshasa, Libreville et Luanda en s’appuyant respectivement sur les Flec (objectifs les champs pétroliers), Kinshasa (contribuer à la chute de Fatshi), Libreville (Asseoir Omar Junior Bongo);
  • Créer une crise et imposer Kiki Agwalima Sassou au prix d’une pseudo situation insurrection provoquée ;
  • Traquer la forte communauté Hutus rwandais installés au Congo ; Kagame via son ambassadeur en poste s’inquiète d’une relative organisation et prospérité de cette diaspora qui aurait des visées subversives.

Face à ce danger multiple qui menace le Congo-B, les forces vives se mobilisent et appellent à  »neutralisation » de Denis Sassou et son fils. »

Entre une armée des soumis et totalment sous les bottes de sassou , une population affamée et abandonnée, une crise financière sévère, une inflation galopante, une santé politisée et médicalement désert et défaillante, le Congo vit au rythme d’une succession a couteau tiré. Rien n’est sûr que la succession de Denis Christel SASSOU NGUESSO se passerait comme une lettre à la poste

Jean Claude BERI

Laisser un commentaire