DIASPORA, Editorial, Education, Politique, Société

La réforme du système éducatif congolais, une nécessité impérative

Cellules des décideurs engagés pour un autre Congo

Initié le 20 avril 2019 à Lyon   par le CODICORD, une discussion sera organisée par les membres de la cellule des décideurs engagés pour un autre Congo,  CELLULE  EDUCATION sur le thème QUEL SYSTÈME ÉDUCATIF CONGOLAIS DE DEMAIN. Vous pouvez à présent apporter vos contributions.

UN AUTRE CONGO EST POSSIBLE

 ————————————————————————————————————————————–

 

 

 

 

Un autre Congo est possible

La réforme du système éducatif congolais, une nécessité impérative

 

Par  Jean-Claude BERI

L’éducation des jeunes congolais devenue de plus en plus inégalitaire met en exergue la mauvaise politique du gouvernement congolais qui applique des saupoudrages de mesures qui tombent rapidement dans l’oubli et qui ont conduit à la fuite d’environ 8.000 enseignants de l’enseignement ces 22 dernières années.

Ce constat médiocre, voire mauvais, de cette politique mise en cause par l’UNICEF et d’autres organismes éducatifs, est le résultat d’une politique dangereuse et irresponsable menée depuis 1997. La grève observée par les enseignants et les élèves observée depuis peu peut être interprétée comme un signal qui exige la reconstruction de l’école au Congo-Brazzaville. Les oppositions et revendications des syndicats de l’enseignement et des élèves reflètent probablement l’inquiétude générée par l’absence de perspectives lisibles et clairement exprimées par un gouvernement moribond dirigé depuis 22  ans par Denis Sassou Nguesso.

Pour avoir un sens, l’équilibre régional doit d’abord miser sur le mérite et les compétences pour maximiser la production afin d’envisager et de faciliter la redistribution. Ensuite, il doit procurer à tous les Congolais les moyens nécessaires leur permettant de se battre d’égal  égal sur tous les terrains. Le jeune scolarisé du POOL a-t-il les mêmes moyens aujourd’hui que celui d’OYO pour mettre en valeur ses talents ? On a délibérément cassé les codes de l’éducation pour promouvoir une élite savonnée à la sauce ethnique. Sommes-nous fier d’entendre un officier supérieur de l’armée s’inquiéter de l’avenir des « MBOCHIS » et non celui des Congolais ? L’éducation doit être le socle de l’apprentissage du nouveau langage unitaire.

L’école est à reconstruire dans sa globalité

La reconstruction de l’école au sens large n’est pas seulement nécessaire, elle est indispensable si l’on veut que le dispositif d’enseignement puisse pleinement jouer son rôle tant dans la formation des jeunes générations que dans leur préparation à l’entrée dans la vie active.

Le monde éducatif congolais n’a donc pas tort de redouter le «scepticisme» ambiant qui plombe l’éducation paralysée par mille intérêts et injonctions contradictoires, lassée des pétitions de principe sans lendemain, minée par la lassitude de bon nombre de ses acteurs, l’éducation nationale congolaise semble, depuis longtemps, s’être déformée plus qu’elle ne s’est réformée. La fronde actuelle n’est pas seulement le résultat de la défaillance du système et action publique anarchique mais aussi une grave érosion du personnel éducatif, considéré, disons-le sans prendre les gants, les laissés pour compte de la politique sociale et économique depuis une vingtaine d’année.

Une détérioration observée par tous jette le discrédit sur l’éducation congolaise depuis 22 sur l’ensemble du territoire. Quelles sont les causes de cette grève générale? Quelles sont les pistes de solution pour régler l’ensemble des maux qui minent ce secteur ?

Comme nous avions coutume de le faire, nous n’agissons pas par pure volonté de critiquer mais bien dans l’esprit de susciter un réveil des consciences des politiques en place pour améliorer les conditions de vie de tout un peuple. L’éducation nationale a une grande part de responsabilité dans la décadence de notre société actuelle. Il faut aussi mettre fin à la culture de l’excuse qui disculpe d’office tout délinquant au nom du principe d’appartenance au clan. Le tort des tenants du pouvoir actuel  qui tentent de justifier qu’en excluant un candidat qui a 18/20 pour accepter un autre qui a 08/20, ou en prenant un titulaire du BEPC ou du BAC là où on exige la licence pour répondre au respect des quota tribaux est un acte de justice et d’équité.

Cette pratique, depuis qu’elle existe, n’a pas permis aux jeunes favorisés  de se battre pour sortir de l’ornière et se placer, de leurs propres forces, au-dessus du lot. Au contraire, ils n’ont été confortés que dans leur revendication de la place d’éternels assistés, qui est réservée aux « sous-hommes ». On peut envoyer toute une région donnée à l’étranger pour se former ça ne fera pas d’eux des gens compétents. La compétence s’acquière par la répétition dès le jeune âge des actes éducatifs, comme la lecture, la pratique du langage… Or vous passez votre temps à former ces jeunes aux maniements des armes. Si bien que beaucoup d’entre eux aspirent plus à être des généraux que des ingénieurs. Leur logiciel est déformé depuis le bas âge

Après 22 ans de règne sans partage, la politique éducative adoptée par les tenants de « la nouvelle espérance » et du « chemin d’avenir » est très disparate. C’est une malade continuellement sous perfusion et dont la santé se dégrade tous les jours. Par manque de volonté politique, aucun diagnostic global n’est proposé. Les maux que celle-ci souffre, en l’absence d’un diagnostic et d’un traitement de choc, à ce jour, cette septicémie est devenue cancéreuse et s’est propagée sur l’ensemble du territoire national. Seulement, les solutions prises sont biaisées et inadéquates. Cette situation conduit l’éducation nationale à s’enliser dans une descente vers sa destruction si l’on ne réagit pas. Nous sommes en présence d’une politique qui opère l’assassinat méticuleux de l’éducation nationale. Exiger La compétence et l’éducation positive comme  arme contre le tribalisme serait un moindre mal devant l’ampleur de la décadence.

La question n’est plus d’épiloguer sur la léthargie de l’éducation nationale imposée par les choix contre-productifs de la politique aveugle du «chemin d’avenir». Chemin qui manifestement s’oriente inéluctablement vers l’obscurité.

D’année en année, discours après discours, on a tout entendu, on n’a tout promis « l’école pour tous », « l’éducation priorité nationale », « l’année de l’enseignement de base et de la formation professionnelle »… le constat est sans appel: la politique éducative est volontairement échaudée, comme d’ailleurs d’autres secteurs d’activité. Ne nous y trompons pas car ces annonces sont aussi vite oubliées à la même vitesse qu’elles ont été solennellement formulées.

Les flagrantes injustices condamnent les enseignants aux pires humiliations infligées par le cynisme d’un homme qui promet une chose en offrant son contraire. «Pour le gouvernement, il n’y a aucun doute que l’Homme est et demeure le noyau central de cette œuvre.» Denis Sassou Nguesso, discours à la nation du 31 décembre 2012.

Un discours au contenu vide qui manque de pertinence et d’ambition. Aurait-il oublié que l’homme au centre de cette action est l’enseignant qui a pour mission d’œuvrer l’instauration d’un climat favorable à l’apprentissage et à la réussite de chacun des élèves sur lesquels reposent l’avenir d’une société?

L’attachement profond des enseignants à leur mission de service public et de leur réelle volonté de s’investir pour que l’Ecole, le Collège, le Lycée et l’Université soient repensés dans leur fonctionnement, dans leurs structures et répondent ainsi aux attentes de nos concitoyens. Rien ne se fera au travers de seuls arrêtés ou circulaires, si au préalable n’est pas conduite une réflexion de fond impliquant tous les acteurs: enseignants, associations de parents d’élèves, collectivités territoriales, administration centrale ; car tous ces acteurs devront quoi qu’il en coûte s’engager. Une telle reconstruction ou réforme suppose que l’on remette l’essentiel à plat.

Pourquoi tient-on à faire injure à certains de nos compatriotes en les présentant comme des tarés affectant ainsi leur  fierté et l’honneur de ceux des tribus qui réussissent par eux-mêmes ?

Recruter de faux ingénieurs, de faux médecins, de faux enseignants, etc. pour faire honneur à des tribus peut se révéler plus tard comme un crime contre la nation. Avec tout ce qui précède, nul ne peut prétendre qu’au Congo-Brazzaville, le tribalisme politique n’est pas pratiqué c’est n’est pas une caricature.

La réforme du système éducatif congolais, une nécessité impérative

Denis Sassou Nguesso et son gouvernement ont-ils omis sciemment d’initier une consultation sur la réforme de l’éducation nationale?

Cette volonté illégitime prônant à ne pas considérer la fonction d’enseignant entraîne des conséquences sociétales graves. Faut-il rappeler l’importance d’asseoir une politique relative aux enseignants ? Au moment où toutes les données dans la plupart des pays prônent à améliorer la qualité de leurs établissements scolaires pour mieux réagir aux attentes sociales et économiques de plus en plus élevées. Ceci en accordant une place de choix au corps enseignant, la ressource la plus significative et la plus précieuse au sein des établissements scolaires, est au centre des efforts visant à améliorer l’enseignement. L’amélioration de l’efficacité et de l’équité de l’enseignement passe en grande mesure par la capacité de faire en sorte que des individus compétents souhaitent enseigner, que leur enseignement soit de haute qualité et que tous les élèves aient accès à un enseignement de haute qualité. Accuser ce gouvernement de vouloir le bannissement d’une vraie éducation solidaire au profit d’une éducation sélective me semble fonder.  C’est éveil de conscience dangereux pour leur pouvoir.

Il est temps d’apporter des corrections à certains points et répondre à l’amélioration du niveau scolaire de l’élève et à la qualité de l’enseignement et au rendement scolaire.

La qualité de l’enseignement n’est pas uniquement déterminée par la «qualité» des enseignants, bien qu’elle constitue évidemment un facteur critique, mais aussi par l’environnement dans lequel ils travaillent. Les enseignants compétents ne réalisent pas nécessairement toutes leurs possibilités dans un environnement qui ne leur offre ni le soutien dont ils ont besoin, ni des défis stimulants et les récompenses appropriées. Les politiques destinées à attirer et retenir des enseignants compétents doivent permettre de recruter des individus de valeur dans la profession, mais aussi d’assurer le soutien et les incitants au perfectionnement professionnel et à l’obtention constante de bons résultats. Les initiatives politiques sont nécessaires à deux niveaux. Le premier niveau concerne la profession d’enseignant dans son ensemble et vise à améliorer son statut et sa compétitivité sur le marché du travail, ainsi que la formation de l’enseignant et les environnements d’apprentissage. Le second ensemble de stratégies est plus ciblé et s’occupe d’attirer et de retenir certaines catégories d’enseignants et d’attirer des enseignants à travailler dans certaines catégories d’établissements scolaires.

Ne pas percevoir ces priorités c’est une imprudence condamnable proche de l’incitation au suicide de toute une société. Car elle y va de l’avenir d’une génération.

Il ne s’agit pas seulement d’un problème d’augmentation salariale, tant bien même cette revendication dépasserait largement le cadre de la légitimation. C’est toute l’éducation qu’il faut refonder, repensé. Aussi légitime soit-elle, cette réflexion nécessite au préalable de tirer le bilan de l’éducation congolaise depuis plusieurs années. Cet arbitrage entre l’urgence du changement et l’élaboration d’un vrai projet scolaire est courageux et méritoire. Mais périlleux, dans une société aussi impatiente de résultats que défiante à l’égard de l’action politique. La liste est longue, en effet, des sujets qui fâchent et qui ont été éludés.

Enfin, autant que cette réflexion sur l’éducation est le reflet de la société Congolaise. Le miroir de ses inégalités et de ses individualismes, le sismographe de ses tensions et de ses crispations. Vouloir réinventer, non restaurer, son autorité et sa légitimité suppose un projet de société. A elle seule, elle ne peut en tenir lieu. Ainsi la nécessité d’une grenelle de l’éducation nationale s’impose.

L’ambition d’éducation responsable c’est aussi la refondation de l’Université avec en toile de fond la priorité qui sera faite, sans état d’âme, mais avec une exigence totale sur l’amélioration et la construction des infrastructures, la formation des enseignants, la revalorisation du métier d’enseignant, l’adaptation des enseignements par des méthodes modernes et surtout orientées vers l’ouverture à l’échange culturel interafricain.

L’université de demain doit penser à former le Congolais qui pense Congo et raisonne Congo et s’investit pour le Congo avant de penser s’ouvrir vers l’extérieur. Un Congo culturellement indépendant peut être celui qui apportera aux générations futures l’estime de soi et le respect d’appartenir à un pays où il serait décomplexé de toute frustration. C’est là tout le sens de notre ambition d’éducation responsable. Seulement pour atteindre cet objectif, il nous faut adapter nos structures actuelles par une vraie politique universitaire. Une politique qui allie innovation, technologique, connaissance moderne mais surtout l’utilisation de tout l’espace congolais pour en tirer davantage des ressources propices au développement.

Il n’est pas concevable qu’un pays comme le nôtre ayant autant des cadres de valeur dans toutes les régions ne puisse pas utiliser l’avantage naturel que lui offrent les richesses naturelles régionales. Nos régions regorgent plein de matières qui suscitent des études, des recherches afin d’en extraire le profit qui mènerait ces dernières sur le chemin du développement. L’absence des structures d’études de pointes freine grandement l’essor des cadres et ralentisse dangereusement l’éclosion de ces régions. Ne pas promouvoir et soutenir un tel projet, celui de la création des pôles universitaires régionaux est une erreur de jugement que nous dénonçons.(1)

Il y a lieu de cerner les causes qui ont donné lieu aux dysfonctionnements enregistrés dans le système éducatif pour apporter les changements nécessaires et fixer les priorités dans le cadre de la finalisation de la réforme du secteur éducatif, Car l’essence et les objectifs de la réforme restent immuables et hors d’atteinte.

La convocation des «états généraux de l’éducation nationale» ou «une grenelle de l’ensemble du système éducatif» est une halte impérative qui s’impose au Congo-Brazzaville.

L’objectif étant de donner souffle et cohérence pour la renaissance ou la réforme tout en prenant en compte les points positifs pour sa promotion et les points négatifs pour y remédier.

Si l’on veut bien considérer qu’une réforme du système éducatif menée de manière cohérente engage le pays sur une durée de deux à trois générations, il faut alors s’abstenir de pratiquer un saupoudrage de mesures qui, en admettant qu’elles aboutissent, finiront par tomber rapidement dans l’oubli. Qu’elle soit «une convocation des états généraux de l’enseignement» ou «une grenelle de l’éducation nationale au Congo».

Une telle ambition ne peut faire l’économie d’une concertation et d’un travail approfondis, quel que soit le nom que l’on veuille lui donner.

Les maux réels qui gangrènent l’épanouissement et le développement du pays, à savoir : le favoritisme l’incompétence, le laxisme, la mauvaise gestion, la mauvaise planification économique et le manque de dévouement de l’intérêt général, absence de décentralisation politique et économique, faiblesse des institutions nationales de contrôle et de sanctions, l’absence d’élection libre et transparente surtout la politisation de l’éducation sont connus. L’essentiel est le bien être des congolais : Faire de l’éducation une priorité.

Contribution de :

Jean Claude BERI  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*