Politique

A quand  le John GARANG pour le Pool à l’image de celui du Soudan Sud ?

Par : Maître Tony Gilbert MOUDILOU

 

« SI CE N’EST PAS TOI MÊME QUI PAIERA, C’EST DONC QUELQU’UN DES TIENS » avait dit Monsieur De la Fontaine. Ce que tu fais au Pool s’étalera sur tes générations. Sassou et tes Généraux retenez ça. Nous sommes en train d’enseigner à nos enfants, nos petits-enfants, nos arrières petits-enfants à ne pas oublier.

La guerre que tu mènes contre le Pool, il faudrait que vous nous expliquiez, tes Généraux et toi-même ce que le Pool vous a fait pour nous tenir une telle rancune, une telle haine viscérale.

Rien ne sera ou ne restera impuni, le sang des fils du Pool doit impérativement être vengé sans aucune forme de procès.

Aussi longtemps que le Congo existera et le soleil s’élèvera au Sud, cette situation que nous a imposée Sassou Nguesso ne pourra jamais, mais au grand jamais perdurer et rester impunie. Elle doit être, sans autre forme de procès : vengée. C’est la seule alternative pour que le Congo reste le Congo : un et indivisible.

Le sang de nos parents que Sassou est en train de verser gratuitement en les massacrant lâchement avec ses officiers Généraux qu’il n’avait nommés que pour se faire, c’est-à-dire : combattre ses propres ressortissants ; s’en prendre aux civils du Pool. Mais quelle lâcheté, quelle frustration, quelle incompétence ! Le sang versé de nos parents doit impérativement être vengé.

Le sang appelle toujours le sang. « Œil pour œil dent pour dent ». Telle nous l’enseigne la Loi de Talion. Il est impensable, inimaginable que la région la plus peuplée, la plus dynamique, truffée des Savants qui ont et qui fond du Congo ce qu’il est, regardent une telle situation, un tel drame s’opérée, devant leurs yeux largement ouverts et sans que leur échine, leur conscience, leur cœur, leur ne puissent se déchirer à la vue de telles images.

A QUAND LE JOHN GARRANG CONGOLAIS A L’IMAGE DE CELUI DU SOUDANT QUI AVAIT FAIT TREMBLER OMAR EL-BECHIR ET EL NUMEIRI AU POINT DE LES POUSSER A LA REDDITION ET ARRÊTER LA GUERRE POUR S’ASSEOIR ENSUITE AUTOUR D’UNE TABLE. PARCE QUE LAISSER LE FOU DE SASSOU FAIRE CE QU’IL FAIT, IL VA CROIRE QU’IL EST LE PLUS FORT ALORS QU’EN FIN DE COMPTE, IL N’EST QU’UN TIGRE EN PAPIER. UN CON QUI NE PISSE PAS LOIN.

Le Pool a-t-il des militaires ou des cancres ? Le Pool a-t-il des officiers ou des grenouilles ? Le Pool a-t-il des hommes militaires qui bandent ou qui l’ont toujours gardé coucher dans leur culottes ? Je ne comprends pas, je ne comprendrais jamais comment, alors que nous nous trouvons devant une situation militaire, répondant des armes et des tactiques militaires, aucun de nos godillots qui se disent GENERAUX, COLONELS, LT COLONELS, COMMANDANTS, CAPITAINES, LIEUTENANTS pour ne m’arrêter que là, ne puissent pas se regarder et dire : « TROP, C’EST VRAIMENT TROP ». Car même Dieu ne comprend pas pourquoi nous taisons-nous et regardons se décimer toute une région entière ; où plus de 500 villages sont déjà détruits ; où nos jeunes sont complètement décimés ?

Mais putain de merde, qui êtes-vous : les GENERAUX de mes fesses : MAKOUMBOU, KAKOU, BOUKAKA, NKONTA et pour regarder vos parents se faire massacrer comme des petits lapins ? Comment arrivez-vous à vous regarder, à faire l’amour à vos femmes ? Comment arrivez-vous à bander en regardant vos villages se faire détruire par vagues et par la soldatesque de SASSOU NGUESSO, un imbécile, un frustré, un jaloux qu’il faut écraser comme une punaise, lui et ses caporaux qu’il avait nommés GENERAUX rien que pour aller combattre les civils du POOL.

Merde de merde, les aviez-vous dans vos culottes ou pas ? Je vous dis que nous sommes devant une situation militaire qui répond de vos compétences, de ce pourquoi vous êtes allés dans l’armée. Puisque chez nous les guerres ne se font plus contre les Etats mais contre les ethnies, les régions, telle est la nouvelle logique de Sassou Nguesso nous l’impose. Alors dois-je vous faire de dessins pour comprendre ce qui se passe dans votre région, ce que Sassou est en train de faire contre vos parents, contre vos villages, contre vos nouvelles générations ? Regardez-vous bandes de Merde, les images qui viennent de votre, les photos, ne les voyez-vous pas ? Fixez-les bande des lâches parce que pas dignes du Pool et dites-moi que ces jeunes méritent un tel sort. Sassou ne les tue pas parce qu’ils sont Ninjas ou Nsiloulou mais tout simplement parce qu’ils sont fils du POOL. UN POINT c’est tout.

Ou sont les COLONELS du POOL ? Ou sont les LT COLONELS du Pool ? Ou sont les COMMANDANTS du Pool ? Ou sont les CAPITAINES du Pool ? Ou sont les Lieutenants du Pool ? Je ne croyais pas qu’on avait que de la MERDE au Pool des godillots qui n’ont pas des couilles bien balancées comme dirait Ndala Graille, qui bientôt ne sera plus mon grand Frère parce que partisan et loyaliste de la politique destructive du PCT contre sa région. C’est un collaborateur qui rendra compte de sa traîtrise. Il est comme NSILOU, TCHIBAMBELELAS, LES KOLELAS, MOUGHANI, MAMPOUYA, NVOUBA, le MORT VIVANT Maurel KIHOUZOU, Célestine NKOUAKOUA, MANOUKOU KOUBA etc… DEMAIN NOUS LES PENDRONS A LA PLACE DU MARCHE ET LEURS PROGENITURES, EPOUSES AVEC. Comme en 1945 après la deuxième guerre mondiale, tous les Pétainistes furent passés par les armes en France. Tous ces traîtres paieront le prix de leur forfaiture, de leur trahison innommable.

OU EST LE JOHN GARANG SOUDANAIS DU POOL ?

Je vous rappelle qu’à votre place quand le COLONEL John GARRANG fut confronté à une pareille situation, il n’eut pas d’autres recours que se liguer et affronter le fou de OMAR EL-BECHIR ET NUMERY. Quand il s’est retrouvé dans cette impasse au Soudan, devant un Président du Nord fou comme l’est aujourd’hui Sassou Nguesso, il n’a pas cherché à biaiser, à tergiverser, à faire des calculs de géométrie ou des mathématiques dans l’espace. Sa conscience, sa seule conscience l’a poussé à croiser le fer contre le fer.

OMAR EL-BECHIR l’actuel recherché par la CPI, ne s’en prenant qu’aux sudistes parce qu’ils sont riches, parce qu’ils le pétrole, le COLONEL JOHN GARRANG sudiste lui aussi grand officier formé en Angleterre, n’eut pas d’autres solutions que de prendre les armes pour se dresser contre le système instauré le Président OMAR EL-BECHIR.

Le 4 février 1959 quand les fils du Pool ont vu leurs frères du NIBOLEK que le MSA de Jacques OPANGAULT allié du truand Kikounga Ngot, commencèrent à massacrer, en éventrant deux, voire trois femmes bembés vers le Dispensaire Jeanne Viale sur l’Avenue…. une délégation composée de Monsieur Senso et d’autres fils du Pool, est allée voir le Président Fulbert YOULOU lui faire part de la préoccupation qui était la leur devant ce qui se passait à Ouénzé à partir du de la voix du Député Yambo.

Le Président Fulbert Youlou leur avait simplement parlé en parabole. « Voulez-vous que je vous donne des armes et vous dire ce qu’il y a lieu de faire, devant ce drame ? ». Et les dés étaient jetés.

Vous mes parents militaires du Pool, vous les 5 GENERAUX, les plus de 200 COLONELS, les plus de 200 COMMANDANTS, les plus de 100 capitaines, les plus de 100 Lieutenants sans compter les Adjudants Chefs et Adjudants, les Sergents Chefs et Sergents, les caporaux chefs et Caporaux, personne de vous tous ne peut comprendre la situation que traverse votre région ?
On nous fait une guerre dont on ne connait pas les origines, ne savons même pas le commencement et le pourquoi ? Sassou Nguesso nous fait la guerre parce que nous sommes tout simplement le POOL. Et vous MILITAIRES ORIGINAIRES DU POOL, vous regardez comme ça. Mais qui êtes-vous ?
Vous laissez Ntoumi tout seul se débrouiller contre ces fous venus de partout, de par le monde. De ces petits NORDISTES chauffés à bloc pour défendre, on ne sait quoi et quel pouvoir ? Et vous, vous les regardez votre région se décimer vos parents et vos villages se faire détruire ? Mais qui êtes-vous vraiment ?

LES LIEUTENANTS KIGANGA, DIAWARA NE LAISSERAIENT PAS LA SITUATION EN L’ETAT. ILS SE SERAIENT REVOLTES ET AURAIENT CROISE LE FER AVEC LE PETIT SASSOU NGUESSO ET LE RENVOYER DANS SA FORET OU AU BORD DE L’ALIMA FAIRE SON KAKA DANS L’EAU.

Je me rappelle la chanson que chantaient mes parents : « Mamé ééé eh bihombélé mbo tua salakua bia kaka é bihombélé ».

SI CETTE SITUATION S’ETAIT PRÉSENTÉE AU NORD DEVANT UN PRESIDENT DU SUD, LES MILITAIRES MBOCHIS N’ALLAIENT PAS CROISER LEURS BRAS. LA PREUVE : LE 5 JUIN 1997 : ALORS QUE LE COUP D’ETAT FUT DÉCLENCHE PAR EUX, TOUS LES BERETS ROUGES QUI ÉTAIENT A LA BASE AÉRIENNE SOIT 90 % DES EFFECTIFS ÉTAIENT TOUS PARTIS DANS LA NUIT DU 4 au 5 JUIN ARMES ET BAGAGES A LA MAIN REJOINDRE LES TROUPES DE SASSOU NGUESSO.

Ils sont tous partis parce que, pour ceux qui ne savaient pas, ils avaient cru que leur parent Sassou Nguesso du Nord était agressé par le Pouvoir de LISSOUBA. Et là, ce n’était qu’un individu, combien de fois toute une région, si elle avait été attaquée par les troupes du Président Pascal Lissouba ? La guerre continuerait encore jus qu’aujourd’hui. Or nous étions devant l’exécution d’un coup d’Etat et malgré cela, ils ont quand même continué la guerre à ses côtés.
Et moi MOUDILOU TONY GILBERT fils de Diambaka Paul et de Nkatoukoulou Henriette, petit fils de Biza ; militaire de formation comme vous, n’aurais jamais accepté cette situation de chien battu ou qui ne veut pas continuer la chasse. Choisit de lécher ses testicules. Voilà devant vous une situation et une histoire s’écrire, se dessiner, se passer devant vos yeux largement ouverts et vous êtes là ; débandés. Voulez-vous du viagra pour réagir ? JAMAIS ! Je pensais qu’au Pool, il n’y avait pas de lâches militaires qui ne se contentent que de leurs petits larcins, leurs petits salaires, je pensais qu’ils viseraient loin et gros. Quand je regarde la liste de nos GENERAUX, de NOS COLONELS, COMMANDANTS et CAPITAINES je pleure, je pleure de n’avoir que des lâches, des godillots dans ma région.

REVOLEZ-VOUS, RÉVOLTEZ-VOUS MILITAIRES DU POOL ! VOUS NE POUVEZ PAS CROISER VOS BRAS EN TANT QUE MILITAIRES ET LAISSER VOS PARENTS SE FAIRE MASSACRER ? C’EST IMMORAL ET MANQUANT DE SUPERBE.

Jamais les bembés n’auraient accepté une telle situation. je les vois trop fiers pour accepter pareille situation d’un Sassou Nguesso.

Moi MOUDILOU Tony Gilbert fils de DIAMBAKA Paul et de NKATOUKOULOU Henriette ; je vous avais arraché des mêmes mains du fou, la tenue de la Conférence Nationale Souveraine. Vous militaires du Pool, prenez vos responsabilités. Désolé mes frères mais je suis obligé de vous parler de la sorte car les moments sont trop durs pour notre région.

Avant que Sassou Nguesso n’envisage de s’asseoir autour d’une table, il faut d’abord lui botter ses fesses ; lui prouver que le Congo est à nous tous et qu’il comprenne que la piste de danse dont il a tendance à vouloir s’en approprier, ne lui a pas été laissée par ces cancres de parents : de père ou de pute de mère, cette piste est pour l’ensemble des congolais et personne n’a le droit de s’en emparer pour lui et surtout pas de Sassou dont on ne sait même pas si son père a existé au moment où les MATSOUA se battaient pour arracher ce pays des mains du colonisateur français.

Fils du Pool, arrêtez de vous et de nous dégonfler. Parce que demain quand nous ferons les comptes, nous verrons qui, dans son domaine a fait quoi que ce soit pour sauver nos parents.

J’ai parlé !

A Paris le 22 décembre 2017

Maître Tony Gilbert MOUDILOU,
Membre du MCDDI,
FILS DU POOL.
Président de l’AEDRA (Agir pour des Espaces Démocratiques et Républicaines en Afrique)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*