Editorial, Politique, Société

À peine annoncée, la stratégie de l’union des forces s’effrite….

À peine annoncée, la stratégie de l’union des forces s’effrite….

Par 

Jean-Claude BERI

Des divisions internes minent l’opposition congolaise, de la fédération de l’opposition en passant par le collectif des 17 partis, qui avaient pris une position qui d’aucun prévoyait la fin des plans cachés et le début d’un véritable combat contre le régime de SASSOU NGUESSO, revenu au pouvoir à l’issu d’un sanglant coup d’Etat en 1998.

C’était sans compter sur la frivolité de certains leaders qui se disent de l’opposition. Aucun propose d’y aller à la concertation de MADINGOU pour y peser devant ce qu’il qualifie de fourberie politique du pouvoir. Cette démarche serait celle qui risque de faire exploser le Collectif des 17 partis. Autant plus que MATHIAS DZON aurait changé sa position en la fléchissant. Il serait prêt à aller à MADINGOU pour dénoncer l’escroquerie en face. Cette démarche ne satisferait pas les autres membres du Collectif, en particulier les leaders du CAP qui s’opposeraient catégoriquement  à la concertation de MADINGOU. Je vous passe des détails des rumeurs  sur les sommes énormes qui ont été déversé sur cette plateforme pour réussir à l’atteindre au cœur de la coalition.

L’UPADS aurait quant à lui aurait déjà acté sa présence à la concertation de MADINGOU en mettant en avant que le fait que la politique de la chaise vide serait contre-productive. Il faut faire remarquer que l’UPADS est le seul parti de l’opposition qui n’avait pas fait de déclaration sur la concertation. Cela était dans l’air et il n’attendait que l’accélération des mallettes de billet de Fr CFA pour faire basculer la position de ceux hésitaient.

Pour l’heure, le YUKI camperait sur sa position de ne pas y aller et appellerait à un dialogue inclusif incluant toutes les forces vives de la nation. Comme cela ne vous à pas échapper TSATY et KOLELAS ne seraient plus sur la même longueur d’ondes. Mais,  si demain le couple ANGUOIS-PAKO changent d’avis, ce qui ne serait  pas exclu, la boucle serait bouclée, Je me serais donc trompé sur toute la ligne sur KOLELAS, pour l’heure, il reste du côté du bon grain.

La fédération de l’opposition semblerait  encore s’accrocher à un semblant d’unité dont elle sait pertinemment qu’elle s’effriterait  progressivement au fur à mesure que la date fatidique de l’ouverture de la concertation de MADINGOU s’approcherait. Mais que peut faire MUNARI, seule si la majorité des leaders de l’opposition déciderait d’aller à MADINGOU ???
CLEMENT MIERASSA, vient de publier une LETTRE OUVERTE, très percutante et incisive, mais qui à la fin n’aura aucun impact. Car elle serait déjà soupçonnée de la stratégie du cavalier seul.

Aujourd’hui, la valse-hésitation de ces leaders de l’opposition sur la conduite à tenir face à son pouvoir n’est plus moins qu’une partie de poker-menteur.
Ce que je dénonce et déplore dans mes récents articles se vérifie chaque jour. L’opposition congolaise est saucissonnée par ses propres erreurs. L’échec de l’unité n’est plus un vœu de l’esprit. Depuis septembre 2015 elle n’a plus a atteint aucun des objectifs qu’elle s’est fixés. Le parcours de cette opposition a été marqué par un déficit de cohésion et de confiance, comme on l’observe encore aujourd’hui.

Outre ses dissensions internes, l’opposition est secouée par les multiples corruptions portant sur des montants qui serait faramineux en dehors de la prime de participation qui serait de 15 millions par leader.
Depuis la fin de l’élection de 2016, l’opposition a souvent manqué d’une stratégie cohérente. Les tentatives de candidatures uniques ont toujours échoué la veille des élections présidentielles, laissant un boulevard au régime en place. Les leaders de l’opposition sont bien conscients qu’ils ont commis une grave erreur

Comme l’écrivait Alain Duhamel« L’union nationale est un fantôme qui resurgit à chaque grande épreuve et qui s’éclipse toujours trop vite »
Les Congolais ont besoin de cette union des forces. Et ce besoin ne se traduit pas seulement par une attitude sentimentale, mais par des actions, des attitudes fortes qui se traduisent par la constance et la discipline et surtout la ténacité. Le temps passant, le pouvoir va certes maintenir ou augmenter sa part de puissance, mais en mobilisera une part croissante simplement pour maintenir sa position, ce qui réduit d’autant la capacité de nuisance de l’opposition qui s’organisera principalement pour simplement maintenir la structure et conforter les positions de confort acquises.

Je ne le dirais jamais assez, diviser n’est pas régner, mais préparer le moment où on perdra tout, y compris son statut. Préparer le moment où, comme dit l’autre, Les NGUESSO ne seront toujours pas les premiers. Évidemment, plus ce moment tarde, plus le gâchis est énorme. La grande question est de savoir aujourd’hui dans quel Etat nous laisseront-ils , après le dépècement minutieux, le Congo ?  C’est dire que les Congolais doivent compter sur eux-mêmes pour limiter l’impact de ce dépècement en cours par un groupe de prédateur économique. Ce qui est loin d’être acquis quand on sait le mal du Congo vient essentiellement du fait de la mauvaise gestion de ses dirigeants, même si certains continuent à faussement penser que « ce sont les autres qui ne veulent pas que le Congo s’en sorte ». Alors que la réalité, on la connaît.

Aucun pays au monde n’a touche un tel fond. J’ai honte, comme la plupart, d’être congolais et je me demande qu’est ce que nous avons fait à Dieu pour qu’il transforme tout un combat révolutionnaire, en un cauchemar sans fin, en une prostitution sans limites, où il n y a aucune place, ni pour les valeurs, ni pour la nationalisme, ni pour la dignité.
Le Congo est un pays qui court vers sa fin. Avec ce rythme il sera foudroyé par le destin et se disloquera en mille morceaux. Il ne ressemble plus à un pays. Il ne mérite pas ce nom. Il est un territoire de l’avilissement, de la sauvagerie, du pillage, de l’imposture et du règne des crapules.

Svp, aidez moi à donner un nom à tout ça …..

Pauvre Congo

C’est mon opinion.

Jean-Claude BERI

Un commentaire

  1. Pingback Concertation de MADINGOU, l’opposition dans une opération mitigée - DAC E-NEWS

Laisser un commentaire