18/10/2017

Dernière mise à jour09:56:41 AM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Congo-Brazzaville : le colonel Marcel Ntsourou est mort en détention

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Congo-Brazzaville : le colonel Marcel Ntsourou est mort en détention

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

Le colonel Marcel Ntsourou est décédé ce matin à la maison d'arrêt de Brazzaville. Il avait été condamné en 2014 à une peine de travaux forcés à perpétuité.

L’ancien commandant en second du Conseil national de sécurité (CNS) n’aura donc survécu qu’un peu plus de deux ans à sa condamnation. Il est décédé dans la matinée, aux environs de 11 heures, après un malaise signalé par son co-détenu et neveu, Franck Mbani. Transféré à l’hôpital central des armées Pierre Mobengo, il y a été déclaré mort peu après, selon une déclaration du procureur de la République, André Gakala Oko, qui a ordonné l’ouverture d’une enquête de la police judiciaire sur le décès.

Accusé de rébellion et d’atteinte à la sécurité intérieure de l’État, Marcel Ntsourou avait été condamné en septembre 2014 aux travaux forcés à vie, après avoir été arrêté, le 16 décembre 2013, au terme de violents affrontements entre ses miliciens et l’armée, en plein centre de Brazzaville.

La cour criminelle l’avait reconnu coupable de « rébellion, détention illégale d’armes de guerre et de munitions, assassinat, coups et blessures volontaires et association de malfaiteurs ». Ce Téké des Plateaux, formé en Roumanie et en ex-URSS, fut pendant longtemps un fidèle du président Sassou Nguesso avant de basculer dans l’opposition radicale. Alors qu’il avait joué un rôle décisif dans le retour au pouvoir de Sassou en 1997, en commandant notamment le front de Pointe-Noire, il avait attendu plus de dix ans, en vain, d’être élevé au grade de général. Il vouait de ce fait une rancune tenace au président congolais.

Déchu

Il était ensuite tombé en disgrâce avec sa mise en cause dans l’explosion du dépôt d’armes et de munitions de Mpila, quartier résidentiel de Brazzaville, qui avait fait près de 300 morts le 4 mars 2012. La veille, le 3 mars, il avait prononcé un discours à l’occasion de son anniversaire, en affirmant que, s’il n’était pas promu, c’était « parce qu’il [était] téké et que les Mbochis (l’ethnie du chef de l’État) [avaient] décidé d’étouffer » les cadres de sa communauté.

Avant le procès des événements du 16 décembre, Marcel Ntsourou, ancien directeur du renseignement militaire, avait déjà été jugé deux fois par la cour criminelle. En 2005, il avait été acquitté dans l’affaire dite des disparus du Beach et, en 2013, à l’issue du procès de l’explosion de Mpila, il était ressorti libre après un an et demi de détention préventive, mais avec une condamnation à cinq ans de travaux forcés avec sursis, laquelle avait ensuite été alourdie à cinq ans de prison ferme.

Par Mathieu Olivier

Source JA

***

Dans le même contexte de la mort de M. Marcel Ntsourou ce vendredi 17 février 2017 à l'Hôpital Central des armées Pierre Mobengo, à Brazzaville, le Médecin Général, Directeur central des services de santé des armées, Pascal IBATA a fait également une déclaration.


***

Déclaration du Procureur de la République du Congo sur le décès de Marcel Ntsourou


 

Commentaires  

 
0 #4 serrurerie 07-09-2017 03:25
Je dois reconnaître que je nne comprenais rien et maintenant c’est vraiment plus clair dans
mon esprit grace à votre site web. merci beaucoup
Citer
 
 
0 #3 tendance-ethnique.fr 05-08-2017 22:23
Hâte de lire votre prochain article comme à chaque
fois.
Citer
 
 
0 #2 Z 29 17-04-2017 00:23
Google's current areas of business embrace Search
Engines, Google Docs (a web-based version of Microsoft Workplace,
which permits the live sharing of documents), YouTube, Google's video platform,
Google Buzz, which has similarities to a mix of Twitter
and Fb, Google has developed its personal mobile phone operating system the Andriod, Google earth, which
gives images of the earth and entire host of different amazing providers!
Citer
 
 
0 #1 K 20-02-2017 16:08
Pascal Ibata, est un faux médecin et faux Général. Il parle d’un arrêt cardio-ventilatoire. Il ignore personnellement ce que cela signifie.
« Un arrêt cardio-ventilatoire, ou arrêt cardio-respiratoire (ACR), est l’arrêt de la circulation du sang et de la respiration chez un individu.L’arrêt cardio-circulatoire ne signifie pas nécessairement la mort de la victime : en cas de constatation d’un arrêt cardio-circulatoire, il faut immédiatement prévenir les secours et commencer la réanimation cardio-pulmonaire en attendant les secours. »/fr.wikipedia.org.
Au-delà de la mort de la personne de Marcel Nstourou, se pose une question lancinante à laquelle nous ne devons sous aucun prétexte nous dérober, il y va de notre survie : Jusqu’à quand allons nous rester les bras croisés, à observer ces meurtres en série de la folie d’un homme et son clan pour, qui le pouvoir est un bien familial? Il y a urgence, sinon nous allons tous disparaître.(la voix du Peuple)
Citer
 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir