20/10/2017

Dernière mise à jour06:52:55 AM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Des millions d'argent public congolais siphonnés via des sociétés suisses

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Des millions d'argent public congolais siphonnés via des sociétés suisses

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

La compagnie aérienne nationale congolaise ECair lancée en 2011 se trouve en cessation de paiement. Des sociétés suisses se sont trouvées aux premières loges d'une gestion calamiteuse. Enquête sur des millions d'argent public évaporés.

 

"Dès le départ, j’ai su que des choses étranges se passaient, toutes mes propositions d’économies étaient ignorées par la direction alors que les comptes subissaient une véritable hémorragie, on nous cachait des informations. Je n’ai jamais vu ça dans ma carrière." C’est par ces mots qu’un professionnel de l’aviation passé par ECair résume le fonctionnement chaotique de la compagnie aérienne de la République du Congo. "C’est un gâchis."

Un gâchis, car ECair est clouée au sol depuis le 10 octobre 2016 pour impayés après avoir cumulé des années de déficits. Lancée en 2011 à grand renfort de fonds publics – plus de 400 millions d’euros ont été injectés - la compagnie était censée "contribuer à la modernisation du secteur des transports aériens de la République du Congo". Elle a fini par laisser un trou béant dans les caisses de l'Etat africain.

Une structure très suisse

Dans les faits, ECair n’était qu’une compagnie aérienne virtuelle. Son ossature était principalement composée - à grands frais - de deux sociétés suisses. L'une a offert "une assistance technique", l'autre a fait voler une partie de la flotte congolaise sous pavillon helvétique.

La première, CO Engineering & Management SA (COEM), spécialisée dans le consulting, a été enregistrée à Lugano en 2012. Les documents confidentiels auxquels a eu accès la RTS montrent que dans le fiasco ECair, COEM, placée aux premières loges, a su profiter des flots d’argent congolais.

Un "contrat relatif à l’assistance technique à ECair" a été signé en février 2012 entre la société luganaise et le ministre Jean-Jacques Bouya, président du conseil d'administration d'ECair jusqu'en 2013 et neveu de l'indéboulonnable président Denis Sassou Nguesso.

COEM, fraîchement constituée en partie d'anciens de Lufthansa Consulting, a repris le mandat initial de l'ex-employeur allemand et promettait de mettre à disposition d’ECair une équipe d’assistance technique pour garantir "une gestion efficace et efficiente". Un objectif loin d’avoir été atteint, selon la documentation et les nombreux témoignages obtenus.

Dès le début de l’aventure ECair, le directeur italien de COEM, Marco V., jouissait aussi du statut de "directeur de projet" de la compagnie aérienne, directement aux côtés de Jean-Jacques Bouya, ministre des "Grands Travaux", touché par l'enquête de la justice française sur les "biens mal acquis".

Autre directeur de COEM, le Belge Johan M. était adjoint de la directrice générale d’ECair, Fatima Beyina-Moussa, fille d'un ex-ministre congolais.

Relations imbriquées et doubles casquettes

Une part importante du reste de l’équipe managériale d’ECair reposait sur du personnel fourni par la société luganaise qui facturait ses services selon un système de forfait et des consultants externes "ad hoc".

Cette relation imbriquée entre ECair et COEM révèle des pratiques étonnantes. En tant que directeur général adjoint d’ECair, Johan M. a ainsi cosigné des demandes de virement des comptes bancaires de la compagnie aérienne à l’attention de la société luganaise, dont il est aussi l'un des directeurs.

Chez COEM, on explique qu'il n'existait pas de conflit d'intérêts car Johan M. "n'était pas signataire du contrat avec ECair", et que les ordres de paiements étaient aussi paraphés par la directrice générale.


A gauche, la structure managériale d'ECair, dont le directeur général adjoint cosigne un ordre de paiement (au centre) à l'intention de COEM, société dont il est aussi directeur (à droite). [DR]

Jusqu'à 700'000 euros par mois pour la société luganaise

Le travail des consultants externes supplémentaires engagés par COEM était facturé 1500 euros la journée de travail à ECair, soit 30'000 euros par mois, et ce sans tenir compte des frais de logement et de transport. Selon nos informations, COEM proposait couramment des rémunérations aux alentours de 8000 euros mensuels à ses consultants ad hoc.

Des factures indiquent que pour le seul mois de février 2015, en plus des frais fixes de 195'000 euros pour quatre chefs de projets, COEM a comptabilisé 480'000 euros pour l’équivalent de 15 employés à temps plein mis à disposition d’ECair.

La société luganaise aurait donc appliqué de la sorte de confortables marges. Ces bénéfices "ad hoc" ont parfois été envoyés sur un compte de l'United Arab Bank aux Emirats arabes unis, alors que les frais fixes ont été, eux, versés sur un compte de la Banca Popolare di Sondrio à Lugano.

Le directeur de COEM Marco V., qui refuse de définir l'aventure ECair comme un échec commercial, a assuré que ses tarifs, "qui correspondent aux pratique de l'industrie", ne conduisent pas à des marges extraordinaires.

Sur ses relations avec le ministère de Jean-Jaques Bouya, le directeur de la société tessinoise explique qu'elles "sont strictement celles d'un client et de son prestataire de services".

De 2013 et 2016, COEM a de cette façon facturé près de 22 millions d’euros à ECair, rapporte un audit commandé par le Ministère des finances congolais en début d'année. Selon COEM, l'existence d'impayés représente une preuve suffisante d'absence de conflits d'intérêt.

Ces chers avions genevois

En plus de COEM, une autre société suisse a longtemps eu accès à l'argent public congolais en fournissant des services à ECair: la compagnie d’aviation PrivatAir SA, installée à l’aéroport de Genève.

Les bureaux de PrivatAir à l'aéroport de Genève [DR]

"PrivatAir a eu droit au ‘contrat du siècle’ en s’occupant de l’aspect opérationnel d’ECair", raconte une source au plus près du dossier. "Je n’ai jamais vu de telles conditions sans aucune contrepartie", souligne cette dernière.

D’autres sources évoquent l’achat d’avions âgés ou peu compatibles avec le rôle qui leur était destiné, des commissions élevées et une opacité totale sur les opérations et services fournis.

Ces commentaires autour des relations entre ECair et PrivatAir sont renforcés par différents travaux d'auditeurs auxquels nous avons eu accès. Ernst & Young, réviseur d’ECair, écrit avoir "constaté que la société ne dispose pas de contrôle permettant de s’assurer de la correcte évaluation par PrivatAir des éléments facturés". "La société comptabilise les factures reçues de son partenaire sans vérification" et soulève des risques de "fraude et de facturation par PrivatAir d’éléments fictifs", note le document.

Ernst & Young a sonné l'alerte à plusieurs reprises. [DR]

ECair, principal revenu pour PrivatAir

Selon nos informations, le deal avec ECair représentait une part "substantielle" des revenus de PrivatAir. Les livres comptables de la compagnie congolaise montrent que rien qu'en 2014, la société arborant la croix suisse sur son logo a facturé à ECair près de 60 millions d'euros.

La santé financière de PrivatAir et ECair était intrinsèquement liée. Pour preuve, lorsque la viabilité de la compagnie congolaise a été menacée par la fin du financement public aveugle, PrivatAir s’est plaint début 2015 dans un courrier à la direction d'ECair que les impayés mettaient la société genevoise "dans une situation financière critique".

La façon dont a été géré le contrat avec ECair est incompréhensible

Le nouveau président du conseil d'administration de PrivatAir

"La façon dont a été géré le contrat avec ECair est incompréhensible", n'hésite pas à affirmer le nouveau président du conseil d'administration de PrivatAir, directeur de SilverArrow Capital. Le groupe d'investissement anglais, qui détient désormais 51% de la société genevoise, affirme avoir eu la surprise de découvrir que les créances à recouvrer pesaient le double de celles annoncées par l'équipe dirigeante précédente.

Bien que ses factures adressées à ECair soient restées totalement impayées à partir d'août 2015, l'ancienne direction de PrivatAir n’a pas formellement poursuivi ECair pour récupérer les sommes dues.

C'est seulement à l’arrivée du nouvel actionnaire majoritaire annoncée le 27 octobre - soit à peine deux semaines après l’immobilisation totale des appareils d’ECair - qu'une procédure a été lancée. PrivatAir vient de remporter sa première bataille contre ECair auprès d'une cour belge pour récupérer les sommes qu'elle estime lui être dues.

Selon nos informations, une enquête interne a été diligentée chez PrivatAir pour faire la lumière sur les zones d'ombre de ce dossier.

L'ex-actionnaire majoritaire de PrivatAir s'est défendu en affirmant que durant ses six années de participation au projet ECAir il n'avait "jamais vu ni entendu le moindre soupçon de corruption", expliquant que toutes les parties "avaient été déterminées à améliorer les transports du pays, créer des compétences ainsi que des emplois dans l'aviation pour les citoyens congolais".

Explications exigées par la rue congolaise

Jeudi dernier, ce sont justement des citoyens congolais qui ont organisé un sit-in devant le siège de la compagnie aérienne à Brazzaville pour demander des comptes sur la débâcle d'ECair, les employés locaux n’ayant plus été rémunérés depuis huit mois. "On assiste à des situations sociales très difficiles, des gens n’arrivent plus à payer leurs factures et doivent quitter leur maison", raconte Franck N’Zila, coordinateur du mouvement social Ras-le-bol.

Les salaires de la majorité des employés congolais étaient fixés entre 150'000 et 300'000 francs CFA bruts, soit une fourchette comprise entre 230 et 460 euros mensuels.

Prendre conscience des montants absorbés par les sociétés suisses lors de l’aventure catastrophique ECair et pour un résultat nul choque la société civile congolaise. "J’espère que la justice suisse montrera que l’on ne peut pas impunément venir ici siphonner notre argent", réclame Franck N’Zila.

En Suisse, le Ministère public de la Confédération a déjà ouvert dans un autre cadre en 2014 une procédure sur des détournements de fonds congolais. La présence des sociétés genevoise et luganaise pourrait inciter les procureurs cantonaux à s'intéresser au cas ECair et à ses ramifications suisses.

Marc Renfer

http://www.rts.ch/info/suisse/8474630-des-millions-d-argent-public-congolais-siphonnes-via-des-societes-suisses.html


Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir