18/10/2017

Dernière mise à jour09:56:41 AM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Mme Gisèle Marie Gabrielle AMBIERO victime de l’incompétence et l’irresponsabilité au sommet de l'Etat

Flash information

***** Le Congo dans le rouge : Le pays s’est ré-endetté à hauteur de 2.700 milliards FCFA en 2015 . *******

Mme Gisèle Marie Gabrielle AMBIERO victime de l’incompétence et l’irresponsabilité au sommet de l'Etat

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

J’aimerai profiter de cet espace de dialogue républicain pour adresser un message de sympathie et surtout de soutien Mme Gisèle Marie Gabrielle AMBIERO.

Pas besoin de s’étendre sur ce qui a été un gros mensonge et surtout saupoudrée d’une grosse escroquerie qui a permis à beaucoup de personnes proches du clan sassou de s’enrichir. Sur le terrain, les faits parlent d’eux-mêmes. Le déclin du CHU n’est qu’une goutte d’eau face à cet océan d’incompétence érigé au sommet de l’Etat Sans gêne il ouvre la Chasse à l’homme disant plutôt dénoncer ce que toute feint de ne pas voir A qui mentira le plus, promettra les meilleures solutions, trouvera les remèdes à la crise socio politico actuelle, arrivera à endiguer le chômage, parviendra à nous faire  vivre mieux à défaut slogans farfelus.

Mme Gisèle Marie Gabrielle AMBIERO. Votre courage marque votre entrée dans la sphère des congolais intègres, dignes et surtout fières BRAVO et COURAGE.

Aucune organisation politique n'est capable de relever notre pays. On assiste à des scènes désolant ou on jette un os dans la cour et tous les fauves se jettent dessus pour se partager le repas ou mieux se partager les portefeuilles privilégiés. Le Congo, notre pays a pris le chemin inverse depuis le retour sanglant au pouvoir de Denis SASSOU NGEUSSO dans la mesure où les efforts démocratiques entamés dans les années 90 sont remis en cause sinon simplement assassinés progressivement.

Absence de volonté, excès de zèle, laisser-aller, l’administration congolaise est devenue un gigantesque défouloir de tout. Les usagers sont traités avec la plus inqualifiable des attitudes désinvoltes qui soit, sans que cela n’interpelle les autorités. Les relations entre les Congolais et leur Administration sont devenues tellement sombres que seules les personnes les plus initiées aux méthodes de l’ethnicisme, du régionalisme, du clanisme, du clientélisme, du forcing, etc… peuvent espérer obtenir gain de cause dans leurs démarches. Lorsque l’on s’inscrit dans une dynamique de recherche de réponse à l’intérêt de la collectivité nationale et à celui des agents publics eux-mêmes est vite perçu comme un crime d’État.

Mme Gisèle Marie Gabrielle AMBIERO est simplement victime d’avoir dénoncé la situation chaotique d’un centre hospitalier de Brazzaville laissé à l’abandon. Au lieu d’être un lieu de salut ou les vies sont réparées et sauvées, le CHU est devenu un mouroir à ciel ouvert.

Le constat est alarmant et très inquiétant. C’est une société congolaise fragmentée en mal d’ambition collective qui se dessine chaque jour en creusant progressivement une atmosphère soupçonneuse et désarmante. Cette situation, connue de tous,  provoque aujourd’hui un sentiment de repli sur soi, une volonté manifeste de se protéger de l’autre avec en toile de fond un sentiment sous-jacent d’injustice.  Désormais, ceux qui respectent la loi sont parfois moins bien  traités que ceux qui la bafouent quotidiennement. L’émergence d’un sentiment de « Racisme social » voit le jour mettant en concurrence les Congolais non pas pour faire éclater l’excellence au travail, mais bien pour encourager la frustration et la médiocrité.

Autrement comment justifier une telle sanction à l’encontre de Gisèle Marie Gabrielle AMBIERO ?

Le Congo nage dans un vrai gâchis d’argent public permanent, dans une bain de cécité politique incurable.

Ce constat est une préoccupation identifiée et qui lamine notre société. Il est important, à ce niveau d’attirer l’attention du peuple congolais qui vont dans quelques jours plébiscités des députés dont les comportements de dilapidateurs ne cessent de creuser la tombe du Congo

La politique devient fantaisiste presqu' un jeu de fou appelé « RUPTURE » a-t-elle jeté un voile sur le visage des congolais ? Comment accepter qu’on jette en pâture une femme qui n’a fait que protéger les populations ,  refuser de voler, flatter, corrompre etc. Est-ce à ce niveau qu’il convient de diriger un Centre Hospitalier de Brazzaville ?

Dire la vérité est devenue un mal qu’on condamne, se condamnerait demain en atteinte de l’état et en irresponsabilité. Alors que les vrais irresponsables savourent leurs incompétences ne connaissent pas la crise permanente dans laquelle le pays s’enlise de plus en plus.

La dignité du peuple congolais est bafouée par un groupe de petits esprits qui croient détenir tous les privilèges liés à une société clanique partisane

J’ai honte pour le Congo

Jean-Claude BERI


 

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir