29/07/2014

Dernière mise à jour10:52:45 AM GMT

Vous êtes ici >> Actualités A la une Politique Décret de nomination des nouveaux généraux des Forces armées congolaises

Flash information

*** Fiasco des meetings de la honte organisés par le PCT à Paris , Pierre NGOLO et NGAKALA humiliés, salle presque vide, des militants réclamant les 250 euros en colère !!! ***

Décret de nomination des nouveaux généraux des Forces armées congolaises

Envoyer Imprimer PDF
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

TRIBUNE LIBRE:

 

Les décrets portant nomination de ces généraux.

 

Par décret n°2011-390 du 17 juin 2011, le Président de la République, sur proposition du comité de défense, décrète : article 1er, est nommé à titre normal au grade de général de brigade pour compter du 17 juin 2011, armée de terre, infanterie aéroportée, le colonel Okoye Blanchard Guy.

Décret n°2011-391 du 17 juin 2011, le Président de la République décrète, article 1er : est nommé à titre normal au grade de général de brigade pour compter du 17 juin 2011, armée de terre, infanterie aéroportée, le colonel Bokemba Gilbert.

Décret n°2011-392 du 17 juin 2011, le Président de la République décrète, article 1er : est nommé à titre normal au grade de général de brigade pour compter du 17 juin 2011, armée de terre infanterie, le colonel Mouani Paul Victor.

Décret n°2011-393 du 17 juin 2011, le Président de la République décrète, article 1er : est nommé à titre normal au grade de général de brigade pour compter du 17 juin 2011, armée de terre artillerie, le colonel Ossélé François.

Décret n°2011-394 du 17 juin 2011 portant nomination d'un officier général, le Président de la République décrète, article 1er : est nommé à titre normal au grade de général de brigade pour compter du 17 juin 2011, armée de terre génie, le colonel Avoukou Emmanuel.

Décret n°2011-395 du 17 juin 2011 portant nomination d'un officier général, le Président de la République décrète, article 1er : est nommé à titre normal au grade de général de brigade pour compter du 17 juin 2011, armée de terre armement et munition, le colonel Mambou Guy Bleck Clément.

Décret n°2011-396 du 17 juin 2011 portant nomination d'un officier général, le Président de la République décrète, article 1er : est nommé à titre normal au grade de Contre-Amiral pour compter du 17 juin 2011, marine nationale commandement, le capitaine de vaisseaux Bouagnabea Moundanza André.

Décret n°2011-397 du 17 juin 2011 portant nomination d'un officier général, le Président de la République décrète, article 1er : est nommé à titre normal au grade de général de brigade aérien pour compter du 17 juin 2011, armée de l'air pilote de chasse, le colonel Tchikaya Jean-Baptiste Philippe.

Article n°2: Tous ces décrets seront enregistrés et insérés au journal officiel et communiqués partout ou besoin sera.

Fait à Brazzaville, le 17 juin 2011.
Le Président de la République
Denis Sassou N'Guesso.

____________________________________________

Habemus nouveaux généraux ?
"Lettre du Continent  février 2010"

Entendons-nous bien : il ne s’agit pas ici de corruption mais de bonne gouvernance (à la sauce Sassou) ou comment fabriquer des généraux sur une base familiale, clanique...

« Le président congolais Denis Sassou Nguesso devrait promouvoir en mars au rang de généraux de brigade plusieurs " colonels ". D'après nos sources, une dizaine d'entre eux guettent le facteur : Bonaventure Engobo,ambassadeur et directeur du protocole ; Edgard Nguesso,directeur du domaine présidentiel ;Jean Olessongo, aide de camp principal depuis douze ans ; André Bouagnabea Moundanza, chef d'état-major de la marine ; Philippe Jean-Baptiste Tchicaya, chef d'état-major de l'armée de l'air ; Gilbert Bokemba, commandant de la zone autonome de Brazzaville ; et Marcel Tsourou, secrétaire général adjoint du Conseil national de sécurité (CNS). Entre autres ».

La rue brazzavilloise, elle, détient une autre version des faits : le " bâtisseur infatigable " aurait ajouté à la brochette de généraux de sa famille proche (laquelle comprend déjà en plus de lui-même, et sauf erreur, son cousin, le « vice-président » Jean-Dominique Okemba et son neveu Hilaire Moko) Edgard Nguesso son neveu. Le décret aurait été déjà pris mais devant le chagrin qu'aurait occasionné cette nomination parmi les autres colonels non moins méritants, la prudence et la prévoyance militaires auraient commandé qu'on temporise et qu'on élargisse la promotion y compris pour ne pas apparaître trop tribaliste, en incluant un « intrus » (de la belle-famille ?) originaire du sud du pays parmi les huit ou dix bienheureux prévus. Il ne faut en effet pas trop donner l'impression de creuser encore plus le gigantesque déséquilibre nord-sud entretenu dans la répartition régionale des généraux au sein des forces armées...

Toujours selon la rue les généraux déjà en fonction considéreraient qu'ils ne seraient pas rémunérés à la hauteur de leurs multiples tâches, harassantes, chacun le reconnaît. Va pour une rallonge de 5 millions, histoire de ne pas laisser mourir ces malheureux sur la paille et surtout histoire de les goinfrer assez pour qu'ils ne nourrissent pas trop d'idées malfaisantes. Même si le cas Mamadou Tandja au Niger - renversé par ses officiers alors que le pauvre n’avait pas lésiné sur les moyens, attribuant, parait-il, villas et cash à ces derniers - montre que trop manger n'empêche pas de réfléchir et n'inhibe pas toute ambition. Mamadou est aujourd'hui à l’ombre, un moindre mal pour lui dans la fournaise de Niamey..

Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir