24/10/2014

Dernière mise à jour08:23:45 AM GMT

Vous êtes ici >> Actualités Régions Niari Lancement des études d'aménagement de la route Doussala-Dolisie

Flash information

*** Congo : la justice française confirme la mise en examen du général Norbert Dabira !!! *** Décès ce matin à 1h à l’hôpital d’Orléans en France de l'honnorable PANDOU WILFRID alias WILLY MATSANGA****

Lancement des études d'aménagement de la route Doussala-Dolisie

Envoyer Imprimer PDF

SSDolisie, capitale du département du Niari a abrité mercredi, 16 novembre dernier, un atelier consacré au lancement officiel des études relatives à l'aménagement de la route Doussala (Gabon)-Dolisie (Congo) et de facilitation du transport sur le corridor Libreville-Brazzaville. A cette occasion, les experts commis à cette tâche ont été officiellement investis dans leurs missions en présence du ministre délégué de l'aménagement du territoire et de l'intégration, Josué Rodrigue Ngouonimba et de l'ambassadeur de la République Gabonaise en République du Congo, Barthélémy Ongayi. Cet atelier avait pour but de permettre une meilleure appropriation du projet par les principaux acteurs et une bonne imprégnation de toutes les parties prenantes.

L'aménagement de la route reliant les localités de Doussala et Dolisie longue de 326 km participe de la réalisation du premier objectif du plan directeur consensuel des transports en Afrique Centrale adopté en 2004 par les chefs d'Etat et de gouvernement de la Communauté Economique des Etats de l'Afrique Centrale, celui de relier les capitales des Etats membres par des routes entièrement bitumées. Cette route constitue un maillon important de liaisons inter-capitales Libreville-Brazzaville. La volonté affichée par les gouvernements du Gabon et du Congo a hissé ce projet au rang des priorités régionales et continentales. En effet, la route reliant les localités de Mouila, Ndéndé et Doussala au Gabon, à celle de Dolisie au Congo, figure parmi les projets retenus dans le premier programme prioritaire du Nepad en Afrique Centrale.

Sur sa section Doussala-Dolisie, le projet de cette route porte sur l'aménagement et le bitumage des tronçons routiers dans chaque pays, notamment la construction du pont frontalier sur la rivière Ngongo, la construction d'un poste de contrôle frontalier unique et un programme de facilitation du transport sur le corridor Libreville-Brazzaville. D'ores et déjà, d'importants efforts ont été consentis par les deux gouvernements pour le bitumage des tronçons Pointe-Noire-Dolisie-Brazzaville au Congo, et Doussala-Ndéndé-Mouila-Libreville au Gabon. La bretelle Doussala-Dolisie constitue ainsi le dernier maillon devant permettre aux deux capitales d'être enfin reliées. Ce maillon qui a trainé pendant de longues années, par manque de financements, a reçu l'aval de la Banque Africaine de Développement, suite à une requête de la CEEAC confirmée par les gouvernements des deux pays bénéficiaires. Les démarches y relatives ont permis de boucler le financement du projet évalué à environ 1 milliard 371 millions de francs CFA.

Dans le protocole d'entente signé en juin 2011, les deux gouvernements ont délégué à la CEEAC, le rôle d'organe d'exécution ; le comité technique mixte étant assuré par des experts désignés par les deux pays, de manière égalitaire et équitable. Les cadres qui animent les deux organes ont reçu entre autres missions, de fournir aux gouvernements du Gabon et du Congo, des éléments pertinents leur permettant d'opérer des choix en parfaite connaissance de cause, notamment sur le tracé, les caractéristiques techniques et le mode de gestion du corridor, ainsi que les ouvrages frontaliers.

Par J.D - Le Partiote



Ajouter un Commentaire

Vous vous engagez à ce que vos contributions (1) soient dénuées de :
• propos à caractère tribal, ethnique, raciste, xénophobe, révisionniste ou pédo-pornographique;
• toute instigation, dérivés sécessionnistes ou séparatistes du CONGO-BRAZZAVILLE ;
• propos injurieux, diffamatoires, ou portant atteinte à la vie privée, au droit à l'image, ou aux droits de la personnalité de quiconque;
• propos portant atteinte à la dignité humaine;
• provocation à la violence, au suicide, au terrorisme et à l'utilisation, la fabrication ou la distribution de substances illégales ou illicites;
• provocation, apologie ou incitation à commettre des crimes ou des délits et plus particulièrement des crimes contre l'humanité;
• contenu à des fins de réclame, de propagande, de prosélytisme.
En outre, invectives, attaques personnelles et harcèlement n'ont pas leur place sur le site DAC-PRESSE, dont l'objectif est de permettre un débat libre et de qualité.
Cette liste est non exhaustive et le respect des textes en vigueur, même non spécifiquement mentionnés ici, est requis.


Code de sécurité
Rafraîchir