Economie, FINANCE, Politique

ALERTE ALERTE ….. FMI

ALERTE ALERTE ….. FMI

 

Par Verlin Richard

 

 

Richard Verlin

Effondrement économique dans certains pays si le G20 n’agit pas sur la dette. Ce n’est pas moi qui le dis mais le FMI en chaire et en os.

Décryptage:

Le FMI s’inquiète donc sur la dette de certains pays. Il s’agit ici des pays dit à faible revenus, en termes simples des pays pauvres ou pays sous-développés.

Ce ne sont pas tous les pays mais CERTAINS. Alors j’ai regardé quels sont les pays qui sont dans ces certains ? Et bingo : le Congo en attente de l’aval du conseil d’administration du FMI pour une facilité élargie de crédit. En d’autres termes, si cette FEC venait à être accordée, celle-ci n’aurait aucun impact sur la dette du pays, pour cause l’objectif de la FEC n’est pas pour agir sur la dette publique mais uniquement pour soulager la balance des paiements d’un pays.

En somme le FMI demande au G20 d’agir sur la dette des pays endettés soit en reconduisant le moratoire sur le paiement du service de la dette ( les intérêts de la dette) qui prend fin en 2021 jusqu’en 2022; soit en annulant carrément la dette de ces pays ( impensable mais possible).

Dans le cas du Congo même si les pays du G20 venaient à prolonger le moratoire sur le paiement des intérêts de la dette, cela ne résoudrait pas le problème car la structure de la dette extérieure du Congo est faite des dettes bilatérales, multilatérale et commerciale.

En fin 2020 la caisse congolaise d’amortissement dans son rapport sur la dette publique du Congo indique que celle-ci était de 6016,50 milliards de FCFA soit 98 % du PIB dont 3767,42 milliards de fcfa de dette extérieure et 2249,08 milliards de fcfa de dette intérieure.

La structure de la dette extérieure du Congo est repartie de la façon suivante :

1- commerciaux : 46%

2- Bilatéraux : 42 %

3- Multilatéraux : 12%

Autrement dit les grands créanciers du Congo sont les créanciers privés et non les pays du G20 . Autrement dit , le Gouvernement congolais DEVRAIT impérativement négocier la RESTRUCTURATION de sa dette commerciale afin d’éviter l’effondrement économique du pays sauf si les créanciers bilatéraux ( le G20 et autres pays créanciers) et les créanciers multilatéraux ( FMI, BM et autres) décidèrent d’annuler la dette extérieure du Congo ( ce qui ne risque pas d’arriver).

Conclusion : il faut contraindre les créanciers commerciaux au nom de la sûreté de l’Etat de NÉGOCIER et de SIGNER la Restructuration de la dette commerciale.

Par Verlin Richard

Laisser un commentaire