AGRICULTURE, CORRUPTION, DETOURNEMENT, DIASPORA, FINANCE, Justice, Politique, Société

Anatole Collinet Makosso se prend les pieds dans les terres arables

Anatole Collinet Makosso se prend les pieds dans les terres arables

Benjamin BILOMBOT BITADYS

 

La polémique enfle. Le débat fait rage sur les réseaux sociaux. Le sujet est suspendu sur toutes les lèvres. Ce n’est pas sur le sexe des anges que se porte la discussion. Ni sur la vidéo bidouillée de l’écrivain Alain Mabanckou, tressant des lauriers à Belinda Ayessa, une espèce de Madame de Pompadour de Makoua, à la demande insistante de Jean-Claude Ngakosso, vidéo taillée en pièces et descendue en flamme par Thierry Oko sur « Congopage ». C’est sur une thématique bien précise. La cession des terres du Congo-Brazzaville au Rwanda qui provoque un véritable pataquès.

CROIX DE FER, CROIX DE BOIS

Il y a une polyphonie sur le sujet de la cession des terres du Congo-Brazzaville au Rwanda. Sur RFI le 15 avril 2022, Christophe Boisbouvier a interpelé le Premier Ministre Anatole Collinet Makosso : « A la suite de la visite à Brazzaville de Paul Kagamé dans votre pays, 12 000 hectares de terre arable vont être cédés pour 25 ans à des fermiers rwandais, cela ne risque pas de léser les fermiers congolais ? »

Anatole Collinet Makosso a répondu, la voix gorgée de mépris, d’arrogance et de suffisance : «  Il ne s’agit pas de céder des terres aux rwandais, il s’agit de créer en terre congolaise, une société de droit congolais qui va s’engager dans le travail agricole. Donc, lorsqu’il s’agit de créer des emplois pour accélérer la politique agricole, nous n’avons pas avoir des inquiétudes pour cela  ». Le Premier Ministre du Congo-Brazzaville est sur une ligne de crête. Denis Sassou Nguesso et Chrystel Sassou font une chose, le natif du Kouilou dit autre chose. Anatole Collinet Makosso est catégorique. Pas de cession des terres arables. Ce qui contredit la version officielle.

La cession des terres arables du Congo-Brazzaville au Rwanda aura-t-elle lieu ? Le communiqué officiel publié à l’issue de la visite de Paul Kagamé relayé par de nombreux articles de presse est on ne peut plus clair. Les déclarations d’Anatole Collinet Makosso créent la confusion. Le trouble gagne les esprits.

CESSION

La République du Congo va céder 12 000 hectares de terres arables à l’Etat rwandais dans trois départements du pays. Ces terres seront utilisées pour le développement des activités agricoles, notamment dans la culture du ricin. Cette annonce a été faite lors de la visite du président Paul KAGAME en terre congolaise du 11 au 13 avril 2022. Notons que huit accords de partenariat, convention et mémorandum d’entente dans divers domaines ont été conclus en signe de réchauffement des relations bilatérales entre la République du Congo et le Rwanda (Africa24, 15 avril 2022). Le holding financier du Ewanda Crystal Venture s’est engagé à investir 110 milliards de francs CFA dans la zone industrielle de Maloukou.

SUBSISTANCE

Selon Antoine Bienaimé Obam-Ondon, l’agriculture congolaise est demeurée depuis des décennies, une agriculture de subsistance pratiquée par des petits producteurs et caractérisée par un faible niveau de développement des systèmes de production. « A ce stade, la contribution de l’agriculture congolaise au PIB est passée de 30% dans les années 60 à 10% à la fin de la décennie 90 et à 3,5% en 2016  », avait-il expliqué (Les dépêches de Brazzaville, 1er mai 2021).

SLOGANS

La politique agricole du Congo-Brazzaville qui depuis les années 80, se hâte lentement vers ses objectifs (l’autosuffisance alimentaire, une école un champ, agriculture priorité des priorités), épouse les pics et les ressacs d’une agriculture en dents de scie. Les populations du Congo-Brazzaville sont-elles incapables de pratiquer les activités agricoles ? Manque-t-il des capitaux au Congo-Brazzaville pour financer l’agriculture ? 114 milliards de francs CFA alloués à l’agriculture se sont volatilisés à l’époque de Rigobert Maboundou. Henri Djombo a quitté le ministère de l’agriculture, la queue entre les pattes, en laissant derrière lui un champ de ruines (Cf L’envolée des prix agricoles). François Xavier Katali, Justin Lékoundzou, Marius Mouambenga et Jeanne Dambendzet ont roulé leurs bosses au Ministère de l’agriculture. Personne n’a le souvenir de leurs prouesses. Où est passé le fonds d’investissement du Congo-Brazzaville créé à l’époque où coulait le lait et le miel ? Pourquoi les activités agricoles dans les diverses localités du pays ne reçoivent-elles pas des financements du fonds d’investissement du Congo-Brazzaville ?

ANATOLE, LE TOLLE

Pourquoi Anatole Collinet Makosso nie-t-il l’évidence ? Pourquoi adopte-t-il le double langage ? Pourquoi veut-il travestir la vérité ? S’agit-il du rétropédalage du gouvernement du Congo-Brazzaville face au tollé général ? Anatole Collinet Makosso peut-il aller à l’encontre de la volonté affichée de Sassou Nguesso et Chrystel Sassou d’avoir à portée de main des hommes venus du Rwanda ? Le Premier Ministre Anatole Collinet Makosso va-t-il se mettre à dos Denis Sassou Nguesso et Chrystel Sassou ? Anatole Collinet Makosso aurait-il changé de bord ? Est-ce le commencement des douleurs pour Anatole Collinet Makosso ?

Alors que, Premier Ministre du Congo-Brazzaville, il se prend les pieds dans les terres arables, Anatole Collinet Makosso a toutes les peines du monde à justifier et minimiser une mesure prise à Oyo par Sassou Nguesso et Chrystel Sassou : la cession de 12 000 hectares de terres arables au Rwanda (soit 120 km2, trois fois la superficie de Pointe-Noire). Tout en faisant preuve de fermeté et de détermination, sur RFI le 15 avril 2022, pour Anatole Collinet Makosso, l’enjeu était de montrer que le sujet de la cession des terres arables, est à la fois simple et complexe. Un oxymore.

Benjamin BILOMBOT BITADYS

Laisser un commentaire