Economie

Avis aux entreprises congolaises, fonctionnaires et retraités congolais

Le retour de notre économiste , Verlin Richard

AVIS AUX ENTREPRISES CONGOLAISES, FONCTIONNAIRES ET RETRAITES CONGOLAIS

VERLIN RICHARD

Comme vous le savez le Gouvernement congolais avait décidé de la titrisation de sa dette intérieure, soit 360 milliards de F CFA répartis de la sorte : 132 milliards 231 millions 876. 547 F CFA pour les dettes commerciales envers les opérateurs économiques. 227 milliards 768 millions 123.453 F CFA de dettes sociales, vis-à-vis des fonctionnaires, retraités et autres.

NB : cette dette concerne la période de 2014 à 2016. L’échéance de son apurement est de 7 ans.

Avantage pour l’État congolais :

Avec cette titrisation, l’État congolais réalise, ce qui s’appelle le rééchelonnement de sa dette intérieure qui devrait être remboursée pendant 7 ans. Cette opération a un autre avantage, celui d’alléger la dette publique du pays.

Vu par un financier, c’est une bonne opération pour l’État congolais. Mais, vu par un économiste, cette opération comporte un aléa moral, que l’économiste Adam Smith désigne par un effet pervers qui peut paraître dans certaines conditions de risque…

Je pense naturellement au risque de décès de nos retraités qui pourrait survenir durant les 7 années de l’apurement de cette dette publique. Combien de retraités seront encore en vie en 2027 ? Je prie tous les dieux quels qu’ils soient pour bénir et préserver tous ses vaillants retraités, nos chers ainés !

Avantages et inconvénients pour les entreprises congolaises, fonctionnaires et retraités :

  1. Avantages :

Toutes les entreprises congolaises, les fonctionnaires et les retraités qui ont une créance envers l’État congolais vont recevoir un certificat spécial de créance par le Trésor public congolais. Une entreprise qui reçoit son certificat spécial de créances pourrait le vendre à un investisseur national ou obtenir directement des liquidités en le déposant à sa banque pour l’escompter. Les fonctionnaires et retraités pourront aussi faire pareil.

  1. Inconvénients :

Le rachat de ces certificats par des investisseurs nationaux ne se feront pas sans frais. Autrement dit, le montant indiqué sur le certificat ne sera pas le montant qui sera reçu après le rachat. Par ailleurs, l’escompte ne se fait pas non plus sans frais car l’escompte est une procédure de financement très simple.

La somme effectivement mise à la disposition des clients par le banquier est égale à la différence entre la valeur nominale de l’effet et l’agio.

A titre d’exemple :

Imaginons une entreprise qui reçoit un certificat spécial de créances de 90 000 000 CFA.

Le nombre de jours est de : 75+1 jour de banque = 76.

Le taux d’escompte est de 12% (vérifiez auprès des banques congolaises à combien est le taux d’escompte).

Calculons ensemble le net encaissé par notre entreprise :

Coût de l’escompte :

90 000 000 x 12/100 x 76/360 = 2 280 000 FCFA

Net encaissé par l’entreprise :

90 000 000 –2 280 000 000 = 87 720 000 F CFA

Ma recommandation :

Une entreprise qui a besoin de trésorerie, elle a intérêt d’escompter son certificat spécial de créances. Par contre, si votre certificat spécial de créances comporte un montant faible, n’escomptez pas ! Quant aux fonctionnaires et retraités, je leur conseillerai de se regrouper pour trouver un investisseur national qui pourrait racheter leurs certificats spéciaux de créances pour avoir du cash au plus tôt.

VERLIN RICHARD

Laisser un commentaire