Economie

BGFI BANK Congo au bord de la faillite !

L’immeuble abritant le siège de la BGFI BANK CONGO au centre-ville de Brazzaville

Au-delà de bels immeubles, l’amateurisme de ses dirigeants a plongé la banque dans la faillite.                                                                                                                  Comment la Bgfi Bank n’a t-elle pas pu s’entourer des ratios prudentiels avant d’accorder 26 milliards de FCFA à Ecair, une compagnie aérienne en faillite ? Comment la Bgfi Bank a t-elle accordé une série de crédits sans nantissement aux Nguesso, dont 200 millions de FCFA au patriarche Maurice Nguesso, un homme d’affaires en carton?

Autant de questions que se posent aujourd’hui les nombreux travailleurs congolais, inquiets sur leur avenir dans cette banque où Narcisse Obiang, le directeur général qui a battu le record de longévité à ce poste dans la sous région CEMAC. Ce fang du Gabon, plus enclin à l’affairisme et au plaisir de la chair avec des gamines, a davantage contribué à la faillite de la Bgfi Bank Congo. Mouna Ibata, une petite métisse congolaise, à qui il avait promis monts et merveilles, sans pour autant tenir promesse, en sait quelque chose…

Sentant la faillite, de nombreux gros clients ont intelligemment arrêté des transactions avec la Bgfi Bank Congo. Il faut noter que l’amateurisme de Narcisse Obiang a fait de ses collaborateurs de gros bureaucrates, qui attendaient, bras croisés, les transactions de la SNPC, derrière laquelle un seul paiement de facture du brut à l’étranger en dollars us procurait de juteux bénéfices grâce au jeu de change dollar/fcfa. 
Des transactions pétrolières qui ont fini par faire de la filiale bgfi bank du Congo, le number one.

Ce qui a d’ailleurs amené Henri-Claude Oyima, le pdg de la Bgfi Bank, à approuver la construction d’un impressionnant siège à Brazzaville, sur le boulevard Denis Sassou Nguesso. Une grosse dépense pour rien.
Une embellie de la situation financière du groupe qui n’a manifestement profité aux cadres et agents congolais.

À preuve, aucun cadre congolais n’occupe pas un poste en vue à la Bgfi Bank. Le DG, DGA, DFC… sont des gabonais ou français. Le francais Guylon, le dga de la Bgfi Bank Congo, est, à la surprise générale, présentée comme congolais. Un poste qui revient, en principe, à un vrai congolais. De faux papiers congolais ont été bredouillés à Guylon par Jean Dominique Okemba, le président du conseil d’administration de la Bgfi Bank Congo, à qui, de méchantes langues, reprochent de ne savoir ni lire , ni interpréter son propre relevé de compte.

Que faut-il donc attendre d’une banque gérée comme une épicerie familiale.

Maurice Nguesso alias Vieux Momo, l’ancien pompiste devenu homme d’affaires par la force de son frère de président.

Une banque qui accorde des crédits à la tête du client. Maurice Nguesso, l’ancien pompiste devenu homme d’affaires par la force de son frère de président, n’a t-il pas emprunté 200 millions de fcfa auprès cette banque pour la construction, semble t-il, d’une imprimerie Ayessa? Seule garantie sur le dossier de crédit monté par nos soins: GRAND FRÈRE DE PRÉSIDENT !

En fait, cet argent a servi à autre chose qu’à l’objet signalé à la Bgfi Bank. Une partie a permis à « Vieux Momo » (le sobriquet de Maurice Nguesso) d’entretenir Amida, l’ex-épouse de JB Mbiana, l’artiste musicien de Kinshasa. L’autre partie restante a servi à ses plaisirs mondains auprès des gamines et femmes mariées renforçant ainsi son sobriquet de « Boma mabala » (l’homme qui trouble les femmes mariées jusqu’à ce que divorce s’en suive).

Au bord de la faillite, Jean Claude Oyima a récemment séjourné à Brazzaville pour présenter le sombre tableau de la banque, à laquelle l’Etat congolais doit plus de 150 milliards de FCFA.

Pas impossible que les restrictions budgétaires engagées depuis le début de cette année par la direction de la banque se soldent par la suppression des postes jugés non essentiels.

Travailleurs de la Bgfi Bank Congo, retenez votre souffle, la tempête Irna va bientôt souffler !

Elie SMITH

Un commentaire

  1. Regrettable.
    Quelle honte pour la nation congolaise! Je ne sais vraiment pas ce sentent tous mes compatriotes des diasporas confondues? Quelle honte! Quelle honte surtout lorsqu’on se trouve dans un groupe de multiple nationalités?
    Un pompiste qui avait fini par être Directeur à Hydro-Congo. Il faut seulement être au Congo Brazzaville pour voir des telles scènes. Une banque qui va prêter 200 000 000 XAF à un individu qui présente comme garantie :Grand frère du président. Quelle gabegie financière pendant ce temps le peuple congolais est en train de larmoyer dans une misère accrue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*