Economie

BOURSE/CEMAC : La société La Financière S.A d’Innocent DIMI NIANGA “radiée” par la COSUMAF

Innocent DIMI NIANGA, homme de paille, directeur général de La Financière SA, mis hors d’état de nuire dans le secteur boursier de la CEMAC.
Par Willy Stéphane ZOGO.

La Commission de Surveillance du marché financier de l’Afrique centrale (COSUMAF) vient de publier la décision n°2019-02 qui retire l’agrément à l’intermédiaire boursier La Financière S.A. La raison tient dans la violation de plusieurs règles de l’emprunt obligataire par cet établissement financier, comprendre …

Quatre sociétés ont été touchées par les infractions commises dans le cadre de l’activité de La Financière S.A , notamment des emprunts obligataires qu’elle devait accompagner. Concrètement, il faut comprendre d’entrée que, La Financière S.A a été agréée en qualité d’intermédiaire boursier le 26 février 2013. De ce fait, son rôle consistait à accompagner les investisseurs et les entreprises sur des opérations sur la Bourse des valeurs mobilières d’Afrique Centrale (BVMAC). C’est dans ce cadre que le FAGACE, IG TELECOM, ECAIR et ARC CONGO lui reprochent des abus contractuels qui se trouvent être cumulativement des infractions boursières.

Infractions liées à 4 emprunts obligataires

Le FAGACE ou Fonds Africain de Garantie et de Coopération Économique lui reproche le non versement de toutes les souscriptions collectées pour lui à la faveur d’un emprunt obligataire de 40 milliards de FCFA. Le même FAGACE lui reproche de n’avoir pas effectué la prise ferme de 25 milliards de FCFA convenue lors de la même opération.

Pour ce qui la concerne, IG TELECOM se plaint du fait que La Financière n’a pas clôturé le placement privé contractuellement confié. De plus, l’établissement financier ne lui a donné ni le rapport d’opérations et ni les fonds collectés à temps, dans le cadre de l’emprunt obligataire IG TELECOM 2015-2020. Rappelons à ce stade que si la décision portant retrait de l’agrément de La Financière S.A a été signée le 22 mars 2019 par le président de la COSUMAF, Nagoum Yamassoum, en réalité, la procédure disciplinaire avait débuté en 2015.

Quant à l’affaire ECAIR, il est reproché à Innocent Dimi Nianga, pour un emprunt obligataire de 2016, de n’avoir pas remis l’argent collecté et d’avoir bloqué une somme de 10 milliards de FCFA collectée auprès de la BSCA.

Quant à l’affaire ECAIR, il est reproché à l’intermédiaire boursier, pour un emprunt obligataire de 2016, de n’avoir pas remis l’argent collecté et d’avoir bloqué une somme de 10 milliards de FCFA collectée auprès de la BSCA. De plus, l’argent collecté ne coïncidait pas avec le montant mentionné sur les bulletins de souscriptions des investisseurs. En outre, au mépris de ses engagements, La Financière S.A n’avait pas inscrit les titres d’ECAIR à la cote de la BVMAC dans les 3 mois qui suivaient l’opération d’emprunt. La Financière n’a par ailleurs pas versé les intérêts dus à la date du 29 juin 2017 au titre de la première annuité.

Enfin, c’est l’entreprise ARC CONGO (Assurance et Réassurance du Congo) qui, ne sentant plus la confiance de laisser La Financière gérer ses titres financiers, a demandé à ce que l’établissement transfère ses avoirs à un autre intermédiaire – teneur de comptes (Ecobank – EDC Investment Corporation). Malgré ses injonctions, la défenderesse n’a pas réagi.

La bande des canailles de la Financière S.A. basée au Congo-Brazzaville.
Les aventures de la bande à Christel SASSOU dit ‘’Kiki Agwalima’’ et les morveux voleurs Innocent DIMI et Willy ETOKA.
Les dessous d’un vol en bande organisée puis le blanchiment du butin de leur vol. la société ECAIR ayant servi d’alibi et d’appât en réalité : Plus de 10 milliards de F.CFA collectés ont pris une destination inconnue.

En plus de toutes ces infractions apparentées à de l’abus de confiance et à des détournements de fonds pour l’essentiel, la COSUMAF sanctionne autre chose. En effet, le gendarme financier d’Afrique centrale réprime aussi la non communication des documents demandés pour le contrôle et le non respect des règles de bonne conduite fixées par le Règlement général.

http://droitmediasfinance.com/wp-content/uploads/2019/04/DECISION-COSUMAF-N%C2%B02019-02-Portant-retrait-de-lagr%C3%A9ment-de-la-SDB-LA-FINANCIERE-SA.pdf   

Notons que La Financière S.A peut attaquer cette décision de retrait d’agrément devant la Cour communautaire de justice de la CEMAC. Au reste, cette sanction, la plus grave de toutes du point de vue de la responsabilité administrative sur le marché boursier, intervient au moment où la COSUMAF vient d’être consacrée unique gendarme boursier en CEMAC.

En dernière analyse, il faut dire que la COSUMAF a également retiré l’agrément du DG de La Financière, monsieur Dimi Nianga Innocent.

http://droitmediasfinance.com/wp-content/uploads/2019/04/DECISION-COSUMAF-N%C2%B02019-03-Portant-retrait-de-lagr%C3%A9ment-de-M.-DIMI-NIANGA-NOLAG-Innocent-DG-de-la-SDB-LA-FINANCIERE-SA.pdf

Willy Stéphane ZOGO

Source : http://droitmediasfinance.com/bourse-cemac-la-societe-la-financiere-s-a-radiee-par-la-cosumaf/?fbclid=IwAR3O3UaJmVr_wwdZjhc2Gt62KIC3nnkjhGgoN1gNzIKHDA4NiHyWvixGCF4

 



            
        

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*