FINANCE, Politique, Société

Brigitte Ickonga la main dans le pot de couverture

Brigitte Ickonga la main dans le pot de couverture

Par  Benjamin BILOMBOT BITADY

 

Le combat contre la corruption, les malversations financières et le détournement des fonds publics, gage pour le versement de la deuxième tranche dans le cadre de la facilité élargie de crédit et la reprise, sur des bases saines, des négociations entre le Fonds monétaire international (FMI) et le Congo-Brazzaville, n’est toujours pas gagné.

Il n’a d’ailleurs pas encore commencé en dépit de la création du Ministère du contrôle d’Etat et de la juxtaposition des organes de lutte contre la corruption. Tant que les 48 mesures édictées par l’Institution de Bretton Woods ne connaîtront aucun début d’exécution par le gouvernement Sassou Nguesso/Collinet Makosso, le FMI ne libérera pas les autres tranches de la Facilité élargie de crédit. Sassou Nguesso, Roger Rigobert Andely, Jean Rosaire Ibara, Charles Emile Apesse, Président de la Cour des comptes et Emmanuel Ondongo Olita soutiendront-ils Brigitte Ickonga, originaire de l’axe Ollombo-Boundji-Oyo-Makoua-Owando (OBOMO), comme la corde soutient le pendu ?

CLAN ICKONGA

Dans la région de la Cuvette centrale, dans le district de Makoua, règne le clan Ickonga. Il y a eu le père Auxence Ickonga, ancien PDG d’Hydro Congo et d’Air Afrique. Il y a le frère le colonel Germain Ickonga Akindou, ancien directeur de l’équipement des Forces armées congolaises (FAC) et véritable responsable de l’explosion du camp de Mpila le 4 mars 2012. Il y a la sœur Eliane Ickonga alias Eliana Icko, la muse du musicien zaïrois Papa Wemba. Et maintenant entre dans la danse Brigitte Ickonga, questeur du Conseil économique et social, accusée de détournement de 270 millions de francs CFA destinés au payement des salaires des membres de cette institution politique budgétivore dirigée par Emilienne Raoul. A chaque époque de l’Histoire du Congo-Brazzaville, les Ickonga défrayent la chronique en jouant sur des gammes élevées de la malversation. Brigitte Ickonga va-t-elle bénéficier de la même impunité que son frère le colonel Germain Ickonga Akindou malgré cette fausse note pénale ?

SAINTE UNION MBOCHI

Par décision personnelle de Sassou Nguesso, le colonel Germain Ickonga Akindou ex directeur de l’équipement des forces armées congolaises (FAC) condamné à 5 ans de prison et au paiement de près de 490 millions de francs CFA dans le cadre de l’affaire de l’explosion du 4 mars 2012 avait été libéré. D’ailleurs, Germain Ickonga Akindou avait-il remboursé les 490 millions de francs CFA ? Brigitte Ickonga, fille d’Auxence Ickonga et sœur du colonel Germain Ickonga Akindou et d’Eliana Icko, conformément à l’alliance OBOMO , échappera-t-elle aux poursuites judiciaires ?

Sassou Nguesso a besoin du soutien de toute la partie Nord du Congo-Brazzaville, son vivier naturel. Sceller l’unité de la partie septentrionale s’avère indispensable. Il est hors de question, pour quelques millions de francs CFA volés par Brigitte Ickonga, une fille de Makoua, de s’aliéner une des ethnies du groupe mbochi et avoir à dos les cadres civils et militaires ainsi que les originaires de makoua dont est issu Firmin Ayessa. En effet, les makouas avaient très mal vécu l’emprisonnement de l’un de leurs fils Germain Ickonga Akindou, qui plus est, est le fils d’Auxence Ickonga. Ils furent entendus avec l’élargissement du colonel Germain Ickonga Akindou. L’objectif est clairement de renforcer l’union sacrée de l’axe Ollonmbo-Boundji-Oyo-Makoua-Owando (OBOMO) afin qu’aucune fêlure ne vienne compromettre la conservation du pouvoir tant rêvé par les Mbochis, Sassou Nguesso et le PCT. Les Makoua qui comptent comme membre éminent le général Mokoko, n’avaient jamais digéré le sévère verdict infligé au colonel Germain Ickonga.

TROUS DANS LA RAQUETTE

Nicolas Okandzi, assassin du jardinier Bambélo, un autre notable de Makoua, avait été lavé de tout soupçonde détournement de deniers publics à la mairie de Brazzaville sous la férule et les fourches codines de Christian Roger Okemba. « Tout le monde vole dans ce pays, pourquoi vouloir seulement sanctionné les natifs de Makoua versés dans les malversations financières ? Dans le dispositif de la chasse aux voleurs échaffaudé par l’administration Sassou, plusieurs trous dans la raquette existent. Brigitte Ickonga n’a pas de soucis à se faire à l’instar de Nicolas Okandzi, Christian Roger Okemba et Germain Ickonga Akindou. Gilbert Ondongo, Jean Jacques Bouya, Henri Djombo, Jean Bruno Richard Itoua, Denis Chrystel Sassou se la coulent douce.

La jurisprudence Jean Didier Elongo est toujours de mise. Les originaires de la Cuvette s’amusent à la course à l’enrichissement avec les deniers publics.

Grâce à la linguistique qui leur sert de tronc commun, Mbochi sens strict, Makoua, Kouyou, Likouba… se tiennent pour que l’alliance ethnique tienne. Entre eux, c’est : «  Tu me tiens par la barbichette, je te tiens par la barbichette  ». Brigitte Ickonga surfe sur la vague en se remplissant les poches, la confiture dégoulinant sur la joue.

Benjamin BILOMBOT BITADY

Laisser un commentaire