Armée, DIASPORA, Editorial, Justice, Politique, Société, Tribune libre

Christel Denis SASSOU NGUESSO, un fils impatient

Christel Denis SASSOU NGUESSO, un fils impatient

Par  :    Jean-Claude BERI

Alors que l’on nous déroulait le scénario connu d’avance, l’entrée au gouvernement au poste du ministre de la Coopération internationale et de la Promotion du Partenariat public-privé, Denis Christel SASSOU NGUESSO « MWANA NDEYA » l’enfant de l’espoir comme ses nombreux courtisans aiment l’appeler montre des signes d’impatience qui inquiéteraient son entourage immédiat

Depuis, le coup d’état malien, l’assassinat IDRIS DEBY et récemment la prise du pouvoir guinéen par le chef du Groupement des forces spéciales (GFS), Mamady Doumbouya, Denis Christel SASSOU NGUESSO, se sait entouré de nombreux caciques du clan qui convoitent la même chose se prépare a tout, même au pire. Pourtant désigné par le maitre des lieux comme étant le premier dans la ligne de succession au trône congolais, cela n’a pas stopper l’appétit vorace des autres prétendants . En marge de la visite officielle à Paris Denis Christel SASSOU NGUESSO a multiplié les contacts secrets avec d’anciens militaires et officiers à la retraite Il a poursuit ses contacts en Turquie ou il a pu  rencontré un émissiare du  groupe russe WAGNER

Lassé d’attendre, le fils pourrait-il détrôner le père de force ?

Depuis son retour de Paris Denis Christel SASSOU NGUESSO active ses réseaux militaires composés en majorité de ressortissant de la RDC dont beaucoup ont bénéficié d’’une longue formation en mercenariat en Israël Des rencontres nocturnes avec ce groupuscule de militaires sont signalés a la résidence de ce dernier derrière l’ambassade de chine D’autres rencontres tout aussi secrètes ont été signalés à KINSHASA Ces contacts n’augurent rien de bon surtout avec la crispation et le rejet de certains Officiers de l’armée Il est évident que l’armée reste entièrement du côté de SASSOU père, Denis Christel se voit encercler par les hommes à son père sur qui se renforce la cohésion et l’unité des commandements des Forces armées congolaises S’il arrivait que l’armée se désolidarise de SASSOU père, Christel Denis SASSOU ne serait pas épargné non plus D’où la montée de tension au sein des troupes rassemblées autour de Denis Christel SASSOU NGUESSO qui voit ses adversaires renforcés leur positions Comme SASSOU NGUESSO refuse se faire HARA KIRI certains officiers de l’armée nous ont confié « « Aujourd’hui, nous vivons côte à côte. Nous craignons que demain, on vivra face à face car nos partenaires changent très vite de fusil d’épaule. » Ce dramatique constat est partagé par beaucoup de soldats, toute tendance confondue, qui ouvrent les yeux sur la perdition de la nation congolaise. Trente-sept années de politique SASSOUISTE ont rendu tabou tout lien d’enracinement et de rapport charnel des Congolais avec leur pays, son histoire, ses traditions, et ce qui le caractérise. Parler des valeurs de la République, de ses principes, de la laïcité, d’unité et garant de la nation sont finalement autant de moyens de tourner autour du pot pour ne pas avoir à parler de ce qui est réellement essentiel : la République qui est attaquée, blessée, dépouillée dans ce qu’elle de plus chère, c’est-à-dire son espace civilisationnel : Le clan MBOCHI D’OYO (à ne pas mélanger avec tous les MBOCHIS) est la pire des choses qui soit arrivée à la nation congolaise

Conscient de son isolement et du manque d’adhésion à sa volonté de succession, Denis Christel serait prêt à tout même à sacrifier son père si on lui fait une offre alléchante A cela, il doit d’abord faire face à l’armée qui reste la priorité de SASSOU

Les Congolais réclament de la cohérence. Or ni SASSOU père ni encore moins le fils n’aspire à cela On ne peut pas déplorer le désintérêt des congolais pour l’engagement politique, pleurer sur la mauvaise gouvernance, critiquer les orientations du gouvernement et en même temps orchestrer des alliances destructrices avec des mercenaires locaux, cela est contre productives pour la nation.

Que reste-t-il de l’armée congolaise ?

Les manœuvres de Denis Christel SASSOU NGUESSO sont connus de la hiérarchie militaire et de la sécurité intérieure. Tétanisée par SASSOU père elle ne bougera pas et feint de rien voir ni entendre Tels sont les ordres et ils seront suivis puisque la majorité des généraux congolais lui doivent leurs grades et beaucoup de biens meubles, immeubles et une allégeance spirituelle sans faille. Que cache ses manœuvres ? Une reconfiguration de l’armée se profile dans l’hypothèse de la disparition de SASSOU La question est soulevée au plus haut sommet de la hiérarchie militaire la tendance sera de faire émerger d’urgence un autre membre du Clan SASSOU qui ferait l’unanimité. Le nom du Colonel Edgar NGUESSO est souvent cité. Ce dernier possède une base solide au sein de l’armée et compte beaucoup d’amis et fidèle au sein de la garde présidentielle S’il y a un corps de militaire capable de faire un coup d’Etat et avoir des chances de le réussir c’est bien la garde présidentielle et le colonel Gervais Akouangué est un proche d’Edgar NGUESSO.

Entre le manque de moyens et l’inorganisation l’armée congolaise est l’ombre d’elle-même et ne peut tenir tête devant les forces de la garde présidentielle qui détient l’arsenal militaire le plus moderne.

Au moment où le sort de Denis SASSOUNGUESSO ne tient plus qu’a un fil, son clan se livre à une farouche bataille de positionnement. Une bataille qui met Denis Christel sous tension et en grande surveillance par les siens. Certes, il a encore le soutien total de son père, mais on sait tous que ce dernier disparu, il ne tiendrait pas un jour au Congo. D’où son impatience à vouloir être propulser rapidement sur le trône. Mais face a l’hésitation de son père qui lui préfère la survie du clan MBOCHI d’oyo, le ciel s’assombrit petit a petit pour MAWANA NDEYA . La rumeur folle circulant dans Brazza, que le fils voudrait détrôner, le père avant l’heure est pris très au sérieux.

Entre une armée des soumis et totalment sous les bottes de sassou  , une population affamée et abandonnée, une crise financière sévère, une inflation galopante, une santé politisée et médicalement désert et défaillante, le Congo vit au rythme d’une succession a couteau tiré. Rien n’est sûr que la succession de Denis Christel SASSOU NGUESSO se passerait comme une lettre à la poste

Jean-Claude BERI

 

Laisser un commentaire