Politique, Société

Le colonel Simon Pierre Moussounda du MNRD monte au créneau

Colonel Simon Pierre Moussounda

Par : Colonel Simon Pierre  MOUSSOUNDA ( la griffeinfos  journal)

Politiquement bloqué, économie à la dérive, régime à bout de souffle, corruption généralisée, distillation de la peur comme moyen de gestion de l’état.

Le colonel Simon Pierre Moussounda du MNRD monte au créneau

Je me permets de m’adresser à vous, en cette fin d’année 2018, pour partager une très grande inquiétude : le péril annoncé du CONGO BRAZZAVILLE.

Aucun citoyen, aucune citoyenne de ce pays, qu’elle que soit son statut ne devait rester passif, parce qu’il s’agit du devenir de notre descendance.
Je suis Simon Pierre Moussounda, ingénieur des télécommunications militaires, colonel des Forces Armées Congolaises en exil depuis près de 20 ans, au Gabon, au Sénégal puis en France.
Membre des Assises Nationales du Congo en France, je suis aussi l’ancien Secrétaire
Général du Conseil National de la Résistance au Congo de 2000 jusqu’en 2005.
Je suis un ancien international congolais de Hand Ball, guitariste à mes heures perdues, romancier avec trois publications de 2008 à 2012 en France.
A la tête des officiers en exil au Gabon, nous avions initiés les accords de cessez-le-feu et de cessation des hostilités signés le 29 décembre 1999 à Brazzaville. Pour cela, nous avions contacté feu le Président Omar Bongo Omdimba du Gabon, qui fut le médiateur international. Les résultats de cette volonté de paix sont connus.

Chers militants, concitoyens et concitoyennes

Le Congo est politiquement bloqué, son économie est à la dérive et le régime est à bout de souffle. Une urgence vitale s’impose à tous : abréger la souffrance de nos populations
en mettant un terme définitif à un système politique qui utilise la corruption généralisée et la distillation de la peur comme moyen de gestion de l’état.
Le chao résulte :
1. De la persistance d’un système politique nocif depuis plus de 60 ans ;
2. Du tripatouillage des scrutins, notamment en 2015 et 2016 dans le seul et unique but d’une énième installation par la force du Général-Président qui cumule près de 35 ans de pouvoir ;
3. De l’assassinat des populations civiles et de la destruction des biens, particulièrement dans le département du Pool ; 4. De l’emprisonnement des activistes de la société civile et des opposants politiques, notamment du Général Jean Marie Michel MOKOKO et de Mr André Okombi
Salissa, pour lesquels nous exigeons la libération immédiate et sans conditions ;
5. Du refus d’une concertation inclusive fondatrice d’une nouvelle pensée politique, sous l’égide de la communauté internationale, en lieu et place des monologues avec des opposants à la carte avec lesquels ils s’acoquinent pour cannibaliser l’état ;
6. De l’instrumentalisation des corps d’état, particulièrement de la Force publique et de la justice au profit des seuls intérêts du clan et de ses suppôts ;
7. D’un état de banqueroute et d’une économie de rente gangrenée par la corruption,
le pillage des ressources et d’énormes évasions financières.

Chers militants, concitoyens et concitoyennes

Les populations expriment leur ras le bol dans les transports en commun, dans les casernes, dans les églises, dans les bureaux, au sein même de la Présidence de la république et partout, pour peu que le voisin n’ait pas la tête d’un délateur. Le risque d’une implosion incontrôlée et de déstabilisation des états voisins et des intérêts économiques des partenaires du Congo est très élevé.
Il faut que des congolais réagissent, que des voix fortes s’élèvent, pour raviver la flamme de l’espoir, pour rassembler et faire renaitre le Congo dans l’ordre et la cohésion nationale.
La situation devenant inacceptable et à la limite du tolérable pour l’ensemble des congolais et ce, malgré les actions de nos compatriotes à l’intérieur et dans les diasporas, que nous soutenons sans réserve, nous avons décidé d’officialiser le Mouvement National pour la Restauration de la Démocratie, en sigle MNRD. Le MNRD est un mouvement engagé dans la lutte pour la restauration de la démocratie et de l’état de droit en république du Congo. Il n’est pas un mouvement rebelle, il n’est pas un mouvement militaire. Il n’est pas non plus un parti politique et n’entend pas se substituer à leur action légitime.
Ses objectifs sont clairs et sans équivoque. Il s’agit :
1. De la fin de la tyrannie et du système obscurantiste au Congo ;
2. De la restauration de l’état de droit et de la démocratie sur des bases consensuelles ;
3. De la tenue d’une concertation inclusive devant conduire le pays vers une transition politique apaisée et des élections libres démocratiques et transparentes sous l’égide de la communauté internationale ;
4. De la réconciliation et de la renaissance nationale.
Aujourd’hui, des millions de congolais barbotent dans l’indigence, sans eau potable et sans électricité.
Les fonctionnaires et les retraités vivotent dans la précarité ; Le système social est inexistant. Le système éducatif est à l’abandon. Les étudiants sont livrés à eux-mêmes, sans bourses, au Congo et à l’étranger. Les élèves sont assis à même le sol dans des classes de près de 200 personnes à même le sol, pour un pays qui exporte du bois ; Les victimes des nombreuses fermetures des entreprises privées et publiques, du fait du chaos économique, ne savent plus à quel Saint se vouer. Le taux de chômage est tellement astronomique que personne n’ose communiquer sur le sujet ;
En face, le régime ne laisse qu’un recours au peuple pour reconquérir sa dignité : l’expression de la violence. Ce n’est le souhait de personne d’autre que de ceux qui nous gouvernent.
Cette lecture est corroborée : Par le renforcement des unités de répression en hommes et en matériels ; Par le désarmement et la paupérisation du reste de la force publique ; Par une démarche espiègle et machiavélique de division et d’opposition des citoyens sur la base de leurs origines ethno-régionales.

Chers militants, concitoyens et concitoyennes

Nous tenons tous des beaux discours, aussi engagés les uns que les autres et c’est très bien. Des actes risqués ont été posés, parfois au péril de nos vies. Mais face au summum du mal, ces discours et ces actes ne suffisent plus. La pédagogie veut qu’aux échecs succèdent d’autres actions plus osées, et ainsi de suite jusqu’à la libération. Ainsi va la vie des peuples, il faut le savoir !

Chers concitoyens et concitoyennes

Bravons la peur, parce qu’aucun étranger ne versera son sang pour notre liberté et à notre place, personne ne viendra d’ailleurs pour sauver le Congo. La mission revient au peuple congolais du nord au sud. Les tyrannies ont vocation à être vaincues par des peuples déterminés qui ne capitulent jamais. La quête de l’état de droit et de la liberté nous concerne tous. Il y va de la place du Congo dans un environnement géostratégique éruptif marqué par des crises graves.
Pour nous, la force publique est destinée à garantir la paix et la sécurité des populations.
Le repli identitaire et la peur du voisin conduisent à la guerre. Nous disons à nos frères d’armes, quelques soient vos unités d’affectation que Vous n’êtes pas les boucliers du clan au pouvoir et de ses suppôts !
Vous subissez les mêmes maux que le peuple parce que vous êtes le peuple ! Alors rejoignez le peuple dans sa quête de dignité et de liberté.
Rejoignez le chemin de la droiture, faites honneur à une profession meurtrie.
Aux partis politiques et associations diverses, aux syndicats, aux activistes de la société civile et aux héros de l’ombre, nous disons que la misère n’a pas de région et d’ethnie !
Faisons fi de nos divergences, ne nous dressons pas les uns contre les autres parce qu’au-dessus de tous, il y a ce Congo mutilé qui a besoin de tous ses enfants pour resplendir !
A tous, le MNRD lance un appel à l’engagement patriotique dans l’œuvre de reconquête du droit et de la démocratie au Congo. Engageons-nous !
A nos frères et amis d’Afrique centrale, le MNRD lance une invitation à la solidarité active pour la stabilité et le développement de notre sous-continent.
Le MNRD sollicite la compréhension et l’accompagnement de la Communauté internationale, dans son œuvre de restauration de la démocratie au Congo, gage de développement et de paix en Afrique.
Notre disponibilité est sans limite.

Vive la démocratie !
Vive la liberté et vive le Congo !

Je vous remercie !

Colonel Simon Pierre Moussounda

Source la griffeinfos Journal.

Un commentaire

  1. barthele Koumba matsouellet

    MERCI POUR CET EVEIL , EFFECTIVEMENT L’HEURE EST GRAVE .QUE LES CONGOLAISES ET LES CONGOLAIS SE RÉVEILLENT POUR DÉFENDRE LEUR SOUVERAINETÉ CONFISQUÉ PAR LES BRACONNIERS DE VOTRE INTÉGRITÉ…
    MERCI ENCORE MON COLONEL POUR LE COMBAT QUE VOUS MENEZ DONT LE SEUL BUT EST AMENER LE PEUPLE A CONQUÉRIR SON ÉTHIQUE ET SA SOUVERAINETÉ NATIONALE.
    HONEUR ET SOUTIENT INDÉTECTABLE TOI VIVE LA LIBERTÉ FRANCHE DU CITOYEN , COURAGE AU PEUPLE CONGOLAIS .DEBOUT ! AUCUNE LIBERTÉ SI VOUS NE OSER PAS .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*