Justice, Medias, Politique, Société

Composante Jean Marie Michel MOKOKO🇨🇬   ( CJ3M ) Message d’espoir pour la nouvelle annĂ©e 2022

Composante Jean Marie Michel MOKOKO🇨🇬   ( CJ3M )

Message d’espoir pour la nouvelle annĂ©e 2022

 

Par   Jean Felix DEMBA-NTELO

Jean Felix DEMBA NTELO

La CJ3M, membre de la FĂ©dĂ©ration de l’Opposition Congolaise ( FOC ), par son Bureau Coordonnateur National, prĂ©sente ses vĹ“ux de courage et de persĂ©vĂ©rance Ă  l’ensemble tous ses militants et tous les patriotes engagĂ©s dans le noble combat pour l’alternance politique par des voies non violentes.

Ce 1er Janvier 2022, le leader de notre mouvement, le GĂ©nĂ©ral Jean Marie Michel MOKOKO, entrĂ© dans sa sixième annĂ©e d’incarcĂ©ration dans l’une des cellules de la très sinistre et lugubre maison d’arrĂŞt de Brazzaville, oĂą il purge la peine injuste de 20 ans de rĂ©clusion, prononcĂ©e par des magistrats aux ordres, fanatises  et motivĂ©s.

 Avant lui, plusieurs d’autres illustres et dignes filles et fils de notre pays ont sĂ©journĂ© de manière tout aussi arbitraire, dans ce sinistre pĂ©nitencier, sur la base d’accusations grotesques, fabriquĂ©es par les officines policières spĂ©cialisĂ©es des pouvoirs tyranniques, en vue de l’Ă©limination politique ou physiques d’opposants, oĂą tout simplement des citoyens honnĂŞtes exprimant ouvertement leurs dĂ©saccords avec la politique mise en Ĺ“uvre par le pouvoir.

A l’instar de  Jean Pierre THYSTERE TCHICAYA, lâchement Ă©vincĂ© du Bureau Politique du PCT, en Juillet 1984, Ă  la veille du 3e Congrès Ordinaire de ce Parti le plus stalinien du continent, Jean Marie Michel MOKOKO a Ă©galement Ă©tĂ© jugĂ©, condamnĂ© et jetĂ© au bagne au lendemain de son triomphe Ă©lectoral en Mars 2016, sur la base d’un grossier montage vidĂ©o, digne des films hollywoodiens sur la rĂ©pression des opposants sous le règnes des rĂ©gimes communistes de l’Europe de l’Est.

 Pendant que Jean Marie Michel MOKOKO et son compagnon André OKOMBI SALISSA humiliés, croupissent pour leurs opinions politiques dans les cellules insalubres au bagne de Brazzaville, les véritables criminels de ce pays, responsables des crimes avérés de sang, économiques et financiers, bien connus et identifiés, jouissent avec arrogance, désinvolture et en toute impunité, des délices et privilèges du pouvoir.

Alors que l’Ă©crasante majoritĂ© des congolais,  simples et honnĂŞtes citoyens, contraints de vivre en dessous du seuil de pauvretĂ©, cĂ©lèbrent le 1er jour de l’an 2022 dans la dĂ©tresse, la misère, la maladie et la faim, avec:

    – des dizaines de mois d’arriĂ©rĂ©s de salaires dans les Ă©tablissements publics, des pensions des retraitĂ©s et des bourses des Ă©tudiants.

   – la privation d’eau et d’Ă©lectricitĂ© de plusieurs quartiers des villes de Brazzaville et de Pointe-Noire, y compris dans la nuit du rĂ©veillon de la Saint-Sylvestre.

      -Ie chômage endémique et sans perspective des jeunes.

     – la faillite totale des secteurs entiers tels les BTP, les PME, les professions libĂ©rales et les informels.

      – les hĂ´pitaux et centres de soins mĂ©dicaux devenus des mouroirs.

       des Ă©quipements sportifs dĂ©labrĂ©s et abandonnĂ©s, n’assurent la promotion d’aucun sportif.

      – la disparition des laurĂ©ats congolais dans les domaines de la culture, des lettres, des arts et de la musique.

    – la pratique du tribalisme et de l’exclusion dans les nominations et les promotions dans les grands corps de l’État, civils et militaires. Les rĂ©centes nominations aux grades des nouveaux gĂ©nĂ©raux de la force publique en est l’illustration.

Paradoxalement, ce sombre tableau de l’Ă©tat du Congo dans ce premier quart  du XXIe siècle, contraste avec les atouts et les Ă©normes potentiels de nos richesses au plan humain, au plan des ressources naturelles ( pĂ©trolières, minières, forestières, agricoles, hydrauliques, halieutiques…) et de notre position gĂ©ographique privilĂ©giĂ©e en Afrique Centrale.

C’est dans ce contexte d’un pays aux multiples fractures sociales que le PrĂ©sident de la RĂ©publique, PrĂ©sident du PCT, Ă  prononcĂ© son discours sur l’Ă©tat de la Nation devant le Parlement rĂ©uni en Congrès, sur fond d’autosatisfaction totale et bĂ©ate sur tous les plans Ă©conomique, social et culturel, complĂ©tĂ© par un chapelet de promesses dans des secteurs oĂą aucunes de ses anciennes promesses annoncĂ©es n’ont jamais Ă©tĂ© tenues depuis les annĂ©es 80, notamment.

          – -l’autosuffisance alimentaire d’ici Ă  l’an 2000 ( en 2022 le Congo importe toute son alimentation Ă  95% ).

    – santĂ© pour tous en l’an 2000 ( en 2022 tout le système socio-sanitaire  est en faillite ).

      – Congo pays Ă©mergeant en 2025 ( en 2022, les trains ont cessĂ© de circuler sur le CFCO, les sociĂ©tĂ©s de transport aĂ©riens, Lina et Air Conga ont disparus, tandis que les villes de Brazzaville et de Pointe Noire sont devenus des poubelles.

  Ce discours d’autosatisfaction s’est plutĂ´t adressĂ© Ă  la poignĂ©es de congolais, habitants des Ă®lots de prospĂ©ritĂ© dans l’ocĂ©an de misère qu’est devenu le Congo notre beau pays 

Dans ce discours d’autosatisfaction totale du PrĂ©sident de la RĂ©publique sur les plans Ă©conomiques, les problèmes sur les enjeux politiques du moment ont Ă©tĂ© dĂ©libĂ©rĂ©ment ignorĂ©s, notamment :

     – la libĂ©ralisation sans conditiins des prisonniers politiques  qui devraient contribuer Ă  l’apaisement du climat politique et crĂ©er les conditions d’une vĂ©ritable rĂ©conciliation nationale.

     – la remise Ă  plat de l’ensemble des processus de la gouvernance Ă©lectorale confisquĂ©s par le PCT depuis son retour au pouvoir par les armes en 1997.

       – l’ouverture d’un vĂ©ritable dialogue inclusif en vue de sortir notre pays de la crise multidimensionnelle qui hypothèque son avenir Ă  court, moyen et long terme.

    Le message du Président de la République, Président du PCT, déconnecté des réalités de la vie au quotidien des Congolais et ne dégageant aucune perspective à court terme, a amplifié le désarrois et les incertitudes.

     Notre peuple est Ă  bout de souffle et appelle de tous ses vĹ“ux, un vĂ©ritable sursaut collectif en vue de vĂ©ritables changements dans la gouvernance du pays et la gestion de l’État.

    Malheureusement on ne change pas la politique sans changer les hommes.

C’est pourquoi la CJ3M, rassemblement des ComitĂ©s de Soutiens Ă  l’action engagĂ©e par le GĂ©nĂ©ral Jean Marie Michel MOKOKO en Mars 2016, lance un appel patriotique Ă  ses membres, et au-delĂ , aux dĂ©mocrates et patriotes sincères, en vue d’un sursaut collectif capable d crĂ©er un nouveau rapport des force Pouvoir/Opposition et susceptible de redonner l’espoir Ă  notre peuple rĂ©signĂ© et meurtri  par plusieurs dĂ©cennies de violences et de luttes fratricides pour la conquĂŞte ou la concertation du pouvoir d’État.

    La relance Ă©conomique et le redressement de notre pays aux multiples fractures, demeureront des vĹ“ux pieux, sans des actes forts de rĂ©conciliation au sein des Ă©lites nationales en gĂ©nĂ©ral, particulièrement au sein de la classe politique congolaise, responsable de 61 ans d’Ă©chec d’une indĂ©pendance nationale introuvable. 

Fait Ă  Brazzaville le 1er Janvier 2022

Pour le Bureau Coordonnateur National de la CJ3M

Le Président

Jean Felix DEMBA-NTELO

      

Laisser un commentaire