DIASPORA, Politique, Tribune libre

Conférence Internationale sur le Congo : qui suivre ?

Conférence Internationale sur le Congo : qui suivre ?

Par  :  Jean-Claude BERI

 

« Abstenons-nous de confiner cette idée dans une quelconque chapelle, car elle n’appartient à aucune chapelle. Le Congo sera sauvé par tous les Congolais du Nord au Sud  »  JCB

Comme chaque année l’opposition congolaise porte sur la place publique ses lots de sujets divergents qui les éloignent plus qu’ils ne les rapprochent. Elle s’étripe sur fond de conquête d’un leadership sur une cause unitaire qui devrait pourtant n’exclure personne. Qui peut vraiment nous dire pourquoi FROCAD-IDC-3JM et le collectif des 17 partis sont-ils opposés ? Qui peut nous expliquer aujourd’hui pourquoi Parfait KOLELAS et TSATY MABIALA ont toujours eu un discours ambigu alors que les corps des populations massacrées sont présents pour justifier un discours responsable, de fermeté devant la barbarie ? Et dans tout ça la diaspora de France est ballottée entre ses différentes chapelles, si ce n’est se cherche  aussi à construire la sienne.

Exitl’idée de la conférence Nationale bis,  simplement des esprits aux relents extrémistes se sont emparés de l’idée en voulant en faire un dîner ou la viande  à bouffer était désignée d’office : LE MBOCHIS.

Exit,  l’idée des Etats généraux de la nation. La raison que cette idée vienne en partie du collectifs des 17 partis,  en particulier MATHIAS DZON,  a hérissé les poils de certains qui se sont autoproclamés détenteurs de la science infuse et trouveraient indécents qu’un « BATEKE » puisse proposer quelque chose de censé.

Exit,  l’idée de dialogue national inclusif, simplement parce que le dialogue n’arrangerait pas les affaires des partisans du jusqu’au boutisme qui se nourrissent de la violence perpétrée au sein des populations. Le dialogue n’est pas une bonne chose pour les va-t’en-guerre. La liste est longue chacun pourrait la compléter. Toutes ont été zappé sous l’autel de la compromission ou l’égoïsme politique.

Depuis le début de l’année, une autre idée génère un débat absurde au sein de la diaspora congolaise France : celle de la paternité de l’idée de la Conférence Internationale. Monsieur Modeste BOUKADIA ayant tronqué sa veste de défenseur d’un Congo sud, une nation réservée aux ressortissants contre ceux du Nord, est celui qui a mis en lumière le premier l’idée d’une Conférence Internationale. Faudrait lui reconnaître cet activisme.

Seulement il est très vite recadré par une frange de la diaspora regroupée au sein du MRLC et autres fauteurs de troubles qui accuse par invective interposée Monsieur Modeste BOUKADIA d’usurpateur.  Triste Congo !!! Dés qu’une action se met en branle, certains activistes à Paris se mettent en branle aussi  dans le sens contraire.

Comment peut-on arriver à de telles bassesses lorsqu’on voit l’énorme espoir que le peuple congolais portait sur des personnes qui sont censées se battre pour le Congo et non pour  leur propre intérêt. Les Congolais sont préoccupés par des situations beaucoup plus importantes qui mettent leur sécurité et leur avenir en danger que de intéresser à ces querelles de ventre vides. Est-ce que ce n’est pas faire preuve d’une monstrueuse indifférence de la cause du Congo que de bafouer les tentatives de solutions en faveur d’un salut pour le peuple congolais ?

Lorsqu’on accuse M. BOUKADIA d’inconstance politique. Un homme qui a changé de vision politique depuis son incarcération et l’aurait monnayé contre la défense d’un Congo rassemblé autour d’une Conférence Internationale. Certes il fut un temps que BOUKAKIA prônait la division du Congo , il s’est remis en question et souhaite désormais œuvrer pour l’unité N’est ce pas là la preuve d’un vrai homme politique que de reconnaître ses erreurs et de faire amende honorable?  Ses détracteurs ont-ils le cul aussi propre que ça ? Ne portent-ils pas des casseroles cachées?

Lorsqu’on sait que cette idée de Conférence Internationale n’est que la suite sous une autre forme des idées précédemment initiées par les différents acteurs. Allons–nous ne pas soulever à cette Conférence Internationale, les questions primordiales des prisonniers politiques incarcérées pour des motifs fallacieux ? Ne devrions-nous pas soulever les questions du mal gouvernance et de démocratie à cette Conférence Internationale ? L’économie congolaise mise à mal par une gestion clanique du pouvoir ne devrait-elle par faire l’objet d’un débat d’expert pour extirper le poison la mine ? Ces questions là ne doivent-elles  pas nous unir pour l’efficacité du combat?

Comment ne pas être outré que ce débat lancé par les éternels tourneurs en rond  perdure et prenne des proportions de Conférence Internationale rangée entre les pros M BOUKADIA et les pros MRLC et affilés. Les uns vantant les succès de BOUKADIA par ses contacts internationaux, les autres répliquent par l’étalage des selfies et autres réunions prouvant leurs reconnaissances auprès de certains acteurs internationaux. Tout ceci est simplement l’illustration de l’immaturité politique de l’acteur politique congolais. Ca donne envie de vomir . 

Pendant que vous vous étripez, Sassou , le fou de Brazzaville, avance ses pions et prépare à grands pas les échéances à venir.

Ne serait-il pas temps que le Congolais puisse se surpasser et taire ses convictions sectaires et parler d’une seule voix.?Aussi, je propose qu’un comité de pilotage soit voté pour coordonner l’organisation de cette conférence Internationale. Le FROCAD-IDC-J3M, le COLLECTIF DES 17 PARTIS, LE YUKI de Parfait KOLELAS et beaucoup d’autres doivent faire partie de cette comité de Pilotage. Le Congo ne sera pas sauvé par les KONGO qui voient en M BOUKADIA le libérateur du Congo, après Parfait KOLELAS et NTUMI,   ni encore moins par certains revanchards lissoubistes . Cette guéguerre entre membre de la diaspora est absurde et improductive. Si vous voulez l’échec de cette Conférence Internationale, vous choisissez là la  meilleure méthode.

Cette conférence Internationale est une aubaine pour les Congolais, car elle est la symbiose des toutes les bonnes idées qui ont été émises ici et là depuis 19 ans. Abstenons-nous de confiner cette idée dans une quelconque chapelle, car elle n’appartient à aucune chapelle. Le Congo sera sauvé par tous les Congolais du Nord au Sud.

Allons à la Conférence internationale dans un élan d’unité, de solidarité, de responsabilité et surtout de dévouement pour le Congo, rien que le Congo.

Jean-Claude BERI

2 commentaires

  1. Mme Ketsia Béatrice Bouanga Safou avait pourtant écrit ceci en 2012 aux éditions Edilivre « L’ennemi du noir c’est le noir, l’ennemi de l’Afrique c’est l’Africain», recueil de pensées en forme d’essai, dénonçant une certaine mentalité africaine qui, selon elle, nuit gravement à l’évolution du continent noir.
    Le continent africain tout entier dépend de la solidarité socioéconomique internationale ou voire de l’assistanat (dons, donations, experts, éducation, santé, etc).
    Dans ces conditions comment le peuple africain pourra t-il se relever des mots et des maux qui minent actuellement l’évolution du continent noir?
    Les africains sont-ils le seul peuple au monde qui s’en remet qu’aux autres pour pouvoir construire leur propre développement? Les africains se ridiculisent eux-mêmes. Ils sont certes sous emprise de leurs dictateurs et des forces négatives qui enfoncent un peu plus l’Afrique noire – mais ils sont aussi victime de leur propre anthropologie. https://www.youtube.com/watch?v=KrZtZcYXZoQ&feature=youtu.be

  2. Pour avoir écrit un article titré « Modeste Boukadia et sa conférence internationale : deux équations à plusieurs inconnues ? », je me sens concerner par cet article qui nous pousse d’aller vers l’essentiel. L’essentiel, c’est quoi la libération du Congo. Chat échaudé craint même l’eau froide. Acceptez que les Congolais qui ont déjà été désabusés par des politiciens, soient, cette fois-ci, prudents devant la personnalité de Modeste Boukadia et son projet d’organiser une conférence nationale sur le Congo. C’est normal et légitime ! Il en serait de même pour tous les leaders politiques. En écrivant cette réaction, la question que je voudrais vous poser est celle de savoir.
    1-Si le pouvoir de Brazzaville est associé ou invité à cette Conférence.
    2-Comment allez-vous appliquer les décisions de cette conférence si le pouvoir en place ne les accepte pas ?
    Ce qui sous-entend que l’essentiel n’est pas d’élaborer avec les institutions internationales les politiques de développement du Congo.
    D’ailleurs, cette option prouverait notre incapacité de nous gouverner.
    L’essentiel de la lute des Congolais se résume dans la question suivante : Comment faire partir Sassou Nguesso et son clan ?
    Si la Conférence nous proposera une solution ou stratégie pour faire partir Sassou Nguesso et son clan. Pourquoi ne pas la soutenir et écrire pour informer les Congolais de cette initiative pour obtenir leur adhésion ?
    Je vous remercie et vous souhaite pleins succès !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*