DIASPORA, Politique

Congo-Brazzaville : Pas de pain mais des jeux

SASSOU offre des jeux (procès) au lieu du pain au peuple

Par :  Hervé MACHIKA

Sassou nguesso utilise les procès politiques comme jadis les empereurs romains utilisaient les combats de gladiateurs. Faute de donner du pain au peuple, il leur offre un divertissement, gratuit et public, dans une arène qui en principe est le temple sacré de nos principes de vie en commun. Les stars sont les gladiateurs de sa cour qu’il va se plaire à humilier pour permettre au peuple de projeter sur eux tout le ressentiment qu’il a sur le chef lui-même en réalité et le peuple va se laisser prendre au jeu. les suppliciés désignés vont s’étriper sans merci, on trichera un peu pour glisser ses ennemis personnels dans la fosse aux lions, et les sentences seront forcément lourdes afin de faire perdurer dans la mémoire collective tout le sensationnel de l’évènement, dont nous retiendrons et répéterons dans nos quartiers les répliques les plus salaces, les pointes d’humour les plus rigolotes et le ridicule dévoilé de ces zouaves semi-analphabètes que sassou lui-même a choisi durant des décennies pour diriger nos institutions à ses côtés.
Le Pct adore cette communication de puissance dont il se délecte régulièrement depuis 50 ans pour démontrer combien la justice est un instrument du pouvoir. Si a l’époque les staliniens et maïostes qui le leur ont enseigné le faisaient aussi, aujourd’hui monsieur sassou n’a pas conscience qu’il est resté l’unique dinosaure d’une époque révolue et le seul à réviser ces manuels épuisés pour régimes d’opérettes. il nous maintient la tête dans le xxe siècle alors que le xxième est largement entamé pour le reste de l’humanité. Pauvre Congo.

Entretemps, les questions réelles qui se posent à notre nation demeurent entières, si non s’aggravent. des milliers de milliards de fcfa ont disparu des caisses de l’état et tous les signaux officiels et indépendants montrent que c’est autour de sa personne et de sa famille que le trésor national a été dépecé. Aucun membre de ce clan n’est encore interrogé par aucun service, le rapatriement n’est pas d’actualité et l’endettement du pays s’affole. Des injonctions lui ont été faites par les plus sérieuses institutions financières auprès desquelles il a sollicité une ultime aide. Nous savons que rien dans ces spectacles organisés ne fait partie des recommandations. le pays se meurt: il n’y a plus de justice indépendante, plus de parlement représentatif, plus de président légitime, plus d’opposition qui s’oppose, plus de cadres compétents, plus d’argent, plus de vision, plus d’unité. Et qu’on libèrerait même les dabira que le pays n’ira ni mieux, ni plus mal. Il est d’une illégitimité telle qu’aucun chef d’état démocratique ne veut s’afficher avec lui, et il nous endort avec des procès pour atteinte à son pouvoir si sacré! Quel metteur en scène du ridicule!

Monsieur sassou, on vous a demandé de faire des réformes immédiates et audacieuses pour sauver le peu qui puisse encore l’être.

Votre priorité plutôt orientée sur la consolidation de votre pouvoir incriminé, kleptocratique, liberticide, incompétent, exprime plutôt le mépris de la situation réelle qui est de votre responsabilité et l’indifférence face à ce peuple à qui vous avez ôté tout espoir d’avenir. Si je me trompe, alors répondez nous à la question dont dépend notre survie: quel est votre plan de sortie de crise?

Mais de grâce cesser de tenter de nous endormir avec vos jeux d’atteintes à la sécurité d’un régime unanimement rejeté. Ils sont de très mauvais goût.

  Hervé MACHIKA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*