DIASPORA, Editorial, Justice, Politique, Société, Tribune libre

Congo-Brazzaville : un pays écartelé par les antivaleurs

Père et fils unis par le vol

Par :   Jean-Claude BERI

« C’est la loi de la démocratie que les discussions soient libres, que les intérêts s’opposent, mais c’est l’intérêt de la République qu’il s’établisse sur des points communs une majorité et que cette majorité soit stable, de même qu’il serait souhaitable pour le bien commun que les oppositions ne fussent pas seulement mécontentement ou de démolition, mais de construction et d’apports d’idées à la majorité elle-même.»  Vincent Auriol

Notre démocratie ressemble de plus en plus à l’éternelle et absurde tâche de Sisyphe. On passe notre temps à se préoccuper de savoir qui sera l’élu providentiel, tant rêvé, aux prochaines élections, qui apporteront avec lui les promesses magnifiques de bonheur et qui en définitive décevra encore pitoyablement, laissant place à de nouvelles spéculations politiques encore plus farfelues.
Il semble que les officines de la politique déshumanisante en vogue depuis belle lurette au pays se mettent déjà en branle pour dessiner les futurs contours de ce que sera demain la nouvelle manière d’avilir, d’appauvrir encore plus le citoyen congolais. Feignant d’être amnésique, le politique congolais oublie aujourd’hui de penser à apporter sa contribution sociale, économique et culturelle aux différents maux de notre société, préférant tourner le regard ailleurs alors que la maison Congo se fissure au jour le jour.
Avons-nous les moyens par notre système démocratique de fournir à notre société des futurs hommes politiques capables d’une certaine sagesse, pratique morale et politique ? S’il est vrai qu’une bonne politique est un art (pas celui des sophistes) dont le but est de réaliser le bien humain, sommes-nous capables tout autant que nous sommes d’atteindre cet objectif ? Ou simplement comment le Congo peut-il se reconstruire autour d’un projet de société démocratique ?
La question des antivaleurs lancée par lui-même SASSOU NGUESSO ne cesse de plomber la situation politique et sociale du Congo. Entre les vrais coupables, les faux coupables et surtout les fusibles qui sont rapidement présentés au peuple et incarcérés, le compte n’y est pas. On est loin de dire que la situation est détendue. Rentré de Chine ce mardi 11 Septembre, SASSOU retrouve la même situation bouillante qu’il avait laissée à son départ. Certaines officines proches du pouvoir n’hésitent plus à dire que SASSOU est pris dans son propre piège. Doit-il continuer à conserver un gouvernement qui brille par les échecs à répétition. Un déchet reste un déchet même recyclé. Il faut donc se rendre à l’évidence, l’hypothèse de la reconduction d’un gouvernement MOUAMBA II ne sera nullement à la hauteur de la situation catastrophique que traverse le pays. Un gouvernement qui a été incapable de juguler la crise récurrente qui sévit à l’Université Marien NGOUABI  avec un certain mépris peut-il être capable de se projeter vers l‘avenir ?
Un gouvernement qui au lieu de lutter efficacement contre le vol et la corruption continue d’encourager les antivaleurs. Comme le démontre ce nouveau cas de vol. Neuf (9) milliards de fcfa destinés à solder les arriérés de pensions des retraités du Mois de novembre et décembre 2016 ont disparus à la caisse de retraite des fonctionnaires (CRF). Toutes les institutions désignées pour lutter contre ces pratiques sont mouillées.

Un gouvernement incapable de remettre sur les rails le CHU préférant confier sa gestion aux Canadiens, le DGGT aux chinois, nos terres agricoles aux sud-africains, malaisiens, le commerce aux libanais et Ouest africains… Peut-il faire preuve d’une quelconque efficacité dans la gestion future de la chose publique. Serait-il faux de dire que ce gouvernement est en train d’organiser l’effondrement du socle congolais ?

LA RÉPUBLIQUE, UNE NÉCESSITÉ POUR LA DÉMOCRATIE

Un projet de telle ampleur est difficilement concevable tant, les conditions d’une vraie conception de pensée démocratique ne se construisent pas autour des priorités réellement congolaises. Il s’agit d’adapter une nouvelle vision, repenser une démocratie qui réponde aux deux préoccupations fondamentales de la société congolaise à savoir : La justice et l’efficacité. Pour cela, comme nous ne cessons de le marteler, il faut placer au tout premier plan la lutte contre la pauvreté comme élément central du changement social, économique et politique. Concentrer nos efforts pour l’amélioration du bien-être social des Congolais reste un objectif pour lequel nos concitoyens aspirent pour se mettre en phase avec un futur développement équilibré et surtout solidaire. Cette stratégie, étant conforme à la logique et à l’éthique démocratique, permettra de sortir les populations longtemps engluées dans la misère par des choix inappropriés et égoïstes. La démocratie congolaise, telle qu’elle est conçue aujourd’hui n’est qu’un hold-up politique qui exclut le fait de faire un diagnostic objectif des tensions à répétition qui paralysent le pays et qui se refuse de prendre des résolutions pragmatiques pour se projeter vers l’avenir.
Aussi, il est impératif de reconnaître, pour l’homme politique du futur qui aspire au vrai changement, que l’objectif de jeter les bases d’une large entente nationale et poser les jalons d’une société nouvelle fondée sur les principes du droit, du mérite et de la prospérité pour tous, n’est pas une abstraction ni encore une invention d’une brillante gymnastique intellectuelle qui ne trouverait véritablement de refuge que dans des discours démagogiques à connotation philologique, conçus par ces quelques intello qui peuplent la basse-cour du pouvoir et du palais de Mpila.
C’est plutôt la base de toute notre conquête pour reconstruire ce qui a été lâchement sacrifié sous l’autel d’un égoïsme politique très destructeur.

Le combat contre le sous-développement et la pauvreté ne peut être gagné qu’au prix de la prise en compte sans exclusive de ces préalables sujets que souvent l’homme politique congolais galvaude dès que son fauteuil est assuré. On vous parle de démocratie, de paix et d’unité, de patriotisme… Dès lors qu’on se retrouve exclus du partage du gain. Le problème de notre démocratie, c’est de la calquer réellement à nos aspirations, d’en faire un vrai levier de développement, un rempart aux idées de régression et de divisons.  Il s’agit comme le disait Georges Clémenceau de la réinventer : « La démocratie se doit d’être une création continue.»

Ce n’est pas parce qu’elle ne marche pas encore au Congo qu’il faut la bannir et remettre sur selle de façon détournée le régime à parti unique avec tout son corollaire des antivaleurs . Se Laisser berné par cette nouvelle hypocrisie politique des hommes sans foi ni ambition collective et qui espèrent par cette nouvelle pirouette se déresponsabiliser des graves manquements commis au sommet de l’Etat est une erreur grave. Nous savons tous que la lutte contre les antivaleurs n’est encore qu’à ses balbutiements. L’attente de poursuites des vrais coupables se fait de plus en plus longue. Certains individus pourtant clairement identifiés qui se cachent derrière la présomption d’innocence ne doivent pas bénéficier des passe-droits. Pires, encore, ils continuent à exercer des fonctions publiques alors les preuves de malversations financières ou de mauvaise gouvernance continuent de s’accumuler. Dans ce contexte où est le sérieux d’un tel gouvernement ? La classe politique et la société civile ne doivent pas être sclérosées et doivent comprendre que le Congo ne doit pas être une monarchie républicaine.

Lorsque l’ambition du pouvoir pour le pouvoir, lorsque la poursuite de l’appât du gain sans exercer un quelconque effort intellectuel, physique ou encore culturel est ovationné comme un idéal positif, lorsqu’on érige le parti sous des bases dangereusement ethniques, lorsque la notion de sanction est méconnue dans une société , lorsque au sommet de l’état la notion d’exemplarité est synonyme de bafouer les règles et d’encourager les antivaleurs…on a là sans aucun doute la réunification de tous les ingrédients possibles pour faire d’une société un véritable champ de contestation, de dépravation de mœurs, de recul face aux défis du développement…C’est le chemin qu’ emprunte sans aucun doute ce gouvernement depuis 2 ans.

 Après une cinquantaine d ‘années d’indépendance, l’homme politique congolais « parfait ignorant » de ses droits au développement, peine à comprendre que les différentes ethnies, la grande diversité linguistique et culturelle sont plutôt une inestimable richesse et doivent être mises à profit pour relever les défis du développement socio-économique, politique et gage d’un vivier culturelle d’imagination porteur de vraies richesses. Ce dernier détourne cette richesse à des fins égoïsmes.

Notre objectif n’est pas de jeter le discrédit sur l’ensemble des hommes politiques congolais en place dans le pays et encore moins de faire l’apologie d’un Congo voué à l’échec. Il est certain, et même encourageant de faire remarquer que certains hommes politiques méritent notre plein respect, quand bien même ils sont souvent « séquestrés idéologiquement et molestés physiquement » par des groupes d’influence ultra-ethnique. Mais reconnaissons tout de même que le manque d’impartialité de la justice, l’injonction des pouvoirs publiques dans l’attribution des marchés, les cas avérés de monstrueux cas de détournements, l’absence d’efficacité dans les prestations des services publics, le manque de vision pour le développement, le manque de courage politique des dirigeants congolais lors des grandes discussions concernant l’avenir du Congo tout entier, relevés quotidiennement, sont de nature à jeter un voile de suspicion et de doute sur les qualités de ce gouvernement a bien gérer la cité.

Au Congo, chaque mois, nous avons notre lot de désolation et des actes irresponsables commis par nos gouvernants qui sont censés être des modèles d’exemplarité. Et cela ne va qu’en s’empirant parce que la règle d’or consiste « à placer l’homme qu’il ne faut pas à la place qu’il faut ». Ou encore le règne de la médiocratie érigé au sommet de l’état. Le Congo ne doit pas se transformer en « Ripoucratie ».

Notre démarche citoyenne vise à atteindre un objectif de démocratie tournée vers le développement comme élément central de toute action. Elle s’inscrit, comme nous ne cessons de le faire, dans un but de susciter des interrogations et à faire germer des idées pragmatiques conduisant à l’éclosion d’une conscience nationale, avant de faire vibrer la fibre patriotique qui est en chacun de nous et nous faire rêver ensemble une modernité républicaine basée sur la culture de l’excellence et de l’intégrité.

 

Jean-Claude BERI

Un commentaire

  1. Des anti-valeurs à l’actif des détenteurs du pouvoir depuis 1968 à aujourd’hui. Même certains de ceux qui les dénoncent aujourd’hui ont contribué, d’une manière ou d’une autre, à les approfondir, d’autant qu’ils sont les produits de ce système inique et immonde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*