Editorial

Congo-Brazzaville : Sommes-nous dans un Etat normal ?

Par Jean-Claude BERI

Depuis le retour sanglant au pouvoir de Mr sassou  marchant sur un tapis de sang de milliers de citoyens massacrés, il avait promis faire du Congo-Brazzaville, un pays normal Qu’en est-il  aujourd’hui après 20 ans de règne sans partage ?

Kaléidoscope des aberrations du pouvoir de Mr SASSOU

Les populations vivent depuis des années des délestages a répétions faisant de leur quotidien un enfer. Est-ce normal ?

La commercialisation des produits avariés dans les marchés de Brazzaville et ailleurs  causant des dégâts sanitaire au sein des populations est-il normal ?

Un contrôleur d’un transport public en commun décide de son plein gré d’effectuer des demi-terrains en pleine course est-ce normal ?

Pour un OUI ou un NON les populations sont arbitrairement arrêtés et incarcérées par les forces dites de l’ordre sans jugement est-ce normal ?

Est-ce normal pour des populations qui se rendent dans les hôpitaux de la place d’être victimes  des faux diagnostiques, des traitements médicaux inadaptés ?

Est-ce normal que dans un pays qui se dit respecté la santé des populations que des médecins véreux non assermentés prescrivent des traitements non conventionnés aux malades ?

Comme nous le savons tous que l’eau c’est la vie  comment vivre dans un pays ou la rareté de l’eau potable coulant dans les robinets soit une norme au Congo-Brazzaville ?

Est-il normal n’importe quel étranger débarquant avec une simple trousse de bain au Congo devient milliardaire en moins d’un ? Pourtant cela n’interpelle pas les autorités

Un état de droit, comme ils le prétendent peut –il nommer des guerriers criminels, voleurs  députés ou ministres sans au préalable les juger pour s’enquérir de leur solvabilité ? Est-ce normal ?

Un état qui se soucie de l’avenir de la jeunesse peut–il laisser cette dégradation de la santé des jeunes qui s’adonnent à l’alcool et à la prostitution ? Est-ce normal ?

Etaler, vendre et parfois même boire dans l’insalubrité la plus totale est devenue une norme au Congo-Brazzaville est- ce cela est normal ?

Un citoyen artisan  chauffeur de taxi en parfaite légalité est interpellé par la police qui lui confisque son permis, assurance et autres documents sans verbalisation officielle se voit contraint de verser entre 2000 et 5000 f CFA sans reçu est-ce normal ?

La liste est non exhaustive, je laisse le soin à chacun de la compléter. Seulement je ne sais pas comment vous expliqueriez ce sentiment étrange et oppressant qu’est celui de se sentir semble-t-il dans un pays normal devant tant d’incongruité?  Plutôt le Congo est un pays  en urgence perpétuelle  serait une constante de notre histoire.

Pour beaucoup de congolais le silence est devenu impossible, et nous devons parler sans langue de bois, mais avec amour pour notre pays que nous ne voulons pas voir détruit et déclassé à cause des incompétents qui nous gouvernent  jusqu’à maintenant. Nous attendons beaucoup des nouveaux visages qui entreront en politique, dont certains sont résidants en France. Surtout pas cette diaspora qui pond des gouvernements à répétition  de sortie de crise.

Il y a des gens honnêtes partout, même si, à dire vrai, il faut prendre le temps de bien les chercher. Parce que, le plus rageant dans tout cela, c’est que nous disposons des femmes, des hommes et de l’énergie pour nous en sortir.

Est-ce trop demander à la nouvelle classe dirigeante que de faire du Congo-Brazzaville  un pays normal ?

Jean-Claude BERI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*