CORRUPTION, DETOURNEMENT, Economie, FINANCE, Politique, Société

CONGO-FRANCE-F.M.I » : LE « SOLDAT » SASSOU SAUVÉ PAR LES MINISTRES MAKOSSO, NGOUÉLONDÉLÉ ET ANDELY, TANDIS QUE LEURS COLLÈGUES MBOULOU ET BININGA…

CONGO-FRANCE-F.M.I » : LE « SOLDAT » SASSOU SAUVÉ PAR LES MINISTRES MAKOSSO, NGOUÉLONDÉLÉ ET ANDELY, TANDIS QUE LEURS COLLÈGUES MBOULOU ET BININGA…

Par  Ghys Fortune BEMBA-DOMBE

Ghys-Fortune-BEMBA-DOMBE-journaliste-congolais

Après le déblayage du terrain diplomatique bilatéral entre le Congo-Brazzaville et la France, effectué en août 2021 par le Premier ministre, Anatole Collinet Makosso (A.C.M), pour réintroduire aussi bien le Président Denis Sassou Nguesso que les projets de son  pays dans les « tuyaux » de l’Hexagone, le tour est revenu, en novembre de la même année à Paris, au Ministre Hugues Ngouélondélé «Le Géant », d’entrer en scène, à la faveur du troisième Forum européen de recrutement de la diaspora congolaise. Mais, une semaine seulement après cette montée en puissance de la diplomatie congolaise, le Ministre congolais de la Sécurité, Raymond  Zéphirin Mboulou, et son collègue de la Justice, Wilfrid Bininga, ont  redescendu cette note en dessous de la moyenne, comme l’a stigmatisé le Député de la République française, Sébastien Nadot, et au regard de la nouvelle mauvaise tournure des négociations entre le Congo et ses créanciers sans oublier les déclarations du journaliste congolais de la chaîne Digital Radio Télévision  (D.R.T.V), Maurel Mabélé, dans les différentes officines en France qui confirment le caractère voyou de l’Etat congolais.

 

Décryptage

C’est un secret de polichinelle. Tout le monde sait que, lors de son dernier voyage à Paris, le 27 août 2021, A.C.M s’est rabaissé jusqu’à la taille des « mini fretins » de l’élite française, afin de relancer la machine « France-Congo -F.M.I », grippée depuis les élections présidentielles congolaises de 2016 et 2021. Cette grippe était auparavant marquée aussi par le ralentissement des négociations du Congo avec les institutions financières internationales de Bretton Woods (négociations qui avaient pourtant  débouché sur un premier Accord triennal de Facilité élargie de crédit, signé le 19 juillet 2019 à Washington). La France a écouté le plaidoyer d’A.C.M et de son ministre des Finances, Rigobert Roger Andely, au point qu’elle a promis de peser, de tout son poids, pour faire aboutir le dossier du Congo au Conseil d’administration du F.M.I. de décembre 2021 après un Accord triennal signé avec le Fonds monétaire international, le 8 novembre 2021, d’un montant de  465 millions de dollars, au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC).

Début novembre 2021, profitant du troisième Forum européen de recrutement des cadres de la diaspora congolaise après, les deux précédentes éditions organisées par l’association Synergie et développement de l’Afrique (S.D.A) et l’Agence de régulation des postes et des communications électroniques (A.R.PC.E) en 2010 puis 2012, « Le Géant » s’est plié en quatre pour assurer un séjour paisible, à Paris, à son gendre – le Président Denis Sassou Nguesso- lors du deuxième Sommet parisien sur la Libye précédé du forum pour la Paix. Pour cela, il avait mandaté le Député congolais Digne Elvis Tsalissan Okombi et compagnie en France, en vue de prendre contact avec plus d’une personne. Mais, ironie du sort : quatre jours avant l’arrivée de Denis Sassou Nguesso en France et de la tenue du troisième Forum de recrutement, l’image du Congo et de son président a été ternie par Serge Berrebi et François  Odzali, qui ont  saisi  l’avion présidentiel congolais de type Falcon, mais aussi les actifs du Congo dans la société pétrolière Perenco ainsi qu’au sein de la banque Société Générale. Comme si cela ne suffisait pas, l’image du Congo a été salie, à la même période, par l’interpellation, à Kinshasa(RDC), de l’opposant franco-congolais résidant à Paris, Marcel Makomé,  et par  la discorde née entre l’Ambassade du Congo en France (notamment l’Office de gestion des étudiants et des stagiaires, et la Diaspora congolaise proche du pouvoir de Brazzaville), d’un côté, et  l’Agence du Pôle Emploi du Congo, de l’autre, dans l’organisation dudit Forum. Mis au parfum, Le Géant » a sorti son artillerie lourde. Il a hypnotisé presque la totalité des troubadours, des sites Internet, des réseaux sociaux et des médias internationaux, au point que tous ont tourné rapidement la page des différentes saisies des biens de l’Etat congolais en France  et de l’interpellation de Marcel Makomé à Kinshasa.

Mais, l’euphorie des partisans du pouvoir de Brazzaville n’aura été que de courte durée. Parce que l’un des six journalistes congolais, venus à Paris dans le cadre du programme du Quai d’Orsay, a humilié sérieusement Hugues Ngouelondélé et cohorte, lors des différentes rencontres démarrées lundi 22 novembre. Bien avant cela, les Ministres Zéphirin Mboulou et Ange Wilfrid Bininga avaient fait massacrer  des Congolais dans les geôles du  Commandement territorial des forces de police de Brazzaville (ex-Commissariat central). Du coup, le Député Sébastien Nadot, président d’une Commission parlementaire à l’Assemblée française, a recommandé  la rupture des relations entre la France et la Police congolaise !

Des leçons à tirer

Le Congo, comme nous l’annoncions en fin octobre 2021 et après notre périple à Abidjan (Côte d’Ivoire) et Yaoundé (Cameroun), est en voie de signer un deuxième Accord triennal de Facilité élargie de crédit avec le F.M.I, avant le 31 décembre 2021, après l’échec du premier Accord du 19 juillet 2019. Pourvu que les négociations du Congo promises par A.C.M aboutissent avec la Chine, Trafigura, Glencore et Berrebi après avoir terminé avec Orange qui vient de suspendre les saisies des immeubles de l’Etat congolais. L’inquiétude d’un échec dans l’obtention de ce deuxième Accord ne serait imaginable que si  A.CM et Florent Ntsiba (Directeur de cabinet du Président Sassou ) envoient des négociateurs peu futés, qui pourraient tout faire chambouler. Cette inquiétude pourrait être aussi imaginable si, après l’obtention de l’Accord Congo-FMI le mois prochain, la manne termine encore dans les poches des dignitaires congolais, sans que les populations, meurtries par la précarité imposée par le régime Sassou Nguesso, n’en bénéficient. En effet, les Congolais lambda vivent avec moins d’un dollar par jour. Ils sont réduits à consommer un plat de chenilles, de mangues ou de safous ramassés à la faveur de la généreuse saison des pluies actuelle, allant d’octobre, novembre et décembre 2021, et  annonçant Noël et le Nouvel an). Notre inquiétude est bien justifiée. Le Congo n’est pas pauvre et ne manque pas d’argent. Mais dans ce pays comme avec un trou noir cosmique, le moindre million y cotoie l’horizon des évenements est siphonné par les hommes du pouvoir pour ne plus jamais apparaitre sur le sol national. On le retrouve dans des mondes parallèles.

Quant aux morts au quotidien, dans les lieux de détention du Congo-Brazzaville, la responsabilité administrative de l’État et la responsabilité hiérarchique des Ministres Mboulou et Bininga est engagée. Ces derniers reconnaissent pourtant, depuis des années, le fait que les prévenus sont souvent entassés comme du bétail dans des lieux insalubres et très exigus, malgré de multiples appels lancés au Gouvernement par les O.N.G de défense des droits de l’homme  et par  les médias, pour améliorer les conditions carcérales. Nous avons tenté de joindre ces deux Ministres à Paris, mais ils n’ont pas décroché leurs téléphones, de peur, certainement, de faire des déclarations à la presse, qui pourraient compromettre le versement de leurs « frais de mission » ou « check-off » en France .

Enfin, s’agissant du « Géant », qui a répondu à nos appels, il s’est dédouané en déclarant que ce n’était pas lui qui aurait débarqué le journaliste congolais de DRTV,  Donald de Goma, de faire partie du voyage de Turquie via la France. Il  a dit ne s’être jamais ingéré dans le travail des journalistes. La preuve, a-t-il poursuivi, il a invité à sa dernière activité en France les journalistes, les tenanciers des plates-formes de toute obédience qui font l’actualité congolaise, et même les Résistants ou Combattants hostiles au régime Sassou-N’Guesso, avec lesquels il a longuement échangé. Parlant de ladite activité, « Le Géant » a certes réussi à rassembler les Congolais de tout bord. Malheureusement, il nous faut avouer que ce forum a connu beaucoup de ratés, par rapport aux objectifs initialement poursuivis !

Nous reviendrons sur ce Forum dans notre magazine « Lynx », qui sera lancé officiellement au mois de décembre 2021. Cette date coïncide avec la présentation-dédicace de notre nouveau livre. Mais avant cela nous ferons le point du second voyage éclair qu’effectue A.C.M en France dès le 24 novembre 2021 selon les sources sécuritaires française et celui qu’effectue six journalistes congolais dont le tonitruant Maurel Mabélé.

Ghys Fortune BEMBA-DOMBE

Laisser un commentaire