Economie

Congo : « l’affaire de détournement de 9 milliards par Emile Ouosso fait révolter les retraités »

Par: Le soleil du Congo

Congo : « l’affaire de détournement de 9 milliards par Emile Ouosso fait révolter les retraités »
L’hebdomadaire congolais d’informations générales, d’analyses, d’opinions et de débats, « le Soleil du Congo, dans sa parution n° 001 du mardi 31 octobre 2017en page 8 parle d’un détournement de 9 milliards à la Caisse de retraites de Fonctionnaires (CRF) qui aurait été fait par Emile Ouosso, ministre des travaux publics et de l’entretien rourier. Cette affaire aujourd’hui prend une allure de révolte auprès des retraités de cette caisse.
C’est dans les colonnes de l’hebdomadaire Soleil du Congo, que l’annonce a été faite sur la disparition des 2 mois de salaires celui de novembre et de décembre 2016 dans les caisses de la CRF, à travers une interview de nos confrères de Soleil du Congo accordée à Michel Siolo à t-on –lu : « Pour être bien, il faut qu’on paye au moins deux (02) mois de pension pour une enveloppe avoisinant 9 à 10 milliards. Entre temps, nous disons que les mois de novembre et décembre 2016 ont été détournés par le ministre sortant du travail et de la sécurité sociale. Le trésor nous a dit qu’il avait viré ces deux mois à la CRF et la CRF a confirmé. Mais, la CRF n’a pas payé ces deux mois. Il y a des preuves. Ces deux mois de pension ont été gérés par le Ministre Emile Ouosso ». une déclaration aux allures d’une condamnation que tous les congolais ont pu lire dans les colonnes du journal « Soleil du Congo »
Une affaire grave qui devrait en temps normal intéressée les élus du peuple, la justice et organes de lutte contre la délinquance économique pour approfondir la question et creuser toutes les informations afin de faire repartir les responsabilités des uns et des autres.
Michel Siolo, qui est retraité depuis une quinzaine d’années est certainement sorti de son silence, ‘’affamé’’ comme un loin pour dévorer les différents hommes politiques et ceux qui sont au commande, notamment l’ancien ministre du travail et de la sécurité sociale actuellement en charge des travaux publics
Marcel Bissemo, officier des forces armées congolaises à la retraite « pense que le silence du ministre Emile Ouosso pour des accusations aussi graves n’arrange pas sa personnalité et il est appelé à dire sa part de vérité dans cette gigantesque affaire qui met tous les retraités du Congo par solidarité en état d’ébullition. 9 milliards ne sont pas à comparés avec 9 mille francs ou encore 9 millions ; mais c’est 9 milliards » a-t-il martelé
Le retraité congolais qui vit aujourd’hui une situation de mendicité, interpelle le gouvernement face à des comportements de ce genre ; car il est à noter qu’Emile Ouosso en sa qualité d’ancien ministre en charge de la sécurité sociale doit apporter des éclaircissements sur la disparition de l’argent destiné aux paiements des pensionnés de la CRF sinon il sera responsable des différents maux que vivent les retraités de la CRF.
« On ne sait plus à qui faire confiance dans ce pays. On vole notre argent, nous sommes entrain de mourir par manque de nivaquine ou de paracétamol, alors qu’il y a des gens, milliardaires déjà qui continuent à nous couper les pieds et les mains, en perçant l’estomac, nous laissons affamés, en bafouant nos droits. C’est plus qu’une injure à l’endroit des retraités que nous sommes » a déclaré, Mpassi-Malanda Anatole, enseignant retraité. Si, on ne nous éclaircit pas sur cette affaire, le pire est à venir à t-il ajouté. Les retraités sont donc fâchés.
Informer de cette affaire scandaleuse, notre rédaction a voulu connaitre davantage les points cachés. A cet effet, une source au niveau du trésor a déclaré « il n’est pas seulement question d’incriminer le Président de la République, si le virement se fait du trésor à la CRF, est-ce que c’est a Sassou Nguesso d’informer les retraités et de les payer au guichet ou de faire les virements dans les banques ? Chacun doit s’assumer et répondre face à la force de la loi si la faute est avérée ». Au niveau de la CRF, on n’a pu rencontrer le directeur général Michel Nguimbi pour excès de suite protocolaires. De même pour le présumé ministre détourneur dudit montant.
Les autorités congolaises sont et restent fermées surtout quand elles entendent que c’est la presse. Alors que c’est cette même presse qui est censée apporter la lumière et éclairer l’opinion nationale et internationale sur les motifs allégués parfois à tort. Les services de protocole de ces autorités-là ne comprennent pas parfois la nécessite et l’intérêt que représentent certains visiteurs pour leurs chefs. « Le ministre est occupé cette semaine », revenez dans deux ou trois semaines ou bien laisser votre numéro de téléphone, on vous contactera au moment opportun. D’autres par contre (les autorités elles-mêmes, malgré qu’elles donnent leurs contacts, mais il ne répondent jamais à l’appel sauf cas de surprise inattendue. Elles ont donc peur de quoi ?
Ce qui est vrai, le ministre Emile Ouosso, doit répondre à de telles allégations. Si je me trouvais à la place de son conseiller en communication je n’aurais hésité de le lui proposer. En cette période de crise, où le pays est presqu’en faillite, il y a nécessite de clarté et l’adoption d’un comportement républicain. Notre rédaction est donc disposée à apporter l’éclaircissement sur cette affaire qui dérange les retraités en particulier et tous les congolais en général.

Au prochain épinglé

Le soleil du Congo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*