DIASPORA, DROIT, Economie, Editorial, Politique, Société, Tribune libre

Denis Christel SASSOU NGUESSO s’assoie sur 1,9 million d’euro, paris lui déroule le tapis rouge

Denis Christel SASSOU NGUESSO s’assoie sur 1,9 million d’euro, paris lui déroule le tapis rouge

Jean-Claude BERI

Par  Jean-Claude BERI

 

« Denis Christel SASSOU NGUESSO s’assoie sur 1,9 million d’euro, paris lui déroule le tapis rouge, ils appellent cela coopération internationale public-privé : Tu vole , tu me donne un peu , je ferme ma gueule. »  JC

 A l’heure ou  le gouvernement du marionnette MAKOSSO collinet se pavane dans les rues de Paris, la justice américaine vient de sanctionner durement le pilleur Denis Christel SASSOU NGUESSO en le privant de 1,9 million de dollars dans l ‘affaire de l’achat du luxueux appartement de Miami.

L’affaire ne semble pas faire un grand bruit, simplement parce que  beaucoup des milliards de francs CFA ont été déboursés pour acheter le silence de nombreux médias financiers, en particuliers français afin d’éviter de donner une mauvaise image du nouveau ministre de la coopération internationale. Ce qui est compréhensible, une grande partie d’entre eux vivant de ce que le groupe des pilleurs d’OYO leur verse. Plongée au sein d’un système conçu sur mesure, entre privilèges iniques et rémunération de l’inutilité, financés par le trésor congolais.

Ce qu’ils arrivent à camoufler honteusement au Congo-Brazzaville ne l’est pas fortement partout. Les NGUESSO sont dictateurs au Congo et ne bénéficient pas du même traitement  partout dans le monde. Ils ont été incapable de prouver la provenance légale des sommes ayant permis l’achat de ce luxueux appartement. Pour éviter la condamnation qui se profilait sur la tête de Denis Christel SASSOU NGUESSO, ce dernier a été obligé de négocier, la queue entre les jambes, un accord où ils acceptent perdre 90% du montant de la revente dudit apparemment au profit de la justice américaine.

On sait tout ou presque sur cet enfant mal sevré, ses peines de cœur, ses retournements de veste pour dominer les autres, ses frasques sexuelles ou ses déboires médiatiques. En revanche, on connait moins ses nombreuses rémunérations et la façon dont ils abusent d’un système où l’abondance et l’impunité sont la norme. C’est inadmissible qu’un deputé congolais puisse lâcher 1,9 million sans que cela n’émeuve les élus qui se disent marcher sur la lutte contre les anti-valeur , la rigueur . Que dit ANDELY ?

La justice américaine   a confondu, Denis Christel SASSOU NGUESSO,  par son propre mensonge, oubliant qu’il aurait déclaré je cite « Lors d’une visite à Miami en janvier 2016, le fils Nguesso avait déclaré aux autorités douanières américaines qu’il gagnait 460 000 $ par an en tant que directeur adjoint de la Société nationale des pétroles du Congo et qu’il ne possédait aucun bien immobilier aux États-Unis. Mais de 2007 à 2017, le fils du président Congolais a dépensé 29 millions de dollars pour acquérir des propriétés dans la région de Miami et à Paris et s’offrir un « style de vie somptueux » pour lui et sa famille. De plus, a déclaré le procureur Rosen, il a apporté environ 3,7 millions de dollars en espèces aux États-Unis entre 2011 et 2016 – «et c’est exactement ce qu’il a déclaré » aux douanes. » (1)

Nous ne le dirons jamais assez, les NGUESSO  sont des voleurs et pilleurs des ressources du Congo.  Comment une caste  de congolais soit parvenue à construire une forteresse financière pour le moins favorable, en ne possédant aucune unité de production, aucune autre source de revenu que celle versée par la fonction publique ? L’Assemblé Nationale, muette en détournant son regard ailleurs s’apparente ainsi à une assemblée dans un pays de cocagne, une contrée miraculeuse dont la nature déborde de générosité pour les NGUESSO.

Plusieurs milliards de fr cfa sont inutilement dépensés dans une affaire d’escroquerie et pillage de ressources d’État, dans d’autres cieux  cela aurait soulevé un tollé national, l’ouverture d’une commission d’enquête ou tout autre armada d’enquête judiciaire qui s’imposerait par principe  dans de pareille situation de dépouillement financier du pays par un prédateur économique fusse-t-il fils du président.

On nous parle ici de la bagatelle somme 1,9 millions d’euros que Mr Denis Christel SASSOU NGUESSO aurait dépensé pour payer une tranquillité , comme s’il partait faire un don à secours catholique.

« Pendant ce temps les fonctionnaires retraités et les étudiants congolais croupissent dans une misère abjecte, faute de paiement de plus de 26 mois de pension et de 37 mois de bourses par l’état Sassou Nguesso. » dixit christian Perrin

On nous accusera de tous les maux, populiste, poujadiste, tribal , nauséabond, enfin, mal attentionnés. Nous reviendrons sur  ce pillage systémique qui a peut-être fait long feu tant notre pays est dans un piètre état et que les responsables apparaissent de plus en plus clairement mais jamais inquiéter et jouissent d’une impunité insupportable.

Tout au moins cette affaire met en lumière une situation, longuement décriées plusieurs ONG, chiffres à l’appui, pour le moins déséquilibrée pour le pire désarçonnant pour un pays qui se dit en crise et endetté jusqu’au cou, un État dans une phase comateuse, en pleine incubation respiratoire   . Plus de 300 noms cités, et à ce jour aucun procès en escroquerie et en bande organisé n’a été intenté. Sans doute une preuve de la véracité des faits évoqués. On pousse les modestes citoyens au bûcher médiatique, à la prison pour moins que ca , alors que dans le même temps, 150 nantis du clan sassou ont utilisé des fonds publics à des fins privées, essentiellement pour investir dans l’immobilier. On ferme les yeux tant que c’est un NGUESSO qui vole.

On adoube une caste de voleurs, des immoraux  utilisant  la pseudo démocratie pour s’enrichir dans la joie et la bonne humeur, faisant preuve d’une nonchalance crasse. Cela ne choque personne que certains s’achètent des appartements avec l’argent public et on préfère s’attaquer à une pauvre maman, permettant au reste de vaquer tranquillement à leurs petits arrangements.

De tout cela, évidemment les NGUESSO l’ont bien compris l’usage qu’ils pouvaient en faire et n’hésitent pas à s en servir de ces privilèges pour avancer leur carrière, faisant peu de cas du peuple. On n’hésite pas, au final, à le duper.

Ils ne sont pas tous profiteurs (les Mbochis) . Malheureusement tous sont complices. On remarque que tous  les amendements visant à insuffler de l’équité ou de la transparence au sein de cette institution (assemblée) ont été rejetés, toute tendance politique confondue. La bonne volonté de quelques-uns se fracasse contre le monolithe grégaire de l’argent. Les NGUESSO corrompt tout le monde.

Christel Denis SASSOU NGUESSO a tendance à croire qu’il est investi d’une mission divine. En conséquence, il s’estime à tort non seulement indispensable pour le Congo mais également irremplaçable. Cette logique pousse ce dernier à tout faire pour rendre perpétuel le pouvoir de son père pour mieux le succéder. D’où la longévité du père qui finit par devenir insupportable pour les populations concernées. Il ne voit pas les signes de la dérive autoritaire du pouvoir qu’il convoite.

Seulement la roue tourne et votre régime de sanguinaire se révèlera n’être bâti que sur du sable mouvant. Toute cette fortune usurpée aux congolais, avec laquelle vous avez construit ce paradis illusoire s’effondrera comme un vulgaire château de cartes. La peur de l’exil qui vous hante depuis le 23 septembre 2015 ne sera plus un rêve, à moins que le peuple daigne de vous traiter de la même manière qu’il a été traité : C’est-à-dire comme un chien galeux. Votre règne désastreux est à la fin. Quoique vous fassiez, vous et votre clan seront indexés et traînés devant la justice du peuple. Car le ver est déjà dans le fruit.

Par ailleurs, ne nous trompons pas, le ver n’est pas seulement dans le petit cercle restreint clanique de sassou, il est aussi dans tous ceux qui attendent l’occasion pour s’assoir sur le fauteuil tant convoité. Ceux-là qui rampent dans l’obscurité gardent jalousement en eux le seul secret de l’infection. Le peuple doit faire attention à ceux qui développent plusieurs vers et qui n’attendent que le bon moment pour ronger le fruit.

Nous avons finalement un mélange nauséabonde , presque imbuvable  de débat politique, constatant que la démocratie représentative a volé le pouvoir au peuple. La démocratie directe de Rousseau, l’essence de 1789, a été confisquée par une oligarchie clanique qui s’est érigée tous les droits. La justice et l’égalité sont devenues des concepts relevant de l’arbitraire, presque des souhaits inatteignables.

C’est une honte pour certains qui pensent que s’afficher dans les salons feutrés avec ces personnages immoraux  serait un gage de visibilité positive. Retenons le, une fois pour toutes, les « Mbochis d’OYO » ,   devenus une  secte mafieuse, réunis autour du partage des milliards de fr cfa  de la corruption et d’un profond mépris de la population

C’est le drame congolais, un pays immensément riche dont les recettes en hydrocarbures ont été évaluées à quatre fois le plan Marshall pour la reconstruction de dix pays africains. Mais c’est aussi l’histoire d’un régime incapable de dépenser rationnellement cet argent pour le bien public qui brille par l’étalage d’une médiocrité inimaginable.

Denis Christel SASSOU NGUESSO s’assoie sur 1,9 million d’euro, paris lui déroule le tapis rouge, ils appellent cela coopération internationale public-privé : Tu vole, tu me donne un peu , je ferme ma gueule. Ce gouvernement conduit par l’homme de paille MAKOSSO   s’attèle à édifier une fragile économie de rente au bénéfice de Denis Christel et de ses réseaux clientélistes afin de neutraliser, fragmenter et isoler un peuple qu’il méprise pour mieux l’asservir.

Pauvre CONGO !!

Jean-Claude BERI

Laisser un commentaire