DIASPORA, International, Politique, Société, Tribune libre

Les deux Congo aiment toujours conduire leur peuple dans un avenir incertain suicidaire et ensanglanté

TRIBUNE LIBRE DE Maître Tony Gilbert MOUDILOU

 

Par :  Maître Tony Gilbert MOUDILOU.

Sassou Nguesso aime toujours reprendre ses schémas qui ont fait leur expérience. Il a toujours signé ses crimes avec la même encre : rouge, le même stylo, le PMAK.

Je vous ai dit dans un de mes articles précédents que les hommes qui étaient allés assassinés le Président Kabila étaient partis de Mpila donc de chez Sassou Nguesso. Ils se réunissaient à la rue Bakongo à Poto-Poto. Deux d’entre eux m’avaient appelé de Mpila pour me demander un certain nombre d’éléments. Lesquelles personnes avaient été reçues par moi à Paris au mois de novembre 2.000 soit trois mois avant l’assassinat du Président Kabila et une réception à la hauteur des enjeux avait été supervisée par les autorités de l‘Ambassade du Congo Kinshasa au plus haut niveau. Après l’assassinat du président Kabila, ces deux personnages avaient été condamnés à mort à l’issue du procès qui avait suivi. Elles sont à Makala aujourd’hui.

DE L’ASSASSINAT DU PRESIDENT M. NGOUABI A CELUI DU PRESIDENT JOSEPH KABILA : MÊME SIGNATURE, MÊME ENCRE, MÊMES SIGNATAIRES.

Le Président Kabila avait été assassiné en pleine journée et en plein Palais sous les yeux bien vigilants et bien éclairés de tous les Services. On a reproduit là ce 16 janvier 2001 le schéma qui avait fait ses expériences et qui avait admirablement réussi le 18 mars 1977 dans l’autre Congo. A la tête de cette expertise, l’Aspirant Sassou Nguesso devenu le plus grand Général du Congo devant les plus gradés à la naissance de notre Armée congolaise : Félix MOUZABAKANI et MOUNTSAKA.

DE L’ALLIANCE SASSOU NGUESSO PCT ET DE L’UPADS LISSOUBA. ET DE KISSEKEDI /KAMERE ET LE CAMP KABILA.

Dix huit (18) ans de Pouvoir Kabila a généré toute une série d’actes judiciaires répréhensibles. En effet, pendant 18 ans, le Congo Kinshasa n’a fait que pleurer. Beaucoup de sang a coulé sous tous les ponts depuis le Pont Gaby à celui de Mont Ngaliéma, reliant tout le pays. Toutes les expériences de crimes ont été expérimentées dans ce pays. C’est pour la première fois que j’ai vu dans les vidéos et en Afrique Noire, des gens égorgés comme des moutons. J’ai vu des vidéos où à l’Est de ce malheureux pays, le sang des congolais a beaucoup giclé. Plus de 6 millions de morts avaient été comptabilisées par les ONG internationales. Mourir au Congo de Kabila était devenu un véritable jeu. Pour n’importe quoi, on tuait, massacrait et tout ça devant les yeux bien veillant du Président de la République et d’un Pouvoir incapable d’arrêter le processus. Même le petit pays comme le Rwanda faisait rentrer ses hommes dans ce grand et peuplé de plus de 100 Millions d’habitants soit au moins plus de 100 fois la population du Rwanda et une superficie de 2.350.000 kilomètres carrés soit plus de 1.000 fois la superficie du Rwanda qui est de 26.000 kilomètres carrés : plus petite que ma région le Pool qui lui a 35.000 km2.

Voilà alors que c’est le moment de faire la lumière sur tous ces crimes perpétrés pendant plus de 18 ans dans un pays où le Pouvoir n’a rien fait. Était- il acteur ou complice sur tout de qui se passait ? C’est le moment d’en savoir puisque toute l’opposition criait que le Pouvoir était responsable de tout ce qui se passait dans ce pays. De Kissékédi à Kaméré ; de Kayulu à Mbemba tous montraient le Pouvoir de Kabila comme responsable. Mais comment aujourd’hui, peut-on enjamber tous ces propos et s’allier avec ceux qu’on a dénoncés le caractère délictueux et criminel de leurs comportements sans que la conscience n’égratigne ; ni les uns, ni les autres ?

COMME IL Y A 28 ANS QUAND TOUT LE MONDE AVAIT DÉNONCE A LA CONFÉRENCE NATIONALE LA DANGEROSITÉ DE FAIRE ALLIANCE AVEC LE PCT.

Si le Congo notre pays convulse aujourd’hui, c’est parce que les uns et les autres n’avaient pas respecté les règles, les résolutions arrêtées à la Conférence Nationale Souveraine. Tout le long de la campagne présidentielle : reprenant tout ce qui avait été dénoncé à la Conférence Nationale Souveraine (CNS) : à savoir Sassou Nguesso et son PCT étaient des pestiférés, des infréquentables qu’il fallait arrêter et mettre au frais : en prison car ils avaient détruit notre pays et notre vivre ensemble. Il fallait les traîner devant les tribunaux pour répondre de tous les crimes qu’on leur reprochait et qui avaient été presque énumérés à la Conférence Nationale Souveraine (CNS).

Voila que parce qu’on veut à tous les prix arriver au Pouvoir, on fait fi à la morale, à l’éthique, aux valeurs de « Tchimuntu » en enjambant tous les morts générés par l’homme qu’est Sassou Nguesso et son PCT, pour rien que gagner et tout simplement que pour le plaisir de gagner et rien d’autres. Puis qu’il faut obligatoirement écarter le Pool, à travers son représentant B. Kolélas son candidat, l’UPADS enjamba toutes les résolutions arrêtées à la Conférence Nationale Souveraine (CNS), toisa la morale et alla faire alliance avec un PCT et un bourreau Sassou Nguesso d’où ce qui va devenir notre croix suspendue autour de notre cou : notre purgatoire aujourd’hui.

Une Alliance à l’origine de tout ce que nous vivons aujourd’hui. Et qui était né dès l’instant où l’UPADS avait remis en scène un Homme, un bourreau et avec lui, son PCT. Car si le Pouvoir démocratiquement élu avait suivi les règles : à savoir attraper tous les bourreaux issus du PCT et son Président et les mettre en prison afin de répondre à tout ce qui leur avait été reproché à la CNS, ils auraient sauvé le Congo et tout ce que nous connaissons aujourd’hui, serait évité et nous aurions dit merci au Président Pascal Lissouba.

L’UPADS avait largement failli en s’alliant avec des criminels. Les protéger, c’était les exempter de toutes poursuites judiciaires et de les mettre à l’abri. C’était criminel. Ceux qui sont à l’origine de cette forfaiture, ce sont les émanations du PCT, ceux qui avaient mis en place l’UPADS, les Moukouéké, Mbéri, Poungui etc…

KISSEKEDI /KAMERE : MÊME RECETTE QUI CARACTÉRISE L’AFRIQUE CENTRALE.

Kaméré hier Président de l’Assemblée Nationale congolaise, aujourd’hui dans l’Opposition. Le Président Kabila n’a pas eu du mal à l’appeler ; sachant que son candidat ne ferait pas long feu car se retrouvant devant un bilan chaotique. Alors pour échapper aux virtuelles arrestations ou poursuites qui pourraient avoir lieu, il fallait mieux faire comme Sassou Nguesso sait le faire et le leur a appris et comme il avait fait au Congo Brazzaville en s’alliant avec le Parti UPADS qui l’aida à bourrant les urnes : révélations qui m’avaient été faites par le Secrétaire Général du PCT : Ambroise NOUMAZALAYE devant témoins, Ignace Téndélé et Célestine NKOUAKOUA à Yerres chez Noumazalaye. Elle deviendra Maire de Moungali puis Ambassadrice du Congo en Guinée Equatoriale.

LA GRANDE QUESTION EST : EST-CE QUE LA MORALE ET LA POLITIQUE PEUVENT-ELLES MANGER DANS UNE MÊME ASSIETTE SANS ÉCLABOUSSER LA SAUCE ?

IMPUNITÉ VA-T-ELLE CONTINUER A PROSPÉRER DANS CETTE SOUS-RÉGION SOUVENT AUX PRISES AUX MÊMES CAUSES ET OU TOUT SE MONNAYE DEVANT LA MORALE, L’ETHIQUE ET LA GRANDEUR DE L’AME !

DEVANT CETTE IMPASSE : DEVANT CET APPÉTIT, INSATIABILITÉ DE NOS MARGOULINS : QUE FAIRE ? ? ?

J’ai parlé !

A Paris le 11 Janvier 2019.

Maître Tony Gilbert MOUDILOU.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*