DIASPORA, Politique

Le dialogue prôné depuis l ‘étranger c’est le « liyoto politique »

Marcel MAKOME ancien ambassadeur

Par Hervé MACHIKA

Le discours filmé de Marcel Makome m’a donné envie de réagir. Je n’étais pas avec eux, mais je lui donne raison en déplorant le climat de violence et d’insulte. D’où qu’il vienne. D’autant que ce week-end certains compatriotes m’ont entretenu de rumeurs, de visions, d’accusation faites sur les uns et les autres et de choses les plus étranges. Deja entendues, mais ca prend des proportions et un sérieux bizarre. En tout cas pour moi c’est étrange car c’est comme si on me disait que tu n’as pas eu le piment parce que tu n’es pas gentil avec untel, alors qu’au fond je déteste le piment et donc je n’en demande pas. Mais l’autre croit me priver de quelque chose et se réjouit, travaille d’arrache-pied pour que je ne l’ai pas alors que je m’en moque completement. C’est un peu ça le climat ici. D’ou une petite mise au point pour qu’on ne m’attende plus là ou je ne cherche pas à aller et que peut ^tre chacun se consacre à se vrais ennemis.

C’est Francky Loemba je pense qui disait la semaine dernière que le rôle de la diaspora est de venir en appui aux structures qui exercent dans le réel au pays. Je suis à 100% d’accord avec lui. Soutenir un candidat, un parti ou un groupement de partis, des ONG ou des groupes armées pourquoi pas. On peut même diriger un parti ou groupe armé depuis l’extérieur mais qui représentent vos intérets et vous font exister sur place. Pour moi c’est cela faire de la politique active même en étant à l’étranger. Mais essayer de s’eriger en acteur direct depuis l’étranger, qui n’a aucun relai local (si non ça s’entendrait), c’est une perte de temps à mon humble avis. C’est du liyoto politique. Que certains jouent ce rôle là, ils ont droit à leur stratégie. mais cessez de croire que tout le monde joue au même jeu et de nous faire la guerre comme des ennemis. Tout le monde ne cherche pas a peser dans la diaspora. Ca m’a fait rire pendant longtemps, mais ca prend des proportions de dingues qui nécessitent une mise au point.
Quand j’entends que sur la place de Paris tu ne « nous » as pas encore convaincu » de la sureté de ton combat, ou que j’apprends qu’on doive « se méfier de certains infiltrés »: je vous confirme que je ne suis pas un politicien de la diaspora et prière de me fermer définitivement vos portes dans ce gamineries. Ca doit faire un an que je dois trouver tous les subterfuges pour ne pas venir aux différentes invitations faites aux réunions, je vous le dis aujourd’hui, ne m’invitez plus s’il vous plat parce que je ne suis pas intéressé par les activités de partis qui se prétendent incarner la politique du Congo depuis Paris. Quant au fait qu’on doit se méfier de moi parce que j’ai changé de parti comme l’a fait remarqué mon frère Antoine Arnaud Nguellet, je rigole que ca vienne de gens membres d’un parti X, qui ont voté ouvertement pour un candidat Y alors que le parti avait son candidat, et qui se disent de l’opposition W alors que le parti qu’ils ne quittent pas (et ne critiquent pas) est à l’opposition Z. Et ce sont ceux là qui demandent à etre sur qu’on est dans le même combat et qui traitent les gens d’infiltrés. Il vaut mieux en rire.

Quant aux vrais politiciens qui me demandent de poursuivre l’action avec eux, aux amis du pays, je vous dis honnêtement, je n’ai pas très envie d’envoyer des gens à la mort ou en prison alors que je suis ici au frais. Meme les freres très engagés qui m’ont sollciité d’une toute petite somme que je n’ai pas envoyé, c’est parce que je ne veux pas vous voir arrêtés ou tués pour un plan dont nous savons d’avance que le résultat ne sera pas révolutionnaire. Le jour ou j’aurai un plan en main, croyez moi, j’accepterai même quelques milliers de morts s’il le faut pour sauver ce qui peut encore l’être de ce pays. Je ne suis pas un poltron. Mais si c’est juste pour avoir quelques lignes dans un journal francais et faire prendre deux ou trois ans de prison a des freres aussi dynamiques et utiles, pour que des gens crééent des profils facebook à votre effigie je n’ai pas le courage ou la folie d’un tel sacrifice. Je vous avoue. Mais gardons la liaison, réfléchissons à des solutions durables et gardons à l’esprit qu’on ne peut pas laisser le mal triompher du bien.

Hervé MACHIKA

 

Déclaration de l’ambassadeur Marcel Makome, Président du Parti Liberal Congolais, sur le Dialogue au Congo

Gepostet von Marcel Makome am Sonntag, 25. November 2018

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*