Diplomatie, Justice, Politique, Société

Emmanuel Adzetseng, cadre retraité du MAE expose les magouilles du ministère des affaires étrangères

 

 Par  :  Emmanuel ADZETSENG

Merci a Hervé MACHIKA pour cet partage 

 

Emmanuel Adzetseng, cadre retraité du MAE expose les magouilles de la boîte.
_________________________

Ne nous précipitons pas !!!
Chers internautes,
Difficile de se retenir après avoir lu tous les textes qui ont circulé sur la toile ces derniers jours au sujet du rappel et de la nomination des Ambassadeurs ainsi que des affectations des autres catégories de fonctionnaires dans les ambassades du Congo.
Difficile de se retenir pour moi, un cadre qui ayant fait toute ma carrière au ministère des affaires étrangères (47 ans d’exercice).
Jamais un mouvement diplomatique ne s’est fait avec autant de précipitation et d’agitation comme cela est le cas ces dernières années.
Jamais un mouvement diplomatique ne s’est fait en pleine période de fêtes, donc en cours d’année scolaire sans tenir compte du principe de l’annualité scolaire protégeant les familles des diplomates.
Jamais on n’a rappelé les Ambassadeurs , même ceux concernés par un éventuel redéploiement, sans les prévenir ou les consulter au préalable, ni même avoir déjà engagé la procédure de redéploiement. ( Ne s’agit-il pas là d’une simple mutation !!). Sauf à vouloir enregistrer des cas d’AVC parmi eux.
Un petit mot sur le contexte dans lequel s’effectue ce mouvement :
– Nous sommes à 15 mois de élection présidentielle ;
– Nous venons de passer un accord avec le FMI assorti de beaucoup de conditionalités en vue d’une gestion rationnelle et parcimonieuse de nos finances publiques.
Alors comment opérer un tel vaste mouvement diplomatique dans un contexte aussi sensible si ce n’est une tentative de sabotage ou de déstabilisation du réseau diplomatique du Congo ???
Est-ce que le coût de ce mouvement a bien été estimé et inscrit au budget de 2020 ??
Déjà, les ambassades du Congo ne reçoivent pas régulièrement leurs crédits annuels de fonctionnement à cause,certainement , de la crise financière actuelle. Certaines ambassades et autres services extérieurs du Congo attendent le versement des reliquats de crédits de 2016, 2017, 2018. D’autres n’ont encore rien reçu au titre des crédits de 2019.
A cela, il faut ajouter qu’il y a 74 diplomates rappelés qui attendent toujours leur rapatriement dont certains depuis deux ans.
Le ministère des affaires étrangères vient encore de nommer une centaine de fonctionnaires dans les ambassades sans attendre que ceux qui sont rappelés soient effectivement rapatriés.
Alors que ce dossier reste encore pendant, on vient de procéder au rappel définitif de plusieurs Ambassadeurs qui ne savent pas aujourd’hui à quel saint se vouer.

Est-ce de l’incompétence ou une manœuvre de sabotage de l’action diplomatique du Président de la République qui en est le Commandant en Chef ??!
Dans un des textes qui circule sur la toile, on place le Président de la République et le Ministre des affaires étrangères sur la même échelle, oubliant même que le pays a un Premier Ministre Chef de Gouvernement et que le Ministre des affaires étrangères n’est qu’un exécutant de la politique étrangère du gouvernement de la République.
Ce spectacle, le Ministre des affaires étrangères l’a presque servi à New York, en ayant essayé de conduire la délégation congolaise qui avait en son sein le Premier Ministre, à la session de l’Assemblee Générale des Nations Unies. Prétentieux, non !!!
Le savez-vous ?
Le Congo dispose des ambassades et consulats généraux non fonctionnels ( Venezuela, Benin, Portugal, et tout récemment encore le Royaume Uni, le Canada) dont les crédits de fonctionnement sont versés plus régulièrement que ceux des ambassades qui sont pourtant opérationnelles.
Le savez-vous ?
Les affectations de la centaine de fonctionnaires dans les ambassades, en décembre dernier, ont été faites au mépris des dispositions du décret présidentiel no 2019-289 du 10 octobre 2019, fixant les effectifs du personnel diplomatique, consulaire et du personnel assimilé dans nos ambassades et autres services extérieurs.
Pourquoi affecter des fonctionnaires à des postes qui n’existent plus dans la nouvelle nomenclature des postes ??
Le savez-vous ?
Le ministère des affaires étrangères vient de demander au ministère des finances de procéder au paiement des traitements diplomatiques, à compter du salaire du mois de janvier 2020, au profit des fonctionnaires affectés en décembre dernier alors qu’ils sont encore tous à Brazzaville .

Le savez-vous ?
Le Ministre des affaires étrangères et son Secrétaire Général voyagent régulièrement ensemble et parfois dans les mêmes missions, au mépris des usages et pratiques diplomatiques mondialement reconnus. Le ministère des affaires étrangères n’a jamais été aussi mal administré qu’il ne l’est aujourd’hui.

Le savez-vous ?
Le ministère des affaires étrangères permet jusqu’aujourd’hui le virement des salaires à plusieurs anciens Ambassadeurs rappelés depuis plusieurs années et dont certains sont déjà rappelés à Dieu.

Le savez-vous ?
Certaines ambassades du Congo sont des domaines réservés du trio Ngakosso-Mamyna-Nianga.

À Paris:
Ngakosso a casé trois membres de sa famille qui ne sont même pas du ministère des affaires étrangères.
Mamyna a casé sa femme ( bien que rappelée après 14 ans de service), sa fille, son neveu et deux nièces.
Nianga a casé sa belle-sœur, ses trois cousines, un cousin et un autre parent par alliance.

À Washington :
Ngakosso qui vient d’y affecter son fils , avait déjà casé son beau-fils et un autre proche.
Mamyna y a casé deux proches et un ancien collaborateur.

À Bruxelles :
Ngakosso a casé une petite de confiance.
Mamyna a casé sa sœur cadette, son cousin et un ancien collaborateur et confident.
Nianga a casé un cousin et la sœur d’une ancienne amie à lui.
Bref. La liste est longue. Surtout pour Mamyna et Nianga qui ont placé des parents dans chacune de nos ambassades à l’étranger.

Alors pourquoi nous nous précipitons ?
Il devrait y avoir de la place pour tout congolais compétent et digne et pas seulement pour les membres de quelques familles de dirigeants du ministère.
Il faut prendre le temps d’identifier et de former des cadres capables d’évoluer dans nos ambassades.
De même pour les Ambassadeurs. Au lieu de diaboliser deux cadres qui représentent dignement le pays dans les plus hauts lieux de la diplomatie internationale et régionale, il faut plutôt mettre le temps au registre de la réflexion, de l’analyse afin de faire des bonnes propositions et autres suggestions au Chef de l’Etat.
Aussi, répercutons les instructions du Chef de l’Etat de façon méthodique et bien structurée mais pas en désordre.
Si Mamyna veut aller à Kinshasa où il retrouvera ses deux copines plutôt que d’aller à Beijing, cette heure arrivera.
Si Nianga veut aller remplacer un diplomate parfaitement bilingue (anglais-français) en Afrique du Sud alors que lui même ne sait même pas dire bonjour en anglais, son temps aussi arrivera.
Quant à la promotion du genre, s’il vous plaît ! Faisons des bons choix. Le Congo a des compétences féminines capables de représenter dignement le pays. Pas de choix hasardeux comme on veut le faire en proposant des femmes qui n’ont pas encore le profil d’Ambassadeur.
Pour l’heure, il est souhaitable de transformer les notes de rappel des Ambassadeurs en PRÉAVIS avec prise d’effet en juin ou juillet 2020, et se préparer financièrement à l’exécution de la décision de rappel tout en respectant le principe d’annualité scolaire pour ne pas pénaliser les familles des diplomates.
Arrêtant d’exposer le Chef de l’Etat qui ne décide que sur la base des propositions et suggestions qui lui sont faites par le département compétent et, en l’occurrence celui des affaires étrangères.

Surtout pas de précipitation.
Si le travail est méthodiquement fait, chacun sera installé à sa juste place en fonction de ses justes valeurs.

Que le Premier Ministre soit saisi dans le cadre d’un contrôle administratif hiérarchique ;
Que les services de renseignement s’y mettent ;
Que l’Inspection générale d’Etat et l’inspection générale des finances se saisissent du dossier ;
Que le parlement œuvre dans le cadre de sa mission de contrôle de l’action gouvernementale,

Et tous les efforts conjugués de toutes ces Institutions pourraient sauver la diplomatie congolaise qui approche l’abîme pas seulement à cause du rappel précipité de plusieurs Ambassadeurs sans en avoir mesuré les conséquences au préalable, mais à cause du fonctionnement général du ministère des affaires étrangères et de la diplomatie congolaise qui devient de plus en plus désastreux.

Ne nous précipitons pas.
J’ai dit.

Emmanuel ADZETSENG
Secrétaire des affaires étrangères à la retraite.
Ngamakosso – Brazzaville

Laisser un commentaire