Santé

Existerait-il une face cachée quant à la fermeture du CHU-BRAZZAVILLE

Par Pierre David N’TAMBA

Voila un CHU, le C H U de Brazzaville, comme il en existe dans tous les pays du monde moderne; devenu objet des turbulences depuis 6 mois.
Le notre héritage d’un passé historique qui faisait de Brazzaville la capitale de l’AEF, s’est mue du simple hôpital général au CHU de Brazzaville suite à la création de l’institut académique formant des médecins dont le pays avait besoin depuis l’indépendance.
Depuis plusieurs décennies, les congolais notamment ceux d’entre eux qui ont voyager, qui se sont confrontés aux problèmes de soins à l’Étranger rentrés chez eux se posent bien des question, dont l’une d’elles est celle de savoir si notre bien nommée CHU-B rempli le rôle qui lui a été assigné à savoir: – faire la recherche, soigner, former .
Sa fermeture suite à la prétendue faillite du Congo, pose des questions au congolais lambda que nous sommes ; Était-il nécessaire de fermer la plus grande, la plus prestigieuse, la plus renommée structure médicale d’un pays de 4.000.000.d’habitants? La seule structure médicale où l’on trouvait toutes les spécialités, et qui drainait vers elle la plupart des patients et grands malades de plus de 7 régions.
La fermeture du CHU est un crime
Pourquoi sa subite fermeture ?, Qu’elle est la face cachée de cet acte? Que gagne t-on pour l’avoir fermé? Lorsqu’on apprend que l’assistance publique de Paris a dépêché une expertise pour renflouer le CHU en matière de gouvernance.
Avoir fermé le chu doit être considéré comme un véritable crime, un crime, pour non assistance à population en danger ? Le Congo est partie prenante de l’OMS qui a institué un DROIT A LA SANTE
Dans les pays occidentaux, la fermeture d’un hôpital pour réaménagement ou restructuration nécessite que les patients soient orientés vers d’autres structures identiques après y avoir été informés des mois durant; chez nous c’est n’est pas le cas, c’est un crime parce que le fonctionnement d’un hôpital est spécifique.
D’abord il y a la partie des soins stricto sensu, et la partie hébergement ou hospitalisation.
Pourquoi fermer le Chu puisqu’il y a les soins du jour, ou hôpital du jour; tous les patients qui si rendaient n’allaient pas se faire hospitaliser, il y a des soins ambulatoires. Que fait-on de la partie formation? .
Pour pallier la grève des soignants pourquoi n’a t on pas réquisitionner et ramener les médecins cubains qui tournent les pouces à Oyo à Brazzaville De même pourquoi n’a t-on pas chercher des médecins hors du Congo au lieu de faire venir des armes et mercenaires largement rétribués pour tuer le peuple du pool.
Pourquoi laisser faire peser sur Mme Mikolo la tache ingrate de réparer la gouvernance hospitalière de cette structure qui va jusqu’à manquer d’eau courante, l’accès à l’eau ; quant bien même toute la ville capitale n’en jouit pas, au lieu de traquer les prédateurs du CHU on cherche les poux sur d’autres.
Hypocrisie du gouvernement
Nous sommes convaincus que la fermeture du CHU n’était pas la bonne et ultime option du gouvernement .On peut croire que l’unique but de sa fermeture reste caché. Horrible et morbide face cachée.
Faire toucher du doigt et montrer au FMI , que les caisses du pays sont vides puis qu’ a fortiori la structure sanitaire la plus importante est fermée Et le peuple de regarder ahuri neti na film des milliers de congolais aller ad pâtres, de facto les évêques catholiques bons pensants ont été les premiers à monter au créneau pour dénoncer l’hécatombe, mais qui les écoute.

Pierre David N’TAMBA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*