Politique

Le FMI face à la situation économique du Congo-Brazzaville

En visite au Bénin le 11 décembre dernier, la directrice du FMI, Christine Lagarde, a souligné dans une interview que « Les situations de crise financière ou de difficulté économique révèlent toujours les fragilités et les vulnérabilités des systèmes de gouvernance. »

Allusion faite à la situation économique du Congo-Brazzaville qui suscite inquiétude et réserves au sein de l’institution financière internationale.

Alors que les effets de la crise sont de plus en plus sensibles dans la vie quotidienne de la population congolaise, quelle sera la prescription de cette institution financière pour remettre en ordre l’économie congolaise au bord de l’effondrement ?

Toutefois, un accord avec le FMI suffit-il à résoudre la crise multidimensionnelle à laquelle le Congo est confronté ?
_

Invités :
Emmanuel Okamba, Maître de conférences en sciences de gestion à l’université de Marne-La-Vallée. Auteur de « La gouvernance, une affaire de société », aux éditions L’Harmattan, et de « Mondialisation, concurrence et compétitivité » aux éditions  Publibook Université
Andréa Ngombet, Coordonnateur du collectif Sassoufit
Joe Washington Ebina, Acteur de la société civile. Président de la Fondation Ebina. Président des Forces unies pour la liberté et la démocratie (FULD)

Source : http://www.africa1.com/spip.php?article83517

ÉCOUTER L’ÉMISSION – Le Grand Débat – 18/12/2017

Un commentaire

  1. LE FMI NE DEVRAIT EN RÉALITÉ PAS NÉGOCIER AVEC LE CARTEL D’OYO, CAR TOUS SONT MOUILLÉS DANS, LE BLANCHIMENT D’ARGENT, CORRUPTION, VOL, ET DÉTOURNEMENT DES FONDS PUBLICS.

    Le FMI affirme accepter d’aider le Congo Brazzaville qu’après un audit sur la gouvernance et la corruption, mais comment peut-on comprendre alors qu’il soit d’accord d’en discuter avec Lucien Ebata ? Ce dernier n’est, ni plus ni moins, que le représentant de ce cartel obscur qui a dilapidé des dizaines de milliards de dollars de revenus pétroliers et creusé un endettement abyssal, de plus de 10 milliards de dollars, tout aussi obscur qu’il avait préalablement tenté de cacher.

    Le FMI aurait dû exiger, avant toute aide, comme ce fut le cas pour la Grèce, qu’il se déroule dans le pays de véritables élections, avec un contrôle international.

    Au minimum, dans un contexte politique et social totalement figé, des bombardements dans le Pool, des prisonniers politiques emprisonnés, et afin de rompre avec un pouvoir totalitaire incompétent qui a ruiné le pays bien plus que la chute du prix du pétrole, comme le martèle Jean-Luc MALEKAT.

    le FMI ne devrait discuter qu’avec les représentants congolais désignés au terme d’un dialogue inclusif, à l’abri de toute pression policière et mafieuse du Cartel d’Oyo.

    Alors, il est absolument choquant d’envisager que le FMI se retrouve à la même table qu’un Lucien Ebata cornaqué par, plus complice que consultant, Dominique Strauss Kahn, ancien General Manager du FMI, et sûrement conseillé par le tout autant malvenu, et plus encore complice, Yaya Moussa ex-Représentant Résident du FMI.

    C’est totalement nauséabond ! Il ne manquerait, dans ce tableau des négociateurs, que Rodrigo Rato, prédécesseur de DSK au FMI, qui a récemment été condamné à 4 années de prison par un tribunal de Madrid…

    Lucien Ebata n’est pas en reste. Il est visé par plusieurs enquêtes financières en France et en Suisse .

    Son principal comparse dans ce dernier pays, Philippe Chironi, a été condamné à 6 ans de prison à Saint Marin, pour blanchiment de 83 millions d’euros liés à un transfert de Jean-Jacques Bouya directement du Trésor Public… Bouya, membre imposant du Cartel d’Oyo.

    Le FMI a déjà une très vilaine casserole avec l’effacement de la dette en 2010. Une négociation avec Lucien Ebata, “avocat formé à Cuba”, en ajoutant une batterie supplémentaire, fera rejaillir la grande responsabilité de l’institution internationale dans les conséquences liées à la première (casserole)…

    Il est grand temps, pour le FMI, d’avoir un petit peu de dignité dans ce dossier. Pas seulement dans des paroles qui se veulent rassurantes, mais bien évidemment dans les actes…!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*