CORRUPTION, DETOURNEMENT, DIASPORA, DROIT, FINANCE, Politique, Société

Fraudes informatiques à la Banque Postale du Congo-Titanic-Sassou (1ere Partie)

Fraudes informatiques à la Banque Postale du Congo-Titanic-Sassou (1ere Partie)

Par  Olivier MOUEBARA

 

A peine nommé nouveau Sérénissime Grand Maître du Grand Orient et Loges Associées, Philippe OBARA, le patron de la CID (ex-DGST) est confronté à une fraude majeure dans le système bancaire congolais. C’est la Banque Postale du Congo qui est touchée et ce n’est pas n’importe quelle banque !

Les hackers auraient bénéficié d’un soutien en interne. Plusieurs milliards de FCFA seraient partis en fumée.

La Banque postale du Congo n’était pas au courant de ces disparitions. Son système n’émettait aucun signalement. C’est finalement la Banque Centrale qui a donné l’alerte, intriguée par l’avalanche d’importants retraits, au moyen de cartes monétiques aux codes quasiment identiques.

La Banque avait récemment changé son système informatique. Cependant,  sa direction générale s’était inquiétée à de nombreuses reprises de la perméabilité du nouveau logiciel. C’est une sous-traitance camerounaise qui avait procédé à son installation.

Plus encore que l’évaporation des avoirs de certains comptes, la conjonction des opérations conduites par les Camerounais a amené la gestion informatique à un chaos quasi total… Le logiciel a créé un énorme « bug » dans le traitement des opérations locales, comme une contamination virale.

Pendant ce temps, en accord avec Ludovic Ngatsé (ministre délégué auprès du Ministre des Finances, du Budget et du Portefeuille Public, Rigobert Roger Andely, chargé du Budget), la direction de la Banque Postale a ordonné le  changement du logiciel de gestion de la banque, avec à la clé la disparition d’importantes opérations rendues totalement intraçables et irrécupérables…

Par ailleurs l’enquête avance. Calixte Tabangoli, le directeur de la Banque Postale et son staff ont été placés en garde à vue par Philippe OBARA au siège de la CID (ex DGST).  Les interrogatoires s’y déroulent… tout le monde veut savoir qui est le réel Commanditaire de cette affaire ? Il serait surprenant que des proches de l’Empereur n’aient pas chapeauté ce casse monumental ! Les comptes de l’Etat congolais étaient-ils ceux qui ont été particulièrement visés et dévalisés ?

En fait, la Banque Postale était la meilleure cible possible depuis peu.  Calixte Ganongo avait signé, le 10 mai 2021, le Mandat de Gestion du Guichet Unique de Paiement entre la Banque Postale et le Ministère des Finances au mépris de la loi de finances qui désigne le Trésor Public comme seul et unique gestionnaire des fonds publics !

Curieusement, cet accord était prêt depuis le 18 octobre 2016 et n’a été entériné que cinq ans après, juste avant le départ de Calixte Ganongo et que « Bic rouge » ne le remplace !

De l’avis unanime de financiers sérieux, cet accord est incroyable et triste ! D’autant plus que ce  contrat de subrogation du Trésor avait été préparé par Ludovic Ngatsé (toujours administrateur général d’ERNST & YOUNG-Congo, le premier Cabinet d’Audit et de Conseil au Congo, depuis 15 ans) et Calixte Nganongo…

Avec l’arrivée de Rigobert Andely, des modifications au Conseil d’administration de la Banque Postale ainsi que le départ du DG actuel, Monsieur Calixte Médard TABANGOLI, étaient attendues. Mais, ces accords ont été depuis dénoncés par la toute puissante Commission Economie et Finances sous la conduite de son patron, Jean Marie Epouma, qui manœuvre en sous main, avec ou sans Bic, de Rigobert Andely.

Alerté, entre deux comprimés de Captagon, l’Empereur a alors demandé à son ministre des finances, le dernier, de temporiser et d’éviter les soubresauts…

Toujours la crainte que le « vase ne déborde »… !

Alors que la situation financière est au bord de l’explosion, Rigobert Andely a été déclaré positif au  COVID. Ludovic Ngatsé est maintenant seul à la manœuvre : il contrôle personnellement toute la finance congolaise ; il est le premier président élu de l’Ordre des experts-comptables du Congo, depuis décembre 2019 et il a créé et dirigé ERNST & YOUNG en République démocratique du Congo (RDC) en sus de sa direction générale d’E &Y Congo-Brazzaville.

Et pour couronner le tout, OSSIE Wilfrid, le directeur de Cabinet d’Andely a été mis sur la touche au motif « d’avoir contaminé volontairement Rigobert Andely ! »

 Sur le pont du Titanic qui s’enfonçait dans les eaux glacées, l’orchestre jouait encore…

A Oyo, Brazzaville et où qu’il se trouve, protégé par l’élite de ses mercenaires, alors que le pays a sombré depuis longtemps dans le coma du couvre-feu nocturne, le vieil empereur aime plus que tout esquisser quelques pas de Rumba avant de se mettre au lit ; un verre de whisky hors d’âge et de prix dans une main, en s’appuyant sur une jeune fille d’un ex, ou toujours, ministre dont il se rembourse ainsi des honneurs et des privilèges qu’il lui a consentis…

Denis Sassou Nguesso, noceur méchant et incompétent, seul sur le pont du navire Congo-Titanic,  coulera avec plutôt qu’en céder la barre !

Olivier MOUEBARA

Diffusé le 04 novembre 2021, par www.congo-liberty.com

Laisser un commentaire