Politique

Pourquoi le général Nianga Ngatsé Mbouala a été remercié

Commandant de la Garde Républicaine (GR) du Congo-Brazzaville, Nianga Ngatsé Mbouala alias « Djo Bill » a été limogé de son poste le 11 janvier. Il occupait cette fonction stratégique depuis 2013. Il a été immédiatement remplacé par son adjoint le colonel Gervais Akouangué, par ailleurs chef d’état-major de la GR.

Officiellement cette décision fait suite aux soupçons qui pesaient sur cet officier supérieur depuis plusieurs mois. En juin dernier, Nianga Ngatsé Mbouala a été accusé de collusion avec le rebelle Frédéric Bintsamou alias « Pasteur Ntumi », en guerre dans le département du Pool (Sud) contre le régime de Denis Sassou Nguesso.

Il a été par la suite associé à des rumeurs insistantes de préparation de coup d’état en association avec le général Norbert Dabira, haut-commissaire à la réinsertion des ex-combattants. Ce dernier croupit depuis le 09 janvier dans les locaux de la Direction Générale de la Surveillance du Territoire (DGST).

Nianga Ngatsé Mbouala paie en réalité ses rélations tendues avec Jean-Dominique Okemba dit « JDO », le tout-puissant chef du Conseil National de Sécurité (CNS, renseignements), qui est parvenu à obtenir son départ. Dans sa stratégie d’influence, JDO s’appuie au palais présidentiel sur le colonel Serge Oboa, patron de la Direction générale de la sécurité présidentielle (DGSP).

Ce limogeage présage un grand bouleversement au sein des services de sécurité congolais ainsi que des administrations centrales.

En concurrence fontale avec JDO, Denis Christel Sassou Nguesso dit « Kiki », le fils du chef de l’Etat, était un soutien de Nianga Ngatsé Mbouala. Il devrait solliciter son père pour un nouveau rééquilibrage des forces au sein de l’appareil sécuritaire, notamment de la GR et de la DGSP.

« Kiki » pousse notamment son poulain André Obami Itou alias « King », actuel DGA de la police, afin que ce dernier succède à Jean-François Ndenguet, un proche d’Okemba, à la tête de la police.

© La Lettre du Continent

3 commentaires

  1. L’histoire de l’arrestation du Général DABIRA et du limogeage du Général NIANGA-MBOUALA-JDO-SASSOU est en fait une manipulation.

    En fait, face aux exigences du FMI, le tyran SASSOU NGUESSO se retrouve au pied du mur.

    D’ou cette manipulation des masses pour faire croire à un coup d’État de DABIRA et Nianga-Mbouala.

    Il faut même s’attendre à ce que Denis SASSOU NGUESSO mette le Congo-Brazzaville à feu pour que la communauté internationale oublie les réformes exigées par le FMI que le dictateur est censé mener, à savoir:

    La lutte contre la corruption, la libération des prisonniers politiques, le dialogue inclusif.

    Pourquoi transférer le Général DABIRA à la maison d’arrêt alors que ANDRÉ OKOMBI SALISSA reste toujours à la DGST: c’est étrange !

    Chers compatriotes, Sassou NGUESSO est entrain de vouloir détourner l’attention des congolais et de la communauté internationale de la crise que traverse le CONGO-BRAZZAVILLE.

    Fait à Paris le 13 janvier 2018.

    Le Collectif des Résistants Extérieurs à la dictature du Congo-Brazzaville.

  2. Giscard Edounga Essou

    Dans les affaires politique, beaucoup sont ceux qui s’intéressent au côté négatif de ceux qui détiennent le monopole de la gérance de la chose public. Monsieur ALERTE GÉNÉRAL, il faut savoir que la gérance d’une nation comme le Congo ou tout les groupes ethniques cherche le monopole, n’est pas facile. Bref…

    Général Ngatsé Nianga, est l’un des acteurs qui jusqu’aujourd’hui participe au survie du régime du président Denis Sassou comme NGUIDA NGUIDA EPAZAMKITA a fais dans le temps. En conséquence, peut importe la situation, le Général Ngatsé mérite d’être traiter avec respect.

    Président du MSDC Giscar Edounga 00242066796420

  3. Que dite vous de mr jean dominique okemba ????

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*