DIASPORA, Justice, Santé

Le Gouvernement du Congo-Brazzaville dans l’incurie.

Sylvain Villiard nouveau DG du CHUB

Par :  Patrice Aimé Césaire Miakassissa

C’est un coup de tonnerre dans un ciel serein en ce début d’année 2019, tel ce terrible mal de tête qui nous terrasse lorsque l’on a un saignement dans la tête. Sassou vient de confier la direction générale du CHU de Brazzaville à un Blanc de nationalité canadienne. Après avoir confié à un cabinet canadien la restructuration de l’abyssale dette congolaise, il remet le couvert car la connexion mafieuse est établie : C’est le complexe du colonisé. Celui qui à longueur de journée objectait « à bas l’impérialisme, le colonialisme et le néocolonialisme » est pris tel un rat et ose parler de souveraineté nationale.

Le gouvernement congolais vient de nous faire la démonstration de son incompétence. A ce niveau, il y a lieu de s’inquiéter sur ce qui pousse ce dernier à faire des choix pareils au détriment des Congolais aptes à assumer ces fonctions. C’est abject.

Le cadeau du nouvel an aux Congolais est la nomination ce 07 janvier 2019 de monsieur Sylvain Villiard, Président d’une société en Services conseils de tout genre, à la direction du CHU de Brazzaville. Ce genre de fonction que l’on exerce lorsque l’on a quitté l’administration pour faire fructifier son portefeuille au regard des fonctions antérieurement occupées. De fait, ce monsieur a réussi sa reconversion en Afrique, notamment au Congo, où il servira de tête de gondole pour les sociétés canadiennes du pétrole et du bâtiment, désireuses de s’implanter au Congo-Brazzaville. C’est le jackpot.

Une coopération digne aurait dû être faite directement avec le gouvernement canadien qui ne manque pas d’expertise en la matière et peut être moins mercantile. Depuis quand la santé des Congolais intéresse un monsieur qui s’occupe des Ponts ?

Notre pays au bout de 58 ans d’indépendance n’a trouvé aucun Congolais capable de gérer dans les règles de l’art le seul hôpital de brousse de Brazzaville dont nous disposons ? Car le dire ne serait pas exagérer ni faire insulte à quiconque au regard des missions non assumées par ce dernier. Dans le même temps, l’on nomme à la direction générale des douanes un jeune cadre congolais, tant mieux. Comprenne qui pourra car ainsi va la vie dans le Congo-Brazzaville d’aujourd’hui. C’est triste.

On a déjà touché le fond en matière de gouvernance mais ici, il y a lieu de s’interroger sur les motivations de ces prises de décisions qui impactent sur la bonne marche de notre beau pays. C’est un constat d’échec collectif que de recourir aux vieilles ficelles qui consistent à croire que notre salut ne viendra que de l’homme Blanc qui engloutira dans notre cas d’espèce la moitié du budget de fonctionnement pour ses seuls émoluments. Et l’on voudrait s’attendre à un résultat différent cette fois-ci ? C’est Tintin au Congo version 2019 et ceci nous ridiculise à un point où j’ai honte d’être un Congolais. Il eut été plus judicieux dans cette mascarade de nommer un Blanc au ministère de la santé et nous aurions bu la coupe jusqu’à la lie.

C’est un sentiment de tristesse qui m’assaille en ce net moment. Car en dépit de leurs efforts dans le domaine de la gestion des hôpitaux, nos compatriotes congolais ne sont pas reconnus par leur gouvernement.

Par cet acte non patriotique, le gouvernement congolais vient de rejeter sa faillite sur le peuple en le stigmatisant. Nous ne sommes pas dupes. Tout ceci vise à masquer l’incompétence notoire de Sassou qui depuis 34 ans n’a jamais réussi à percevoir la quintessence du rôle d’un Président de la république. Son seul hobby consiste à courir les capitales du monde entier à la recherche d’une hypothétique paix perdue. Pendant que sa maison brûle, il préfère tourner son regard ailleurs et comble d’ironie il se mue en donneur de leçon de démocratie lui le grand dictateur. Son seul fait d’armes c’est d’avoir coupé internet pendant les élections de mars 2016 et ceci a fait des émules au niveau d’autres dictateurs africains.

Encore une journée noire pour les Congolais et le monde de la santé ce lundi 07 janvier 2019. L’horizon s’est à nouveau obscurci. Ayant perdu l’estime des Congolais, il préfère dorénavant les étrangers. Il se sert de notre richesse pour étaler ses forfaitures. Il est temps de mettre fin à cette tragi-comédie qui n’honore aucun Congolais.

Ne nous leurrons pas. Même au Canada la gestion des hôpitaux révèle tous les jours son lot de malversations. Je ne puis penser que c’est un saint qui vient à notre secours. Le Mondafrique fait suite à la Françafrique, mais toujours pas pour notre bien ni nos intérêts.

Sassou a gagné la guerre et non sans peine. Maintenant, il peine à diriger le pays et c’est là le plus difficile pour lui.

Comme disait l’autre : « Nous ne devrions déranger nos amis que pour notre enterrement. Et encore ! »

 

Patrice Aimé Césaire Miakassissa

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*