DETOURNEMENT, DIASPORA, Justice, Medias, PETROLE, Société, Tribune libre

Guy Mafimba décrypte l’ interview sur RFI, ce 15/04/2022, de Collinet MAKOSSO

Guy Mafimba décrypte l’ interview sur RFI, ce 15/04/2022, de Collinet MAKOSSO

COMMUNIQUE DE PRESSE

Par   Guy MAFIMBA

 

Guy MAFIMBA MOTOKI

Le premier ministre du régime de Brazzaville monsieur Collinet Makosso au détour d’une escapade-vadrouille parisienne a accordé une interview sur RFI ce 15/04/2022. Aux antipodes de la modération, la bienveillance et la retenue qu’affichaient son prédécesseur Clément Mouamba, Collinet Makosso n’a cesse de naviguer dans le mépris, l’outrance et le mensonge au regard des problématiques liées à la crise multidimensionnelle que traverse le Congo.

D’emblée, l’objet de cette escapade parisienne puis américaine de Collinet Makosso interpelle plus d’un observateur. La preuve, l’étonnement et la gêne des autorités françaises mobilisées pour le deuxième tour du scrutin présidentiel de voir débarquer une délégation pléthorique congolaise d’un pays qui traîne la réputation  »d’Etat voyou » et partenaire encombrant de la FrançAfrique.
Par ailleurs, le séjour américain sous prétexte de participation aux assemblées générales annuelles du FMI et la Banque Mondiale dénote d’une incompétence notoire d’un chef de l’exécutif réduit à un statut de représentation.
En effet, par définition, les assemblées annuelles rassemblent des gouverneurs de banque centrale, des ministres des finances et du développement, des cadres du secteur privé, des représentants de la société civile, des médias ainsi que des universitaires pour débattre de questions d’intérêt général telles que les perspectives économiques mondiales, la stabilité financière dans le monde, la lutte contre la pauvreté, la croissance économique inclusive et la création d’emplois, et le changement climatique, entre autres.
Aussi, quelle est la pertinence d’un tel déplacement onéreux dans une situation de crise sociale et économique, le pays étant à la recherche des fonds dits de  »résilience » pour faire face à l’inflation.
Interroger sur le sort des prisonniers politiques Jean Marie Mokoko et André Okombi Salissa arbitrairement incarcérés depuis 6 ans, Collinet Makosso qui demandait jadis aux prisonniers politiques de faire preuve de  »contrition », un élément langagier inapproprié et méprisant ; ce dernier évoque à présent un  »chantage » en réponse aux appels incessants des forces vives de la nation, les partenaires bilatéraux et multilatéraux du Congo. Pour rappel, le Congo est l’un des rares pays dans le monde à détenir des prisonniers politiques.
Interpeller sur l’utilisation des excédents de la rente pétrolière consécutive à la crise ukrainienne, le fantomatique premier ministre Collinet Makosso a prétexté le financement de la dette, tout en débitant des mensonges sur le paiement régulier des pensions, bourses, bref …le traitement de la dette intérieure. En réalité, Collinet Makosso se contente des fonds souverains qui lui sont versés, la rente pétrolière est propriété de Denis Sassou Nguesso dont il n’a ni un regard encore moins un avis à donner. Sa posture fantomatique lors de la dernière visite d’Etat du président Paul Kagame est illustrative.
Enfin, Collinet Makosso a bouclé son interview en vantant une  »Démocrature » qui s’apprêterait à organiser des élections législatives sur la base d’une gouvernance électorale anachronique et partisane datant de 2002. Le fantomatique Collinet Makosso imprégné d’une malhonnêteté intellectuelle criarde à l’image de son cursus tortueux, justifie le manque de carte biométrique, la non fiabilité du fichier électoral au respect d’un processus inachevé après huit concertations.
Pire, le fantomatique Collinet Makosso disqualifie la Fédération de l’Opposition Frocad-Idc-Cj3m de Clément Mierassa et le collectif des partis politiques de l’opposition de Mathias Dzon alléguant le fallacieux prétexte des groupements et partis politiques illégaux. Une hérésie de la bouche d’un premier ministre !
Comme disait Albert Camus  »La bêtise insistant toujours, on s’en apercevrait si l’on ne pensait pas toujours à soi », le fantomatique Collinet Makosso, juriste de son état, a rétorqué à l’organisation d’un dialogue national, revendiquer par les forces vives de la nation, le prétexte d’un  »cadre informel » qui ne peut se justifier. Il sied de rappeler au fantomatique Colline Makosso que  »le Conseil national du dialogue » est institutionnalisé selon Titre XIX / Sous-titre I de la Constitution 2015 imposée au prix des larmes et le sang des congolais.
Puis-je rappeler au fantomatique Collinet Makosso que  » la liberté triomphera toujours de la tyrannie » dixit Joseph Biden le président des USA, ainsi, les vices qu’il cultive avec arrogance rendra hommage aux vertus du vaillant peuple congolais martyrisé.
Fait à Paris le 15/04/2022
Guy MAFIMBA MOTOKI

 

Guy Mafimba Motoki

Représentant du prisonnier politique André Okombi Salissa
Membre de la fédération Frocad-Idc-Cj3m

Laisser un commentaire