DIASPORA, International, Justice

Immortel Emery Patrice Lumumba.

Emery Patrice LUMUMBA

Par :   OUABARI MARIOTTI

En ce 19 janvier 2019, quoique tardif, nous avons une pensée profonde pour Patrice Emery Lumumba, grand homme d’Etat congolais, né le 2 juillet 1925 et assassiné le 17 janvier 1961 près du village de Mwadingusha, au Katanga.

Il fut premier ministre de son pays de juin à septembre 1960. C’est l’une des figures majeures de l’indépendance de l’ancien Congo Belge avec Joseph Kasavubu. Aujourd’hui considéré dans son pays comme un héros national, Emery Patrice Lumumba était une lumière. 58 ans après son lâche assassinat par les forces du mal, Emery Patrice Lumumba demeure l’un des modèles du nationaliste anticolonialiste que le Tiers Monde ait connu.

Or seule la lumière est éternelle. Jetez la dans la tombe sombre, elle resplendira. Tuez-la et enterrez là quelque part, elle ressuscitera des terres du monde entier. C’est le cas d’Emery Patrice Lumumba.

Tout autant un esprit, il continue de soulever les passions, fait vibrer les cœurs et vivifie les combats patriotiques. Ce que nous sommes est le fruit de l’esprit, a pour essence l’esprit, est fait de l’esprit. Si nous parlons et agissons avec un esprit mauvais, alors le mal nous suit comme la roue suit le pied de la bête attelée et l’histoire nous recouvre d’opprobre.

Si, par contre, tel Emery Patrice Lumumba, nous parlons et agissons avec un esprit pur, pour les causes justes, la lumière brillera toujours pour nous et l’histoire nous honorera.

Même loin de nous, Lumumba est avec nous

 -Ouabari Mariotti

Un commentaire

  1. Merci doyen pour ce bel éloge à E.P.Lumumba. Cet homme est d’une rare exemplarité qu’il est juste de rappeler au delà du temps et pour l’inspiration des nouvelles générations.
    C’est ce qui s’est vite imposé à moi depuis le début des années 80. En ces années là, j’ai eu le privilège d’être très proche à Paris de son épouse veuve « mâ « Pauline et de ses enfants Juliana et Roland. Ils habitaient non loin du Boulevard Arago ( metro les Gobelins) dans un F2 de fortune. Nous nous y retrouvions au moins 3 à 4 fois par semaine car non loin de là se trouvait mon école – l’Institut d’Etudes de Développement Économique et Social – ancienne École des Hautes Études de l’Outre-mer, rattachée depuis 1976 de l’Université Paris 1-Sorbonne.
    C’est dire comment et avec quelle joie, j’ai appris à mieux connaître le mari, le père et l’homme politique engagé qu’était Lumumba.
    Le mari rigoureux, attentionné et protecteur que me décrivait « Mâ Pauline » les larmes aux yeux. Elle avait toujours en mémoire ce jour fatidique de son arrestation. Lumumba aurait pu échapper à ses poursuivants après la traversée du fleuve. Mais, parceque sa femme, restée sur l’autre rive, était tombée dans les mains de ses poursuivants, il renonça de partir, revint sur ses pas pour être à son tour arrêté.
    L’homme politique de conviction qui quelques semaines plus tôt, refusa l’offre d’exfiltration de Nasser et le bon père qui proposa plutôt l’exfiltration de ses jeunes enfants (François, Juliana et Roland) en adressant au Raïs Égyptien un testament à faire connaître plus tard à ses enfants. Par cette lettre testamentaire, il recommandait à ses enfants de garder ferme, toute leur vie, le sens du devoir patriotique et le refus de toute forme de corruption.
    Par respect de cette volonté, les enfants adoptés par Nasser s’étaient refusés de jouir pleinement du statut privilégié que leur garantissait l’Égypte. Tous quittèrent ce pays hôte après 17 ans pour vivre leur vie d’adulte à la sueur de leur front et même dans la précarité. Des années durant, je les ai vu quotidiennement se battre et rejetter les offres financières et matérielles de Mobutu et de ses parrains occidentaux.
    Je m’arrête là pour te redire, cher doyen Mariotti, merci pour ta contribution au devoir de mémoire.
    Alexis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*