Economie, Justice, Politique

La criminalité forestière d’Henri DJOMBO démasquée

Henri DJOMBO

Par : eia-global.org

Le bassin du Congo, qui abrite la deuxième plus grande forêt tropicale du monde après l’Amazonie, s’étend sur une super cie équivalente à la moitié de la zone continentale des États- Unis et revêt une importance capitale pour des milliers d’espèces, y compris la nôtre. Pendant quatre ans, l’Environmental Investigation Agency (EIA) a enquêté sur le secteur de l’exploitation forestière au Gabon et en République du Congo, deux pays qui représentent environ 60% de la super cie totale allouée à l’exploitation forestière dans le bassin du Congo. Les conclusions d’EIA révèlent que l’un des groupes forestiers les plus influents d’Afrique, composé de sociétés affliées qui aux fins du présent rapport seront collectivement désignées comme « Groupe Dejia », a fondé son modèle entrepreneurial sur une pléthore de crimes.

Selon les éléments de preuve recueillis par EIA, le Groupe fondé par le magnat chinois Mr. Xu Gong De a continuellement enfreint les lois forestières les plus fondamentales, se moquant des lois régulant l’export de grumes et détournant des millions de dollars dus au titre de l’impôt sur les sociétés au Gabon et en République du Congo. Les dirigeants de Dejia ont expliqué en détails aux enquêteurs d’EIA la façon dont les membres du Groupe payent régulièrement des pots-de-vin aux ministres gabonais et congolais pour obtenir la gestion de concessions forestières et éviter que leurs crimes soient punis. Les conclusions d’EIA indiquent que le mode opératoire du Groupe est loin d’être un cas isolé. Les failles structurelles identi ées dans ce travail de recherche inédit s’appliquent au secteur forestier, dans son ensemble, de ces deux importants pays producteurs de bois tropicaux. EIA a constaté que le bois de source illégale de Dejia contamine les marchés de l’Union européenne (UE) et des États-Unis, en dépit des lois qui interdisent l’importation de bois illégal. Aux États-Unis, la complicité du principal importateur et la négligence délibérée d’un fabricant réputé, que les enquêteurs d’EIA ont rencontré sous couvert, sont des éléments essentiels de la chaîne d’approvisionnement délétère. Par conséquent, les consommateurs étatsuniens ont, depuis plus de dix ans, sans le savoir soutenu l’un des réseaux sino-africains de criminalité forestière les plus importants du continent.

https://eia-global.org/reports/20190325-commerce-toxique

Commerce_Toxique-web

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*