Diplomatie, Economie, Justice, Politique, Société

La francafrique et ses scandales qui rendent obsolète la cinquième république

Par  Patrick KIBANGOU

 

‘’ON EST ENSEMBLE et ON NE LACHE RIEN’’.

Voilà plus de deux ans que certains africains fréquentent les métros, les bus et tous les lieux ou ils leur sont possibles de s’exprimer, pour informer, sensibiliser, mobiliser, réveiller les consciences qui dorment au fond de leurs lits sur le dysfonctionnement de la cinquième république et son impact sur l’Afrique. Au demeurant, le français lambda pensait que seuls les africains semblaient être concernés par les inégalités économiques et sociales. Aujourd’hui il est rattrapé par l’adage qui stipule que ‘’le malheur vient de la négligence des problèmes qui nous entoure’’. Actuellement, ce même français se plaint de sa précarité, des inégalités sociales et économiques, de l’injustice fiscale, du détournement et de la confiscation du système politique démocratique français au profit des intérêts égoïstes d’une élite sortie du même moule, de l’immigration clandestine, j’en passe. Curieusement pour beaucoup de Français, les immigrés, surtout ceux d’Afrique, sont les responsables de tous ces malheurs. En retour, les Africains ronchonnent sur la passivité stupéfiante des Français devant les politiques sordides et fourbes menées par leurs gouvernants. Un vrai langage de sourd qui profite évidemment au troisième larron – le politicien. Il a fallu du temps pour que les Français comprennent que leurs politiques ne sont en majorité que des menteurs, des manipulateurs, des corrompus et pire des dictateurs dans des peaux de pseudo démocrates, et des marionnettes à la solde des oligarques.

En réalité, la France est dirigée par des oligarques. Ces derniers choisissent un des politiques formé dans leur moule, qu’ils plébiscitent ensuite à la présidence de la république. Peu importe si c’est par des méthodes peu conformes à la morale. Prudents, ils prennent soins de garder une influence dans les sphères de la justice, de la sécurité et des relations extérieures. Quant aux médias qui leur permettent de véhiculer les mensonges capables de désinformer les populations afin de mieux réaliser leurs forfaits, ils en sont déjà les propriétaires.

C’est ainsi que fonctionne la fameuse cinquième république dotée d’une politique d’asservissement des africains. Croupis et chargé d’un esprit de patience émaillé de fatalisme, ces derniers attendaient ce réveil du peuple français qui, aujourd’hui s’est concrétisé à travers le mouvement des Gilets Jaunes.

Il était grand temps que le peuple français ouvre les yeux pour voir enfin que leur classe dirigeante en connivence avec les oligarques a réussi à :

Verrouiller les institutions de la république tout en s’appropriant des pouvoirs politique, médiatique, financier et juridique.

Confisquer de manière subtile, l’espace politique français, faisant de la cinquième république Française une démocratie vétuste et inadaptée aux exigences démocratiques des peuples en constante émancipation.

Rien d’étonnant quand on constate que les politiciens français soutiennent sans répugnance ni remords les dictatures africaines, car ne dit-on pas que “qui s’assemble se ressemble ” ? Le maitre et ses élèves en d’autres termes.

La vérité est que, le modèle de suffrage universel français conjugué à ses méthodes de se maintenir au pouvoir ressemblent étrangement à ceux des dictatures de certains pays d’Afrique francophone, ou le pouvoir revient toujours au clan qui l’a confisqué ; en général avec le soutien de la cellule africaine de l’Elysée et des oligarques Français. En d’autres termes, la Cinquième République Française n’est qu’une dictature masquée qu’il faut à tout prix balayer, car elle est devenue génératrice des maux comme les mensonges politiques, la démagogie politique, la corruption, la dictature, les inégalités sociales et économiques, la précarité, les injustices fiscales, l’immigration clandestine, j’en passe ?

J’aurai bien voulu faire motus sur tout ce qui concerne la politique française si celle-ci n’avait pas des impacts négatifs sur d’autres peuples, dont le peuple africain. L’un des exemples est la Françafrique. Un monstre qui a été créé et est soutenu sans vergogne par l’Elysée.

La Franc Afrique est composée des membres de la cellule africaine de l’Elysée, des oligarques qu’on peut qualifier comme des hommes d’affaires issus des plus grandes fortunes françaises et qui gouvernent la France dans l’ombre, les dictateurs africains et leurs sbires.

C’est à travers cette organisation nébuleuse que sont planifiés, coordonnés et commandités les crimes économique et financier, les assassinats politiques et les génocides.

Nonobstant les multiples dégâts tant humains que matériels que ce monstre de FrançAfrique suscite en Afrique francophone, l’Elysée continue à imposer aux pays d’Afrique francophones des tyrans au pouvoir pour garantir les intérêts de ces compères oligarques. Ainsi, l’Elysée et ses complices s’ingèrent sans scrupules et de manière inique et abjecte dans les vies, sociale, économique et politique des populations des pays d’Afrique francophones. Ce qui a des conséquences néfastes sur leur sérénité et leur épanouissement.

Le peuple français est censé savoir que les Africains paient avec des larmes et du sang, le sophisme des politiques Français conjugué aux errements des dictateurs africains. Le tribut à payer est lourd, car il s’évalue en matière de liberté, de bien-être, d’honneur et bien souvent même de vie.

En d’autres termes, les immigrés africains sont malheureusement les souffre – douleurs de cette politique ignoble et avilissante menée par la cellule africaine de l’Elysée et son monstre de FrançAfrique. La réalité est que ce problème d’immigration affecte autant les peuples africains que le peuple français. Les conséquences que suscitent le dysfonctionnement de la Cinquième République font partie des causes de l’immigration

Dommage que certain politique français ont fait de la politique sur l’immigration leur fond de commerce afin d’arriver au sommet de l’Etat français. Il faut vraiment, non seulement être de mauvaise foi, mais aussi être malhonnête, mal intentionné, sans délicatesse et insensible pour oser capitaliser les souffrances des autres à des fins électorales.

Ils savent pourtant qu’il est pratiquement impossible d’enrayer totalement l’immigration clandestine, car les causes de cette immigration sont nombreuses. Autant ils sont conscients que l’immigration clandestine qui est provoquée par le système politique de la Cinquième République est la plus importante avec plus de 85% des cas. Ils sont sans ignorer les causes de cette immigration clandestine et à qui profitent ce dysfonctionnement. On ne cessera de le répéter : pour permettre à ses oligarques d’exploiter sauvagement les richesses naturelles de l’Afrique francophone, la cellule africaine de l’Elysée entrave cruellement la mise en place d’un système démocratique dans ces pays et par ricochet participe indirectement, mais activement aux massacres des populations qui luttent pour les libertés fondamentales ; ce qui a pour conséquence l’immigration clandestine.

Même le gouvernement italien condamne ouvertement et sans détour la politique de la cinquième république française en Afrique.

Néanmoins, les précurseurs de la politique anti – immigration se plaisent lamentablement à ne pas voir la vérité en face et de zapper dans un cynisme notoire, les solutions salvatrices pour les peuples français et africains. Cependant, plusieurs retraités Français s’installent en Afrique, car avec leurs maigres pensions, il leur est plus facile d’arrondir leur mois en Afrique qu’en France. Obstiné par leurs discours fallacieux, de cette immigration, les politiciens français n’en parlent jamais.

Des discours outrageux de ces imposteurs chevronnés en résultent des sentiments de stupéfaction et d’aversion chez les Africains. La question est de savoir combien de temps, durera encore ce sordide FrançAfrique et son esclavagisme moderne ? Combien seront-ils encore à quitter dans des bateaux de fortunes, leurs chères patries pour sauver leur vie.

Ce qui choque est que tous le politique Français est conscient que ce pillage systématique des richesses africaines par leurs amis hommes d’affaires passe par les larmes et le sang des Autochtones. Mieux, ces hommes d’affaires ne payent même pas d’impôts, ni en France et encore moins dans ces pays africains ; ou quand ils les paient, c’est dans des conditions ou la France et/ou les pays africains sont les dindons de la farce. En plus de cela, d’énormes quantités d’argent en provenance d’Afrique et destinée à certains dirigeants français sont transportées dans des mallettes sans que les douanes et/ou le fisc français n’en fassent fi.

Leurs complices représentants de la justice autant que ceux de la presse, quand ils réagissent, c’est soit pour étouffer la vérité, soit pour transposer la victime en agresseur. Il leur arrive aussi de créer des spectacles sans épilogues, qui ont pour but de divertir les Français déjà lassés par ces scandales récurrents des politiques et résignés à s’adapter aux vicissitudes de leur vie qu’ils survivent.

C’est ainsi que la France de Jacques Chirac avait armé le tyran Sassou Nguesso du Congo pour lui permettre de reconquérir un pouvoir qu’il avait perdu par les urnes. Ce retour s’était réalisé à travers un génocide des populations de certaines régions réputées pour leur esprit de liberté et démocratique, et cela grâce aux propagandes mensongères de l’Elysée et ses sbires et dans l’indifférence totale du peuple français trempé dans la désinformation.

Christ Olympio, Modibo Keita, Laurent Gbagbo, Thomas Sankara ou Mouammar El Kadhafi, à ne citer que ceux-là, sont tous passés sous le rouleau compresseur de la cellule africaine de l’Elysée. Après des campagnes calomnieuses orchestrées par la cellule Africaine de l’Elysée et ses oligarques, ensuite exacerbés par les medias à leur service, tous ces dirigeants africains nationalistes, soucieux du progrès social et économique de leur nation ont été, systématiquement jeté en prison et/ou exécuté avec la complicité de l’armée française. Leur unique péché résidait sur le fait qu’ils exigeaient une indépendance et une souveraineté de leur pays.

Autant de preuves qui montrent que la justice autant que la presse française n’est toujours pas du côté de la raison. Encore une fois, nous remarquons que les puissants n’ont pas créé la justice et la presse pour qu’elles soient au service des faibles.

Quant aux Gilets Jaunes, ils devront se rappeler que leur adversaire est un imposteur doué dans l’art de diviser pour régner. Cela va sans dire, puisqu’il dispose d’instruments puissants qui lui ont jusque-là, permis de discréditer et d’exterminer plus d’un réfractaire.

Le mouvement des Gilets Jaunes ne peut se permettre de perdre le nord, car les garants de la cinquième république dans leur détresse au pied du mur, perdent la face ; l’adversité l’oblige. En réalité, ces derniers sont conscients qu’ils ont tout à perdre si les Gilets Jaunes restent dans leur dynamique. Ainsi, ils font dorénavant recours à des méthodes peu orthodoxes auxquelles ils excellent minablement. En l’occurrence ils utilisent leurs medias en vue de l’intoxication par des images calomnieuses, de la manipulation au travers des déclarations mensongères et éhontées et la justice par des arrestations arbitraires, des gardes à vue non conformes et des procès ou le juge, le procureur et le gouvernement sont de connivence, j’en passe. Bref tout est fait pour mâter et assujettir ‘’les Gaulois réfractaires’’.

En effet, il n’a pas fallu attendre longtemps, pour que, les Gilets jaunes soient traités, accusés et étiquetés ;

d’une part par le gouvernement, d’extrémistes dangereux ; d’antisémites, de bandits de grand chemin attaquant des hôpitaux et des ‘’forces de l’ordre’’, etc.

Une question de temps, avant que ces vaillants revendicateurs de justice sociale et d’une démocratie participative soient catalogués dans le registre de redoutables terroristes.

D’autre part et malgré toute cette absurdité, la justice qui persévère sans gêne à mener sa politique de deux poids deux mesures, pendant que la presse continue sans vergogne à désinformer et manipuler l’opinion publique, à travers des reportages minutieusement choisis et des discours d’interlocuteurs méticuleusement sélectionnés.

Ces vieux renards politiques savent qu’en évidence, pour les Gilets Jaunes, il s’agit de rectifier le tir pour l’aboutissement d’une démocratie plus juste. Celle qui impliquera tous les citoyens français dans la vie publique par la voie de consultations. N’est-ce pas leur droit ?

Comment pensez-vous que cela se fasse, si ce n’est par un référendum démocratique appelé RIC.

Le référendum d’initiative citoyenne est sans nul doute pour les Gilets Jaunes, la meilleure solution démocratique pour atteindre les aspirations du peuple français.

Quant aux Africains, ils sont persuadés que ce référendum d’initiative citoyenne sera aussi leur salut, car il pourra compromettre, dissuader et même porter préjudice aux politiques et aux oligarques français qui continueront à enfreindre les lois tout étant des obstacles à l’édification et l’instauration d’un vrai système démocratique en Afrique francophone. Ce qui aura sans nul doute un impact positif sur le développement économique et socioculturel de ces pays. Cela participera par ricochet à la maîtrise de l’immigration clandestine et même à des retours massifs et volontaires des Africains au bercail.

Vous comprenez donc que les changements dont il est question, ne viendront qu’ à la suite de profondes réformes du système politique français. Elles passent par une rénovation quantitative et qualitative du milieu politique français et par un contrôle systématique de son action, car c’est de là d’où vient le mal. La disparition de la cellule africaine de l’Elysée sonnera le glas de la FrancAfrique. Elle mettra sans nul doute un terme aux dictatures en Afrique, un arrêt du pillage des ressources africaines, la fin des aides financières douteuses vers l’Afrique, une maîtrise de l’immigration clandestine et l’abandon des ingérences politiques et militaires de la France en Afrique. Il s’agira aussi, comme la stipule la charte officielle des Gilets Jaunes, de rendre l’argent et les biens mal acquis des dictateurs africains et leurs sbires au peuple africain, de rapatrier tous les soldats français tout en permettant l’instauration d’une vraie démocratie capable de créer des institutions fortes dans les pays africains. Supprimer l’escroquerie du franc CFA qui maintient l’Afrique dans la pauvreté. Tisser des nouveaux rapports politiques et économiques basés sur des relations saines d’égal à égal avec les états africains.

Voilà les solutions à la question de l’immigration clandestine. Elles ont été élaborées proposées par le mouvement des Gilets Jaunes dans le froid des ronds points et non par les politiques de la Cinquième République, assimilés à des escrocs en costard – cravate, enfermés dans leurs bureaux à air conditionné.

Vous avez probablement compris pourquoi les africains sont solidaires au mouvement des Gilets Jaunes à qui, nous adressons d’ailleurs nos salutations cordiales et nos sincères félicitations. Nous exprimons toute notre admiration et notre soutien à tous ceux qui aujourd’hui sont déterminés à écrire l’histoire de la France et peut-être même celle de l’humanité.

Comme l’a dit Johann Wolfgang Von Goethe : “Ecrire l’histoire est une façon comme une autre de se libérer du passé”.

ON EST ENSEMBLE. Ou encore, comme disent les Gilet Jaunes : ‘’ON NE LACHE RIEN’’.

Patrick KIBANGOU

 

Patrick KIBANGOU

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*