DIASPORA, Editorial, Justice, Politique, Société

La lâcheté des ministres du gouvernement congolais

Par  Jean-Claude BERI

Après les déclarations sur un supposé dysfonctionnement administratif entre les services de l’Etat impliquant un(e) ministre du Congo-Brazzaville en l’occurrence Mme DOUKAGA ministre la jeunesse et le responsable adjoint de la Police Nationale, le Colonel OBAMI –ITOU King. La ministre traverse depuis une tempête médiatique qui a eu son summum lors du dernier Conseil des ministres du gouvernement. A-t-elle bien fait de révéler cette affaire de dysfonctionnement de l’état par une certaine arrogance de ses citoyens que les médias ont préféré se taire depuis que le clan dirige le Congo ?

À croire que les négociations avec le FMI pour sortir le Congo du désordre économico-social dans  lequel ils ont plongé le pays prévalant des antivaleurs qui sont bien enfouies dans le système sont moins importantes que le duel des « bébés mal sevrés ». Un Conseil des ministres ou la majorité des ministres se sont spectaculairement débiné face à la furie du clan « MBOCHIS « au pouvoir qui a tenu à manifester leur solidarité légendaire dans la bêtise, l’impunité et surtout le favoritisme. Là où le peuple attendait des sanctions fortes et exemplaires, c’est une désertion ou reniement face à la responsabilité. Pendant une demi-heure, la « ministrone » DOUKAGA a subi tsunami de remontrance fondé sur un contresens prouvant ainsi que le Clan dirige l’état. Comme on, pouvant s’y attendre le chef du Clan, a suivi l’appel de la vanité des « MBOCHIS du Clan » qui réclamait la tête du ministre. Nul été ces accointances obscures noyées dans un ésotérisme malsain, la tête de DOUKAGA serait aujourd’hui sur un pieu pour montrer que la désintégration de l’Etat est consommée.

Entendons-nous bien, l’objet du débat était de trancher sur le point de savoir si la respectabilité de la république a été bafoué par un citoyen fut-il colonel pour manquement. L’on peut polémiquer des heures durant devant cette question il est clair que le Colonel OBAMI ITOU a manqué de courtoisie et de respect face à un ministre de la république. J’en appelle ici à mes grands Marion MANDZIMBA EHOUANGO et Felix BANKOUNDA MPELE de nous dire le droit.

On le savait que la notion de sanction est aux antipodes de la gouvernance sassouiste. Seulement il est inacceptable que tout un gouvernement se défausse préférant baisser les yeux à la minute où, pour une fois, il encourt un petit risque de ne pas être dans une posture avantageuse. Le comble de l’affaire réside dans le fait que c’est la ministre qu’on passe un savon sous les yeux ses confrères ministres. Quelle lâcheté…. Le monde à l’envers ! Voilà qui est terrifiant car une déferlante clanique qui emporte tout sur son passage y compris le raisonnement, la vérité et le bon sens. a pris le contrôle de l’Etat. On est en plein dans le comble de la lâcheté en politique. Si vous êtes homme politique, vous avez des convictions. Ça veut dire que vous avez des valeurs et que vous n’avez pas à transiger pour telle ou telle considération bassement égoïste ou clanique,. La lâcheté ici c’est de se réfugier derrière une solidarité clanique, de s’arranger entre faux-amis en prétextant sauver la démocratie tout en ayant aucun programme cohérent et des propositions sérieuses pour lutter contre le désarroi social. Le Clan, est-il devenu une industrie qui fait feu de tout bois et surtout qui crée des produits dérivés à partir des alliances de compromissions scandaleuses qui rapportent. L’Etat n’a pas fini de se désintégrer avec ce régime de mercenaires économiques spécialisé dans l’impunité et le non-respect des lois de la république.

La capacité intellectuelle de cette bande de courtisans de rester fidèle à leurs idées sans compromissions, de jouir de la  volonté de leurs  convictions et leur  dignité de ne pas se renier en s’alliant avec les fossoyeurs de la république à longtemps déserté leurs cerveaux. Ce qui prime ici c’est la mise à sac orchestrée par  des fossoyeurs de l’état prétendument serviteurs de la République. L’Etat est devenu un mélange de barbouillage au service d’un pouvoir inique.

Cet incident pose là un réel problème dans le fonctionnement de l’état et les clarifications des actions régaliennes par deux services de l’Etat. On se complaint à user de ses relations personnelles pour abuser, transgresser, insulter, diviser les citoyens en accentuant les clivages déjà criardes. Le rôle du Conseil des ministres devrait être de proclamer haut et fort l’autorité de l’Etat en réaffirmant qu’un ministre de la république est au-dessus d’un Colonel. Et ça se respecte. Un ministre est nommé par le Président, même si c’est un ministre incompétent, il a droit au respect qui lui ai dû

Ce dernier Conseil des ministres vient de prouver encore une fois  de plus que le Congo est pourri de la tête ( comme le poisson ).

 

Jean-Claude BERI

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*