Justice, Politique, Santé, Tribune libre

La messe noire pour la chute du Baobab.

La messe noire pour la chute du Baobab.

Patrice Aimé Césaire MIAKASSISSA

Clap de fin, la messe est dite avec le baiser de la mort !

Il reste le maître des horloges et jette le discrédit sur l’opposition congolaise qui doit se contenter d’une victoire à la Pyrrhus.

Après un suspens qui n’en était pas un, l’aigle est sorti de sa cage pour s’envoler loin de son nid.

Tel Ponce Pilate, la France se lave les mains et livre le prisonnier à la Turquie. Elle a peur de voir dégénérer sur son territoire des manifestations en faveur de l’illustre personnage et d’être en porte-à-faux avec la dictature congolaise. Aucun nuage ne plane sur les relations diplomatiques entre le Congo-Brazzaville et la France car cette dernière continue à recevoir les malades privilégiés congolais du clan présidentiel. C’est un jeu de dupes dont nous nous souviendrons le moment venu.

Prisonnier politique, il quitte la maison d’arrêt et de correction de Brazzaville, dans un avion militaire turc, pour séjourner dans un hôpital militaire turc en tant que malade privé de sa liberté. Les Turcs jouent maintenant le jeu de la dictature congolaise en contrepartie de l’achat d’armes. La Turquie est un pays peu regardant sur les droits de l’Homme notamment à l’endroit des Kurdes comme l’est ce pouvoir pour les ressortissants du Pool.

Il a finalement bénéficié d’une évacuation sanitaire qui s’apparente à un exil forcé en Turquie par la seule volonté du Prince après une négociation familiale. Il rejoint le club très sélect des privilégiés de la famille régnante. Ainsi le retour de l’entre-soi fait surface et le peuple congolais est désabusé de nouveau. L’opposition congolaise en pâtit sur le plan de sa crédibilité car nous ne savons pas la contrepartie obtenue pour pareil deal quand on voit les soi-disant multiples interdictions prononcées.

Nous tenons ces vérités comme une évidence : « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. » Mais dans le monde dans lequel nous vivons ce n’est pas le cas. Au Congo-Brazzaville tout se négocie en famille, au mépris des lois qui fondent une république. C’est la démocratie à l’africaine. Après l’histoire de la cassette du vrai-faux coup d’état, voilà que l’expulsion de la scène politique congolaise se négocie encore en famille. Le linge sale ne se lave en famille que dans des clans mafieux. Une évacuation sanitaire ne se négocie pas de la sorte après des jours et des jours. C’est un impératif décidé par des médecins, ce qui en l’espèce n’est pas le cas. Comment se fait-il que les évacuations sanitaires soient devenues une norme sanitaire des privilégiés au Congo-Brazzaville ?

L’État de droit pour lequel nous nous battons suppose l’égalité des droits pour tout citoyen congolais en matière de justice sociale, de santé et tout autre domaine de notre vie. Tout Congolais a droit à des soins de qualité. Mais force est de constater que ce n’est pas le cas.

Les nouveaux partenaires économiques du Congo-Brazzaville font maintenant la loi. Hier c’était Asperbras avec le Brésil, aujourd’hui c’est la Turquie. Récemment la Turquie a fourni du matériel de guerre au Congo-Brazzaville, pays en paix. Ceci n’est pas sans nous rappeler la guerre dans le Pool qui s’éternise et sert de prétexte afin de mieux rallier les extrémistes à sa cause. Maintenant, ce pays « ami » s’apprête à donner des soins de qualité à celui qui a incarné à un moment l’espoir du peuple congolais.

Cet espoir vient d’être tué dans l’œuf et nous voilà repartis dans l’ancien monde des combines. Une première mondiale, que ce soit un Président de la république qui choisisse la destination d’un malade pour ses soins. Cela nous rappelle le film « Midnight express » dans lequel l’enfer carcéral turc n’est pas loin de celui du Congo-Brazzaville. Quid en matière de santé ? La Turquie apparait dorénavant comme une prison médicale dans laquelle les faits et gestes du malade seront surveillés et scrutés afin d’un hypothétique retour au bercail encadré par des hommes en armes.

Tout ceci montre que le pouvoir en place au Congo-Brazzaville reconnait ouvertement que notre pays est un mouroir à ciel ouvert, avec un système de santé incapable de prendre en charge un homme fut-il emblématique. Dans ce cas, nous avons beaucoup à craindre pour le peuple congolais qui d’année en année vit des projets de société qui ne sont en fait que des gouffres financiers au service de la famille princière. Un seul homme décide dans ce pays car il incarne à lui tout seul les pouvoirs judiciaire, législatif, exécutif et militaire ; C’est la définition de la dictature dans toute sa splendeur.

Tout homme a droit à la rédemption. La politique plus dangereuse que la guerre est le seul métier au monde où l’on peut être tué et ressuscité autant de fois. Mais, dans pareilles circonstances cela devient pratiquement impossible tant la fibre clanique et régionaliste a pris le dessus sur des considérations politiques.

La libération du Congo-Brazzaville n’est en aucune question une lutte Nord-Sud comme le distillent certains dans le subconscient collectif pour s’attirer les bonnes grâces de nos frères et sœurs du Nord. Nul ne doute que toutes et tous ne sont pas acquis à sa cause et ne profitent pas des privilèges de ce pouvoir.

Il est plus que temps que l’opposition congolaise se trouve un autre champion qui va incarner le renouveau politique congolais. Nous avons longtemps cru pouvoir faire du neuf avec du vieux ; Hélas, les habitudes ont la vie dure.

Nous exprimons nos regrets sincères à toutes ces Congolaises et tous ces Congolais en souffrance qui n’ont pas de famille pour aller négocier leur sort avec celui qui règne en maître absolu dans notre pays. Il est bien dommage que les familles de nos morts politiques inutiles, dont la plus récente celle d’un Colonel, n’aient pu aller négocier pour épargner leurs vies. Comme disait le Cardinal de Retz : « L’on ne sort de l’ambigüité qu’à ses dépens. » Dans ce clair-obscur où l’ambigüité protège et la contradiction mine, risque de surgir les démons du passé.

L’illusion n’aura duré qu’un temps et nous avons espéré. La lutte doit continuer avec d’autres. Au jour le jour nous sommes édifiés sur la nature difficile de notre combat politique et de ses acteurs. À nous de nous adapter pour ne pas perdre le sens de nos valeurs.

Il est évident que l’on nous opposera l’état de santé d’un individu. Mais qu’en est-il de l’état de santé du peuple congolais dont les seuls indicateurs plausibles sont l’augmentation galopante du taux de mortalité et la construction de nouvelles morgues. C’est l’état morbide et moribond dans lequel se trouve notre pays qui dorénavant se résume en une chefferie.

Nous sommes tous rattrapés par nos actes du passé pour avoir géré le pays sans nous préoccuper de son avenir. Au pied de mur, ils manquent d’initiatives pour les bâtisseurs ou les maçons qu’ils sont. Et voilà que nos étoiles d’hier commencent à pâlir et à se dissiper dans le trou noir.

Nous n’avons pas pour mission de sauver un homme, mais tout le peuple congolais dépourvu de tout soutien familial pour négocier son avenir. Seule la loi nous rendra égaux dans notre pays, d’où cet État démocratique que nous nous évertuons à bâtir. La chute d’une dictature ne mène pas vers l’utopie. Elle ouvre la voie à l’éradication de toute forme d’injustice et d’oppression nécessaire à l’édification d’une nouvelle société plus juste et plus équitable.

Prompte guérison pour toutes et tous ceux qui bénéficient de la magnanimité du maitre de céans car la santé est un bien précieux. Le repos est bien mérité. Le peuple congolais est reconnaissant, et un grand merci pour la contribution à la lutte de libération du Congo-Brazzaville.

Le peuple congolais qui à juste titre peut se sentir frustré, floué par ce qu’il voit, ne doit pas désespérer. C’est la continuation du vieux monde avec ses codes dignes de cette entreprise mafieuse qui gère notre pays.

Nos actes d’aujourd’hui conditionnent nos vies de demain. C’est en connaissance de cause que nous mordons à l’appât du diable. Ceux qui sont pris au piège resteront prisonniers à vie de ce pacte. La politique dans sa dimension suprême n’est-elle pas aussi le don de soi afin de permettre l’ouverture d’une ère nouvelle ?

Nous ne sommes pas dans le secret des Dieux. Mais ce que nous voyons n’augure rien de bon. Une fois de plus notre pays vient de se ridiculiser aux yeux du monde.

Les mains souillées du sang des Congolais et l’enrichissement illicite sur les deniers publics sont deux critères de disqualification à prendre en compte pour le choix de celui qui fera triompher notre cause. Il y va de notre responsabilité en tant qu’opposition.

Notre grand défi c’est de passer d’une culture de la guerre à une culture de paix, d’une culture de la violence à une culture du dialogue et de conciliation, d’une dictature à une démocratie dans un pays en eaux troubles.

C’est Confucius qui écrivait : « Nulle pierre ne peut être polie sans friction, nul homme ne peut parfaire son expérience sans épreuve. »

—-
Patrice Aimé Césaire MIAKASSISSA

Laisser un commentaire