International, Politique

LA RECHUTE : QUAND LA RUSSIE SE RE-SOVIETISE !

LA RECHUTE : QUAND LA RUSSIE SE RE-SOVIETISE !

Par Félix BANKOUNDA MPÉLÉ

« L’idéologie est une position mentale spécifique. Elle ne meurt jamais » (René KAES)

 Par une déclaration solennelle, Poutine vient d’annoncer et de justifier pourquoi il pourra briguer un autre mandat présidentiel au-delà des deux mandats présidentiels retenus par la Constitution, avec l’autorisation du parlement, et en attendant la décision de la juridiction habilitée. Une décision dont l’issue ne fait évidemment l’ombre d’aucun doute. ..

 On connaît l’adage populaire, « Essaies d’échapper au naturel, au galop il te rattrapera » ! Il lui fallait, comme l’avaient initié ses prédecessuers, GORBATCHEV et ELTSINE, un moyen pour se débarrasser des autres compétiteurs et d’une certaine gangrène, de certains déchets du ‘sovietisme’ et, surtout, de ses perversions économiques et internationales connues. POUTINE a fait le jeu, jusqu’à simuler la démocratie libérale, par le vote au suffrage universel et la limitation des mandats. Sur la base de la célèbre, et bien ancrée,  assertion de Staline, selon laquelle « Les gens qui votent ne décident rien. Ce sont ceux qui comptent les votes qui décident tout », personne au monde n’a été dupe, ni de l’issue des différents scrutins organisés, ni de cette séquence de passe-passe démocratique avec Dmitri MEDVEDEV en 2008. Une séquence qui a dû provoquer l’hilarité de Vladimir Illitch LÉNINE et de Joseph STALINE, de là où ils sont ! Et il le sait.

Finalement, il a décidé de couper court à cette encombrante et inutile hypocrisie, à ce Mythe de Sisyphe que constituait pour lui la démocratie libérale, en le mettant éternellement en marche précaire derrière les pays occidentaux, et de retrouver les classiques de sa culture et de son pays. On s’y attendait puisque, depuis quelques années déjà, il avait renoué avec la « Guerre Froide » en Afrique et au Moyen-Orient, avec un peu plus d’ostentation et moins de velours, qui ont fait dire à certains qu’elle était un peu plus chaude qu’autrefois. La vérité est que POUTINE a besoin de réactiver régulièrement les vieux démons, le nationalisme et la sécurité de la Russie, comme il l’a expressément fait en l’occurrence, pour justifier, légitimer son pouvoir et sa pérennité aux affaires, auprès des Russes. Et, il peut compter, pour cela, sur son désormais puissant voisin, la Chine. Celle-ci a décidé, il y a deux ans, de faire de Xi JINPING, son président à vie. Cela a suffi pour  débarrasser POUTINE des derniers scrupules à cet égard.

Comble et ironie de l’histoire pour la Russie, ce sont les Communistes, putschistes jusqu’à la moelle, qui avaient autrefois voulu renverser et dézinguer GORBATCHEV pour atteinte au communisme, qui dénoncent le putsch de Poutine, lui qui remet sur les rails un des principes fondamentaux du communisme soviétique, le pouvoir à vie du dirigeant.

Les dictateurs africains doivent s’en frotter les mains car, après la douche froide et la trahison, à leurs yeux, de OUATTARA qui a décidé de ne pas respecter le sacro-saint principe du ‘Temple des dictateurs’, selon lequel, le pouvoir se conserve et se consomme jusqu’à la lie, POUTINE redresse solennellement la barre, et exactement au moment où ils commençaient à déchanter. Alpha CONDÉ, précisément, le démocrate de circonstance, éternel pourfendeur de la tyrannie dans son pays la Guinée dont l’histoire postcoloniale est inondée des victimes du despotisme, élu démocratiquement mais qui, à la fin de ses deux mandats constitutionnels, a oublié l’importance, la portée, ‘l’impérativité’ du principe de la limitation des mandats, de l’alternance automatique pour assainir les mœurs politiques, moderniser, pacifier et ‘civiliser’ la vie politique dans le continent, en décidant de violer     allègrement sa Constitution,  comme SASSOU-NGUESSO et  autres despotes du continent, retrouve-là du poil de la bête. Au moment pile où il semble coincé par la CEDEAO et les gigantesques manifestations dans son pays ! Qui vivra verra, puisque ses compatriotes, plus que remontés et galvanisés par le précédent Burkinabé, la pression internationale, ne lui promettent que le scalp, s’il persiste…

On attend de lire les arguments de ceux qui, après le très médiatique sommet Russie-Afrique de Sotchi d’octobre dernier (notre réflexion : « Sommet Russie-Afrique de Sotchi : le rendez-vous des autocrates et hypocrites », in Mediapart, 28 octobre 2019), et derrière Nathalie YAMB, étaient entrain de nous chanter que tout bon chemin mène en Russie ! Cette même Russie qui n’a toujours soutenu que les pouvoirs établis quel qu’en soit le prix, qui s’abreuve depuis bientôt deux ans du sang de centaines de milliers des Syriens, et qui a décidé de ré-armer le général SASSOU-NGUESSSO dont les seules guerres de sa vie sont celles contre sa population. ..

Par Félix BANKOUNDA MPÉLÉ

Laisser un commentaire