DECES

L’Adieu de Mr OUABARI MARIOTTI à Maman Joséphine ATIPOT AKOUALA

L’Adieu de Mr OUABARI MARIOTTI à Maman Joséphine ATIPOT AKOUALA

Maman Joséphine Atipot Akouala

Par  OUABARI MARIOTTI

Moi, mes frères et sœurs, nos enfants et petits fils, les familles Atipot, Ouabari Mariotti et autres parents des Terres Etaba – Gamboma, Etoro, Nguien, Ntsou, Ambouê, Epouen, Allembe – Abala, Osselé, Yama, Okoyo et Mabirou, nous avons la profonde douleur d’annoncer le décès de Maman Joséphine Atipot Akouala, ce 5 mars 2020, à Brazzaville.

Mère Azo, comme nous l’appelions, affectueusement, nous quitte, au lendemain de l’anniversaire de ses 96 ans. Avec cette disparition, nous perdons un être de lumière. Une Maman, nous n’en avons qu’une seule. Dès qu’elle nous quitte, tout s’écroule.
Longtemps malade, Maman a fait preuve d’un courage exceptionnel, jusqu’à son moment fatal. La vie lui a appris à être forte et digne, malgré les épreuves. Ce courage que complétaient son dévouement et sa générosité était, à nos yeux, une véritable leçon d’existence.
Le cœur brisé, je ne me sens pas capable d’écrire la peine que je ressens de n’avoir pu garder Maman, encore quelques jours. Elle qui nous a enseignés les vraies valeurs auxquelles nous devons nous attacher et les petites choses essentielles de la vie.

Tous, nous ne sommes pas prêts d’oublier le temps que chacun de nous a passé avec Mère Azo, pendant les heures difficiles de sa maladie. Pas, aussi, disposés de nous départir des impressions que nous nous sommes crées, avec elle. Pas, également, appelés à nous éloigner des vertus de l’amour qu’elle a partagé à nous tous. Cet amour de tous les instants, à notre endroit, qui nous a forgés.

Maman, tu n’es plus là. Mais, le flot de souvenirs, à tes côtés, est une richesse, sans limite, que nous préservons.

Tu es dans nos cœurs à jamais. Avec toute la passion que nous te portions, tes valeurs continueront d’exister à travers la famille.
Désormais, pour moi, ton premier fils, « Mon cher  » comme tu aimais m’appeler, ma vie ne sera plus la même. La tristesse s’y est installée, depuis que tes yeux se sont refermés, n’entendant plus ta voix et ne voyant plus ton corps.

Mais de toi, il ne me restera, en réel, que la magie de tes photos et, dans un cimetière de la banlieue de Brazzaville, ta sépulture où seront déposées des couronnes de fleurs, symbole de toute l’affection que nous avons pour toi et du remerciement pour les sacrifices que tu as consentis pour nous.

Adieu Mère Azo. Repose en paix, Akouala A mouana Epon. Yii oboo.

Que ceux et celles des nôtres que tu rejoins là bas, dans l’éternel infini, t’accueillent.
Seront respectées tes dernières volontés

La mort est ultime. Et, tous, nous réunit, dans la boue pour finir.

Paris le 5 mars 2020.
Ouabari Mariotti

 

Laisser un commentaire