CLIMAT, Diplomatie, Editorial, Environnement, International, Justice, Politique, Société, Tribune libre

L’AMÉRIQUE DE BIDEN PEUT-ELLE ARRÊTER LA CHUTE DÉMOCRATIQUE EN AFRIQUE !

L’AMÉRIQUE DE BIDEN PEUT-ELLE ARRÊTER LA CHUTE DÉMOCRATIQUE EN AFRIQUE !

Felix Bankounda Mpele
Enseignant-Chercheur, Juriste et Politologue, consultant, Constitutionnaliste
Limoges – France

Il y aura des gens pour dire, suite à cet intitulé, depuis quand l’Afrique a t-elle été démocratique, mis à part quelques îlots connus. Ils n’auraient pas totalement tort, mais un peu tout de même. Il y a quelques deux ans à peine, la classification consistait, en Afrique francophone du moins, à distinguer l’Afrique de l’ouest de l’Afrique centrale, en disant que cette dernière était imperméable à la démocratie, ou s’enracinait dans le rodage démocratique rédhibitoire et à perpétuité, au contraire de la précédente qui marquait quelque peu le pas, sans offrir toutefois de garanties solides.

Depuis quelques années, rien n’est moins sûr. Le Burkina Faso, le Niger, le Mali, la Côte d’Ivoire, la Guinée principalement, tanguent. Et rien ne garantit que la liste soit exhaustive ou définitive. Autrement dit, il y a une indiscutable chute démocratique dans le continent, et donc de l’État tout simplement, qui bouscule ou fait éclater cette classification habituelle. l’Afrique centrale n’est plus le seul ‘ventre mou’ de l’Afrique.
Ainsi, quand le président américain BIDEN annonce un sommet sur la démocratie pour le mois de décembre prochain, il n’est pas inutile de se demander de quoi il parle, et que souhaite t-il en définitive. Surtout quand on sait que entre les USA et l’Europe, la France particulièrement, la tradition reste celle, implicite, des zones d’influence, les USA se gardant souvent de discuter à la France son fameux pré-carré, surtout pas d’y jeter les amarres, et le texte ci-joint ne le dément pas : à un mois au plus dudit sommet sur la démocratie, à l’initiative de Joe Biden, son Secrétaire d’État en voyage en Afrique, Anthony Blinken, ne séjournera que dans trois pays, dont deux anglophones (Kenya et Nigeria) et un francophone (le Sénégal). Presque une tradition également à propos de ce dernier, puisque ce fut tout autant le seul lieu à propos du périple de Barack Obama en Afrique.
Il est vrai, au plan démocratique et depuis les indépendances, le Sénégal tranche avec les autres Etats africains, même s’il ne manque pas des remarques sérieuses à faire sur l’état de ce système politique.
C’est suffisant pour laisser penser que la convocation du ‘Sommet pour la Démocratie’ pour décembre prochain par le président américain laisse peu d’espoir sur ses répercussions sur le berceau de l’humanité. Sauf à penser, avec le sommet Afrique-France de Montpellier d’il y a un peu plus d’un mois, et justement pour le respect des zones d’influence, que les USA et la France auraient décidé de se répartir la tâche. Ce qui laisse quand même, alors, un brin d’air de « Guerre Froide » et, du coup, la question prend une autre tournure : le prochain sommet sur la démocratie convoqué par Biden est la résurrection, ou l’amorce de la nouvelle stratégie pour essayer d’arrêter ou d’endiguer la percée de la Russie et de la Chine en Afrique. C’est plus vraisemblable. Et cela ne peut se faire sans casser des œufs, pour emprunter une expression bateau.
Ainsi entendu, une bagatelle, en dirigeants et Etats du continent de Mandela, risque d’y laisser un peu plus que de simples plumes. Tant il est établi depuis belle lurette que quand les éléphants se mettent à danser ou simplement à déguster un peu en trop, ce sont les herbes qui trinquent ! Telle aura été justement la démonstration de la période d’or de ladite Guerre Froide, dans laquelle Biden s’y connait parfaitement. S’il est un point de convergence certaine entre la société civile africaine, Biden et Macron, c’est celui de la fameuse marmite, en très mauvais état, parce que usée et abusée par d’incurables despotes pour leurs bas marchandages, tenaces maîtres-chanteurs qu’ils sont, pour appâter des parrains internationaux, en vue de la confiscation du pouvoir. Par ce fait, ils sont en perspective, parce que maillons faibles de la démocratie, les véritables et principaux générateurs de la Guerre Froide dans le continent, et qu’il convient d’y esquisser un remède. Comment ?
Attendons voir…
L’AMÉRIQUE DE BIDEN PEUT-ELLE ARRÊTER LA CHUTE DÉMOCRATIQUE EN AFRIQUE !

Laisser un commentaire