DIASPORA, Politique, Société

Le gouvernement Mouamba : Une kakistocratie assumée !

Clément MOUAMBA

Par   Laurent DZABA

Il est difficile de trouver dans l’histoire du Congo un gouvernement qui cumule à la fois crapulerie et incompétence comme l’est celui dirigé par Monsieur Clément Mouamba.

Alors que les jours deviennent de plus en plus longs et durs pour la majeure partie de nos compatriotes, cela ne fait plaisir à aucun Congolais de voir un nombre aussi important de cancres et d’incapables, qui ont amassé d’immenses fortunes grâce aux milliards tirés du pétrole appartenant à l’ensemble de notre peuple, crâner ostensiblement dans les grandes villes, en exhibant le butin de leurs braquages.

Quand un pays fait bouchon à ses enfants les plus méritants et les plus compétents en hissant à un niveau aussi élevé des canards sans têtes, il est à craindre que ces restes d’un système vieillissant qui souhaitent clochardiser notre peuple, mettent en péril l’avenir de notre nation.

Tenez ! Tous les congolais se souviennent de la nomination abracadabrantesque du nouveau Directeur du CHU de Brazzaville, le Canadien Sylvain Villard. A ce jour, ce dernier n’a toujours pas pris ses fonctions simplement parce qu’il n’aurait jamais été consulté. Pire encore, une note de service a été prise par le Ministre autorisant le Directeur Général sortant, Jérémie Mouyokani, à continuer à assurer ses fonctions. Quel amateurisme !

On a même l’impression que plus on avance, plus ils sont terriblement médiocres.

Dans une déclaration lue sur Télé Congo, le porte parole du groupe parlementaire de la majorité présidentielle a affirmé que Laurent Tengo, le conseiller spécial du Président Sassou Nguesso, avait informé les cadres de la majorité des conclusions d’une enquête diligentée par le Président auprès de trois (3) cabinets indépendants d’audit et d’enquête.

Selon cette enquête, le Gouvernement, le Parlement, la justice, la Douane et les Impôts seraient corrompus à plus de 70 %. Malheureusement, seul Alain Moka, l’ancien ministre PCT et député d’Impfondo a réagi à cette information qui aurait fait l’effet d’une bombe sous d’autres cieux. Ce député a affirmé que « l’impunité s’arrêtera quand l’exécutif commencera à respecter la loi. Tant qu’il y aura dans la société des ministres qui construisent des maisons à étages, six mois seulement après leur nomination au Gouvernement, le peuple ne changera jamais. Le changement devra commencer par le haut et le bas suivra». Pour les autres politiques, qu’ils soient de la majorité ou de l’opposition, la seule doctrine qui compte c’est : « allons seulement ».

Mais pourquoi l’opposition n’exige t-elle pas la publication de cette audit ?

Il serait suicidaire pour les congolais de confier durablement l’avenir des millions d’âmes à un gouvernement qui n’écoute pas ce qu’il entend et pour lequel le bilan se résume en deux actions : opération villes et villages propres organisée le premier samedi de chaque mois et création des clubs de marcheurs.

Les congolais souffrent et ne savent plus à quel saint se vouer à l’image de cette jeune fille de la classe de première du Lycée Technique du 1er Mai qui a été abusée par un collègue de classe à 14 heures, dans un coin du terrain de football, le mercredi 27 février 2019, pour une modique somme de 1000 F CFA (juste pour avoir de quoi acheter à manger). La pauvreté au Congo on la trouve dans tous les coins de rue, à l’image de cette femme qui, par manque de moyens, accouche seule sur une touffe d’herbe et place son bébé dans une brouette, le lundi 25 février 2019 à 9h30, rue Météo à Mfilou-Ngamaba.

C’est pour répondre à toutes ces injustices quotidiennes banalisées et afin de permettre aux citoyens de défendre eux-mêmes leurs libertés et le service public, que nous mettrons à disposition du peuple, dans quelques semaines, un nouveau mouvement.

Nous sommes le Congo Unis, plus jamais sans nous.  Que Dieu bénisse le Congo-Brazzaville.

Laurent DZABA

Laurent DZABA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*