Culture & Loisirs, DIASPORA, Société

Le POOL renaîtra de ses cendres 

La nuit du POOL

Par     Jean-Claude BERI

La Nuit du POOL :  « MABA MA NTSEKE »

La Nuit du Pool, initiée par les ressortissants du POOL au lendemain des massacres qui ont endeuillé cette belle région du Congo Brazzaville. Sous la houlette de quelques caciques sous le patronage de LIONEL HUBERT GAMBA, cette idée s’est imposée comme la porte ouverte à tous les enfants du POOL afin de se donner la main pour reconstruire et unifier ce département vouer à la perdition par certains mauvais esprits.

Les enfants du POOL,  comme leurs ancêtres l’auraient fait,  ont su faire de cet événement une autre manière de faire connaitre le département du POOL.
En optant pour la promotion de la culture du POOL, les enfants du POOL ont su démentir ceux qui les voyaient perdus à jamais. Ainsi, ils portent au-devant de l’opinion internationale un autre regard sur les richesses immenses des sites que regorge ce sublime département.

C’est dans cette optique de sursaut régional que le GALA de la nuit du POOL vous entraînera pour  ce mois de MAI 2019, dans une vague déferlante d’animations musicales, théâtrales et gustatives. Des conteurs vous parleront des hommes qui ont bâti le socle de l’unité du Congo comme MATSOUA, KIPA VITA, YOULOU FULBERT…, des sites naturels d’exception comme la LOUFOULAKARI et autres lieux étonnants vous ouvriront leur porte dans un délice environnemental d’exception.

Venez découvrir ou redécouvrir d’une manière originale la richesse et la diversité du patrimoine du département  du POOL. Ce projet est porté par LIONEL GAMBA entouré des personnalités intercommunalités unies pour développer et faire rayonner le département du POOL.

J’aimerais ici porter ma modeste contribution à cette belle région qui a vu naître mes ancêtres . Ces derniers m’ont enseigné le pardon et la persévérance, comme tout enfant du POOL. Souvent pourchassé de ses terres,  obligé d’ errer dans les contrés voisines comme des enfants apatrides, humilié et bafoué, l’enfant du POOL n’a jamais oublié ses racines et ses traditions. Malgré la déception d’être souvent un enfant incompris, mal jugé peut-être à cause de sa culture alerte pourfendant certaines idées reçues et jetant sur les faits un regard souvent caustique, il manie le pardon comme emblème de sa culture.

La situation peut paraître paradoxale. Alors que l’Etat est défaillant et quasi-inexistant et ne fournit plus en tout cas tous les services qu’il doit au citoyen, les fonctionnaires sont omniprésents dans la vie quotidienne : douaniers ou agents du fisc prélevant des taxes officielles ou officieuses, policiers réclamant des amendes pour des délits réels ou imaginaires, employés municipaux percevant une rémunération occulte pour la délivrance de tout document officiel, etc. Ces scènes de la vie courante sont décrites dans le quotidien des POOLOIS caractéristiques de leur département : un transporteur de bus, vendeur de charbon de bois, un boulanger un marchand de matériaux de construction, un taximan, un tenancier de Nganda une commerçante du marché, un pasteur… Toutes ces personnes crient leur amour pour le POOL et souhaitent y vivre en paix et en harmonie et en faisant vivre l’âme du POOL ou que l’on se trouve.

Doit-on rejeter ce que l’on est parce que la foule vocifère ? Qui a dit que la foule a toujours raison. Sache le que l’enfant du POOL n’est pas seul dans ce combat pour la réappropriation de sa culture

Je valide la Nuit du POOL.

 

Le POOL renaîtra de ses cendres.

 

Jean-Claude BERI 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*