DIASPORA, Société, Tribune libre

Les Assassins de l’Ordre

« Tribune libre : Les Assassins de l’Ordre »

Par :  CEDRIC MPINDY

Tout d’abord, un policier ou agent de police est un membre de la police, qu’il porte ou non l’uniforme et dont la fonction est de faire respecter la loi, de maintenir l’ordre et d’assurer la sécurité publique.

Ensuite, la police nationale a pour mission, d’assurer la protection des personnes, des biens et des intérêts vitaux de la nation. Elle lutte notamment contre la délinquance et la criminalité, à travers des missions de prévention et de répression.

D’une part, la mission de la police, sous les ordres de la direction générale de la police nationale et relevant du ministère de l’Intérieur, d’autre part, celle d’assurer le bon ordre et la sûreté des personnes et des biens .

Une fois évoqué ces principes visants le rôle et les missions de la police, il convient de s’interroger sur cette horrible vidéo, qui circule depuis hier sur Wathsapp.

Sur cette affreuse vidéo, on aperçoit des jeunes filles dénudées, victimes de traitements dégradants, de viols avec atteinte à l’intégrité physique puisque l’un des prétendus policiers se permet d’introduire dans le sexe d’une des jeunes filles un objet qui s’apparente à un stylo.

Quel est donc le forfait commis par ces deux jeunes filles? Aucun si ce n’est celui de traîner tard dehors, mais est-ce un crime qui mérite un tel traitement ? Ces jeunes filles ne sont-elles pas dans leur pays, pour subir de telles horreurs ?

Cette scène se déroule quelque part à Brazzaville, et les malfrats aux visages hilaires et hantés par des désirs lubriques, l’œil pétillant d’envie sur cette vidéo, sont bien identifiables. On peut se demander comment de telles personnes, manifestement sans éducation, ni instruction et n’ayant aucune conscience de leur mission en tant qu’agents de la force publique, se sont retrouvés incorporés dans les effectifs de la police ? Toutefois, dans le contexte précis , il serait souhaitable de parler non pas de Police, mais des forces du mal et du désordre, en un mot, des assassins de l’ordre.

Et comble de l’horreur, cette horrible vidéo a été tournée par ces supplétifs contents de remplir avec brio leur mission de police! Qu’il soit ici rappelé que les actes posés par ces bandits en tenue de policier, permettent de juger sans fioriture de l’état des forces de l’ordre du Congo. Des effectifs, formés et recrutés à la va-vite pour défendre le non pas le peuple, mais essentiellement le pouvoir. Et comme pour le drame de Chacona et de tant d’autres, aucune enquête n’aura lieu encore moins de sanctions, car ces caïds de la vidéo sont assurés d’une impunité en acier inoxydable.

Mais quel est donc ce sentiment de supériorité et de mépris qui habite ces êtres, au point de dénier à leurs frères et sœurs leur part d’humanité ? Car il convient de souligner qu’ils n’en sont pas à leur premier exploit dans un domaine, où ils excellent en véritables orfèvres du mal.

Au fait qu’en pensent la Ministre de la condition féminine et celle de la jeunesse qui se trouvent être justement des femmes et qui ont tout intérêt à se saisir de ce sujet ? Jusque là aucun mot, sinon l’éternel silence coupable d’une solidarité dans le désordre sans fin.

Faut-il s’attendre à une réaction du Ministère de l’intérieur congolais dans ce qu’il est convenu d’appeler un non événement, puisque c’est une bavure sans importance au cœur d’une mission de police prétendument républicaine ?

Les paris sont ouverts, et dans le fond pas besoin de miser, puisque la réponse coule de source, il ne se passera rien et la vie poursuivra son cours comme si de rien n’était. Et les assassins de l’ordre ne seront pas radiés des effectifs et auront leurs noms sur le tableau d’avancement pour services rendus. Et vont continuer à narguer tout le monde ! Sic!

Toutefois, lorsque dans un pays, la justice cesse d’être la même pour les membres d’une même société, commence un état qui est celui de l’anarchie . Dont acte.

Cedric Mpindy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*