CORRUPTION, OPPOSITION, Parti Politique, Politique, Société

Les vierges effarouchées de l’UPADS

Les vierges effarouchées de l’UPADS

Par  Benjamin BILOMBOT BITADYS

 

La décision du parti de Pascal Lissouba de réhabiliter Honoré Sayi n’a dû surprendre personne à Brazzaville. Ouabari Mariotti est le seul au Congo-Brazzaville à s’en étonner et à écarquiller les yeux.

Longtemps considéré comme le marchepied du PCT, l’UPADS peut-elle redorer son blason ?

Considéré aussi pendant longtemps comme le parti des anciens apparatchiks du PCT (Ange Edouard Poungui, Clément Mouamba, Christophe Moukouéké, Moungounga Nkombo Nguila, Victor Tamba Tamba, Elise Thérèse Gamassa, Pascal Tsaty Mabiala…) en raison de la proximité de ses leaders avec Marien Ngouabi, Denis Sassou Nguesso, Joachim Yhomby Opango, Claude Ernest Ndalla, l’UPADS tombée en disgrâce auprès des militants sous le magistère de Pascal Tsaty Mabiala, corvéable à merci, malléable dans tous les sens, relégué au rang des formations politiques de seconde zone et resté en soins intensifs durant plusieurs années du fait de l’influence du PCT, Il en est sorti le 23 mai 2015 à l’issu du premier congrès extraordinaire tenu à Pointe-Noire du 22 au 23 mai 2015, fief électoral du parti.

Non seulement l’UPADS ne s’est jamais débarrassé de la tutelle du parti du 31 juillet 1969, il se trouve désormais requinqué dans sa fonction de parti paillasson et rejoint les rangs des grandes formations politiques qui comptent au Congo-Brazzaville parmi les partis satellites du PCT. L’UPADS entretient des relations incestueuses avec le PCT.

En attestent les incessants aller-retour entre les deux formations politiques. En mai 2021, le Ministre de l’hydraulique Honoré Sayi avait été suspendu de ses fonctions des instances dirigeantes de l’UPADS, et de son siège du Président du groupe parlementaire dudit Parti à l’Assemblée Nationale, au moment où, libre, en son âme et conscience, il entrait au Gouvernement du Premier Ministre Anatole Collinet Makosso, sans que le Gouvernement ait été déclaré d’Union Nationale. Honoré Sayi émargeant à l’UPADS, Parti affiché à l’opposition. La levée de suspension d’Honoré Sayi du parti des « trois palmiers  » devrait interpeller les militants de l’UPADS.

Honoré SAYI n’a pas pris congé du gouvernement de Collinet Makosso. Pourquoi a-t-il alors été réhabilité ? Peut-il servir deux maîtres ? Mais ça fait un moment que les populations du Congo-Brazzaville ont compris que l’UPADS jouait un trouble jeu. L’UPADS, le parti du Professeur Pascal Lissouba n’est plus qu’un jouet entre les mains de Denis Sassou Nguesso.

Toutefois, l’UPADS peut-il être cette chenille qui se fait oublier dans sa chrysalide et un beau jour devenu papillon surprend tout le monde par son envergure et l’éclat de ses pigments ?

Benjamin BILOMBOT BITADYS

Laisser un commentaire