Armée, Editorial, Justice, Société, SOLIDARITÉ

Lettre  à M. Anatole Collinet Makosso, Premier Ministre

M. Anatole Collinet Makosso
Premier Ministre

Lettre  à M. Anatole Collinet Makosso, Premier Ministre

M. Anatole Collinet Makosso
Premier Ministre

                                                                                                                                                                                           Lyon, le 2 avril 2022

Objet : réparation d’une injustice flagrante.

Monsieur le Premier ministre,

 

Au début de l’année en cours, les citoyens congolais ont été ravi de la décision prise par la présidence et le gouvernement portant sur les promotions et nominations des agents de l’armée et la police nationale.

Permettez-moi aujourd’hui de porter à votre connaissance sur l’élan grandissant d’inquiétudes, de surprise voire d’injustice de beaucoup de personnes méritantes qui ont été écarté par le Décret n ° 2022-5 du 7 janvier 2022.

Nous vous soumettons le cas de l’adjudant Jean Michel MOUKEBA.

Monsieur Jean Michel MOUKEBA est policier avec une formation d’officier et remplissant pleinement le droit d’accéder à la promotion d’avancement selon ces états de service.

Nous nous interrogeons du fait que depuis vingt-sept (27) ans, l’adjudant Jean Michel MOUKEBA est cloué à ce même grade sans qu’aucune explication ne lui soit apportée par la hiérarchie.

Je vous signale également que ce citoyen détient une décision de justice N*106 du 30 Juillet 2002 revêtue de l’autorité de la chose jugée condamnant l’État Congolais à réparer le préjudice causé sur le retard en grade et reconstituer sa carrière.

Jusqu’à ce jour cette décision de justice n’a jamais été exécuté, pourtant plusieurs autres cas similaires ont connu des traitements différents, voir satisfaisants. Nous pouvons ici étendre la liste ces injustices inexpliquées qui nuisent gravement à la cohésion des citoyens.

Lors de votre discours d’investiture vous avez déclaré vouloir lutter contre les injustices et les antivaleurs.  Je n’ose croire que vous partagez cette grave discrimination ou peut-être s’agit-il d’une simple erreur humaine. D’où notre intervention afin de rétablir dans ses droits notre compatriote.

Monsieur le premier ministre, vous êtes le premier ministre de tous les congolais et ces derniers vous prie d’examiner ce cas ou simplement ‘intercéder auprès du ministère compétent en demandant simplement l’exécution de la décision de justice N*106 du 30 juillet 2002 portant reconstitution de carrière d’un citoyen congolais qui endure des sévices moraux depuis 20 ans.

Veuillez agréer, Monsieur le Premier ministre, l’expression de ma haute considération

 

 

Jean-Claude BERI

DAC  PRESSE

berijc@yahoo.fr

*****************************

Copies à :
M. le ministre de la Défense
M. le ministre de l’Intérieur
M. le ministre Garde des Sceaux – Ministre de la Justice

Centre d’Actions pour le Développement (Congo)

OCDH (congo)

 

 

 

Laisser un commentaire