DIASPORA, Economie, Justice, Politique, Société

Lettre ouverte de Aristide Mobebissi au ministre Bruno Itoua

Par :  Aristide MOBEBISSI

 

« le meilleur d’entre eux s’est pris les pieds dans le tapis »

Monsieur le Ministre,

Depuis que je suis né, je ne vous ai jamais connu ni rencontré dans les avenues de Brazzaville où de Paris. Mais je vous connais en tant que personnalité publique : Membre du gouvernement de Clément Mouamba.

Après la publication d’un article par notre rédaction, sur votre chauffeur Édami Ndongo que vous avez emprisonné injustement, vous m’avez téléphoné une nuit en pleurant, me demandant pardon parce que j’avais rendu public vos mauvaises pratiques. Ce jour-là, nous avons causé pendant plus de deux heures. Tout au long de notre conversation chaleureuse, vous m’avez supplié de ne plus faire des publications sur cette affaire (je garde toujours jalousement les messages que vous m’aviez envoyés).

Revenons sur la prétendue somme colossale que je vous avais demandé. Je puis déduire que vous êtes frappés par l’amnésie totale. Les messages sont là. Ils seront rendus publics dans nos prochaines publications. Vous m’avez téléphoné pour vous faire un droit de réponse. C’est encore vous qui m’avez demandé de vous écrire un droit de réponse parce que vous n’avez pas confiance en votre conseiller à la communication Amédée Kimbatsa qui pour vous, n’est pas à la hauteur. Vous avez déjà oublié que votre conseiller à la communication avec qui vous nous aviez mis en contact, avez profité de cette affaire pour vous demander 35000 euros à mon nom alors je connais rien de cette affaire ? Après nos échanges téléphoniques, vous avez fini par reconnaitre les faits en m’avouant que votre conseiller à la communication a voulu vous escroquer.

Monsieur Bruno Itoua, l’arrogance tue. Tout comme la parfaite assurance en soi est un vice. Si déjà Okombi Salissa, Marcel Tsourou, qui ont rendu des grands services au président de la république ont été écartés dans la gestion du pouvoir puis mis aux arrêts. Ce n’est pas Bruno Itoua qui n’a jamais combattu pendant le 5 juin qui fera exception.

Pendant que certains peuples africains aspirent à la démocratie, vous vous servez des méthodes soviétiques pour me promettre la mort. Vous avez même promis payer les arabes en France pour me tuer. Vous avez même avoué que si les auteurs de la mort de Marien Ngouabi vivent encore paisiblement, ce n’est pas pour la mort d’Aristide Mobebissi que les gens vont se tracasser. Je prends la communauté nationale et internationale à témoin : Si un malheur m’arrivait aujourd’hui, c’est Bruno Itoua dit le Général Gilbert Diandéré qui sera le principal responsable.

Avez-vous déjà oublié que lors de nos conservations téléphoniques (qui seront rendues publiques prochainement), vous avez dit avec arrogance que le cercle du pouvoir est contre vous parce que vous êtes le dauphin de Sassou. Dites-moi Monsieur Bruno Itoua qu’est-ce que vous représentez pour ce pays pour que les gens vous détestent ? Les Panana pepers vous avez épinglé dans les cas des détournements des deniers publics. Avez-vous eu le courage de les traduire en justice? Pourquoi vous croyez toujours être supérieur à tout le monde? Avez-vous déjà oublié que lors votre passage à Elf Congo vous étiez connu dans la ville océane de Pointé Noire comme un monsieur hyper endetté. Un monsieur qui passait tout son temps chez les bailleurs. Un monsieur dont le salaire était l’otage des bailleurs. C’est grâce à SASSOU NGUESSO que vous êtes devenu ce que vous êtes aujourd’hui. Vous avez aidé la CIFMC avec l’argent du contribuable pour acheter le local où elle a fait son église mais vous n’avez pas dit au public que le couple Olangui de son vivant, vous avez donné un carton rouge dans cette église à cause de vos pratiques sataniques et magiques. Vous avez voulu profiter des présents que vous  donnez à cette église pour sacrifier les âmes faibles au diable.

Aristide Mobebissi et Brazzaparisinfos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*